Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les lignes électriques : cause majeure de mortalité des oiseaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les lignes électriques : cause majeure de mortalité des oiseaux

Lors de la conférence des Nations Unies sur la faune sauvage, tenue du 20 au 25 novembre 2011 à Bergen, en Norvège, furent présentés deux nouveaux rapports (1) traitant de l’impact des lignes électriques sur les espèces migratrices, dans la région Afrique – Eurasie. Ils furent débattus par les représentants d’une centaine de gouvernements et institutions, dans le cadre de la Convention sur la Conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS). D’après ces documents, les lignes électriques sont l’une des principales causes de mort accidentelle chez les oiseaux, électrocutions et collisions mortelles incluses.

Pour la seule région Afrique – Eurasie, on recense chaque année des centaines de milliers d’oiseaux morts par électrocution, et des dizaines de millions par collision avec des lignes haute tension. Les oiseaux de grande taille sont majoritairement les plus touchés. Aussi, pour les espèces de grande taille ayant une reproductivité lente, à l’instar des pélicans, cigognes, flamants, rapaces, grues, outardes et chouettes, cette mortalité accidentelle laisse craindre des déclins, voire des extinctions de populations à l’échelle locale ou régionale. En Afrique du Sud, 12 % des grues de Paradis et 11 à 15 % des outardes de Ludwig sont ainsi victimes chaque année de collisions avec un réseau électrique en pleine extension.

Les sites jugés critiques pour l’électrocution se concentrent dans les habitats ouverts, avec peu de perchoirs naturels ou d’arbres pour la nidification, tels que les steppes, les déserts et les zones humides. En cours de construction, l’actuel équipement en infrastructures électriques du continent africain est une chance de ne pas reproduire les erreurs faites précédemment. Certaines mesures permettent, en effet, de réduire la menace que constituent les lignes électriques pour les oiseaux. Aux Pays-Bas, toutes les lignes à basse et moyenne tensions ont été enfouies. D’autres pistes sont à étudier telles que la suppression du câble supérieur et une meilleure sélection des tracés des lignes.

Moins coûteuses et compatibles avec des infrastructures déjà en place, l’isolation des parties dangereuses des lignes, l’installation de perchoirs artificiels et de dispositifs de nidification, la mise en place de mécanismes d’avertissement ou d’effarouchement visuels sur les câbles supérieurs permettraient de réduire les risques de collision et d’électrocution pour les oiseaux. Selon le rapport, le marquage des câbles réduit ainsi la mortalité de 50 à 80 %.

Outre leur impact sur la faune, ces accidents ont également un coût économique, générant des coupures de courant et des mises à l’arrêt pour réparations. Fin 2010, le monde totalisait 70,5 millions de kilomètres de lignes électriques, construites sans prise en compte du facteur environnemental. L’extension de ce réseau pourrait atteindre 76,2 millions de kilomètres à l’horizon 2015.

Cécile Cassier
1- Ces deux rapports s’intitulent respectivement « Examen du conflit entre les oiseaux migrateurs et les réseaux de distribution électrique dans la région Afrique-Eurasie » et « Lignes directrices destinées à éviter ou limiter l’impact des réseaux d’électricité sur les oiseaux migrateurs dans la région Afrique-Eurasie ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
74

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS