Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les migrations dirigées vers le Nord jugées plus sûres en Arctique canadien
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les migrations dirigées vers le Nord jugées plus sûres en Arctique canadien

En jargon scientifique, on estime que les migrations d’oiseaux se mesurent en tenant compte à la fois des « bénéfices » (reproduction, moindre risque de prédation…) et des « coûts » ou risques (dépenses énergétiques, risque de mortalité élevé, exposition aux évènements climatiques extrêmes…). De l’équilibre de ces deux extrêmes dépend le renouvellement de l’espèce. Afin de percer les conditions favorables à une migration réussie dans l’Arctique canadien, un groupe de scientifiques, composé de chercheurs canadiens et d’une équipe du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (1), a mené une étude visant à évaluer la variation du risque de prédation des pontes en fonction de la latitude où sont implantés les nids. Pour mener à bien le projet, des nids artificiels ont été disposés entre deux latitudes précises, à savoir 53° N et 82° N.

Cette démarche a permis aux chercheurs de déterminer le nombre d’œufs ayant réchappé de l’emprise de prédateurs potentiels, notamment les renards polaires et les goélands. Au final, il est apparu que le risque de prédation des pontes diminuait de plus de 60 % entre les sites dits du Sud et ceux situés 3350 km plus au Nord, bien que dans des milieux similaires. Ainsi, mettre le cap vers le Nord serait pour les oiseaux migrateurs évoluant dans cette région du monde gage d’une meilleure survie pour leur descendance.

Cécile Cassier
Photo : le renard polaire – Alopex lagopus © JL Martin CEFE CNRS
1- CNRS ; Université de Montpellier 1, 2 et 3 ; ENSA Montpellier ; CIRAD ; Ecole pratique des Hautes études.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
27

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS