Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les incendies de forêts : fléau pour l’homme, l’environnement et le climat
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les incendies de forêts : fléau pour l’homme, l’environnement et le climat

Comme en attestent les récents événements survenus dans le Sud de la France et la Corse, les incendies, tout particulièrement en cette période de l’année, sont un véritable fléau. Mais la France est loin d’être la seule touchée. D’après la FAO (1), chaque année, le feu détruit 350 millions d’hectares à travers le monde, hors déboisement, s’attaquant aussi bien aux terres boisées qu’aux friches et aux cultures. Outre la perte d’un couvert végétal qui mettra des années à se reconstituer et une production agricole réduite à néant, ces feux dévastateurs gagnent fréquemment les habitations, provoquant des pertes humaines chez les habitants et au sein des équipes d’intervention.

En février 2009, des feux de friche s’étant déclarés dans l’Etat australien de Victoria ont ainsi provoqué la mort de 173 personnes. Ils ont ravagé 450 000 hectares de terres et quelque 2 000 maisons, laissant sans domicile 7 500 personnes. Le coût pris en charge par les assurances pour couvrir ces sinistres s’élèverait à 1,5 milliard de dollars. Depuis le début 2009, les feux de forêt ont entraîné des pertes évaluées à plusieurs millions de dollars dans l’Etat de Victoria et en Californie. Le bilan est tout aussi peu réjouissant pour l’Ouest canadien où 10 000 personnes ont dû être évacuées en raison de feux incontrôlés. En Europe, ce sont la Grèce, l’Espagne, le Sud de la France, la Sardaigne… qui souffrent, les incendies ayant détruit des habitations et provoqué des décès chez les équipes de lutte contre le feu.

Toutefois, les pays en développement restent les plus vulnérables et les moins bien armés pour faire face à cette menace incendiaire. En Ethiopie et au Sud-Soudan, des millions d’hectares de terres brûlent chaque année. Selon la FAO, plus de 200 000 feux ont été signalés au Soudan et plus de 400 000 en Ethiopie entre 2000 et 2008. Pour ces pays à l’économie fragile, cela représente un lourd tribut à payer en terme de pertes de vies humaines, de dégâts matériels et de destruction de ressources naturelles.

Parmi les causes invoquées pour expliquer cette contagion des feux à divers points du globe, l’homme reste, sans surprise, en tête de liste. Mais s’il reste le dénominateur commun, les motivations en amont sont plus diverses. Il peut s’agir d’actes de négligence, de défrichement illégal, « d’utilisation peu judicieuse du feu en agriculture et sur les pâturages » ou encore d’incendies d’origine criminelle.

Autre sujet d’inquiétude, la densité croissante de la population est un facteur aggravant de la recrudescence des incendies à travers le monde, intensifiant la pression exercée sur les terres et les ressources naturelles d’une manière générale.

Pour soutenir les plus faibles à faire face à ces vagues de feux, lourdes de conséquences en termes de dangers pour les populations locales, de pertes économiques et matérielles, de pollution atmosphérique et de réchauffement climatique, des organisations telles que la FAO développent des campagnes pour sensibiliser les habitants à des programmes de prévention. On y préconise, entre autres, le débroussaillage systématique à proximité des constructions ou le recours à la technique du brûlis contrôlé. Si la prévention reste le domaine d’action à privilégier, un effort doit également être fourni du côté de la réactivité aux feux, avec un système d’alerte précoce et un monitorage par satellites. Plus l’évaluation de la situation est précise, plus les équipes d’intervention peuvent être dirigées efficacement.

Cécile Cassier
1- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
philou
30 juillet 2009 - 0 h 00 min

Les incendies bien sur font des victimes faunistiques et floristiques mais sont un régulateur naturel des écosystèmes. Dans les grands espaces naturels, forestiers notamment, ils font partie de la dynamique au même titre que les grands prédateurs (on l’applique au canada par exemple où les incendies sont maitrisés en périphérie uniquement, dans les zones nord). L’homme, de son point de vue et parce qu’il se sent attaqué ou en danger, en fait un fléau universel, alors que le feu existe depuis toujours et fait partie de la vie et de la mort sur notre terre. Fléau pour le climat, pas si sûr s’il n’existe pas d’autre emprise notamment humaine. Salvation parfois, nécessité tout comme les autres éléments. A méditer, la méditation nous reconnectant à ce qui est au delà des mécanismes du psychisme qui se veulent notre seule réalité.


spawn
8 août 2009 - 0 h 00 min

Les feux de forêts reste tout de même un fléau.Un incendie se renouvellant plus d’une fois tout les 4 ans entraine une perte importante de biodiversité qui ne se renouvellera sans doute jamais! sans compter les pertes économiques engendrés via le biodiversité (citer ci-dessus) mais aussi les pertes au niveau des exploitations forestiers et agricoles et les pertes humaines …Alors méditer OK mais tout les 4 ans et si les feux sont contrôlés …



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
44

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS