Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les forêts primaires ont perdu plus de 40 millions d’hectares depuis 2000
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les forêts primaires ont perdu plus de 40 millions d’hectares depuis 2000

Présentée comme l’enquête la plus exhaustive sur les forêts à l’échelle mondiale, le rapport final de l’Evaluation des ressources forestières mondiales 2010 a été communiqué le 4 octobre par la FAO, à l’occasion de l’ouverture de la session du Comité des forêts et de la Semaine mondiale des forêts à Rome. Aboutissement de quatre années de travail, cette évaluation a compilé des données relatives à 233 pays et territoires, ayant trait à sept thèmes majeurs que sont l’étendue des ressources forestières, la diversité biologique, la santé des forêts, les fonctions productives, protectrices et socio-économiques des forêts et le cadre légal, politique et institutionnel sous-tendant leur aménagement et leur utilisation.  

Dans le domaine de la diversité  forestière, si le bilan fait état d’une tendance globale positive des efforts de conservation, l’ensemble reste préoccupant. Selon le rapport, au cours de la décennie passée, au niveau mondial, 13 millions d’hectares de forêts ont été convertis chaque année (1) à d’autres utilisations, dont l’agriculture, ou ont disparu sous l’effet de phénomènes naturels. 

On estime que la superficie totale des forêts du monde représente un peu plus de 4 milliards d’hectares, soit 31 % de la surface émergée. Représentant 36 % des superficies boisées mondiales, soit 1,4 milliard d’hectares, les forêts primaires ont diminué de plus de 40 millions d’hectares depuis 2000, soit 0,4 % par an. Cette diminution ne correspond pas toujours à une disparition pure et simple, ces forêts étant souvent regroupées dans une autre catégorie après avoir subi des coupes sélectives ou abrité d’autres activités humaines. L’Amérique du Sud accuse le plus fort pourcentage de perte de forêts primaires, devançant l’Afrique et l’Asie.  

Paradoxalement, si la superficie de forêts primaires continue à diminuer, la superficie forestière principalement affectée à la conservation de la diversité  biologique et la superficie forestière dans les aires protégées augmentent constamment. Ainsi, la superficie de forêts affectées à la conservation de la diversité biologique a augmenté de plus de 95 millions d’hectares depuis 1990, dont la majeure partie entre 2000 et 2005. A l’heure actuelle, 12 % des forêts de la planète, soit plus de 460 millions d’hectares, sont principalement dédiées à la conservation de la biodiversité. 

Si les taux élevés de déforestation et de dégradation des forêts, ainsi que le recul des forêts primaires, sont les principales menaces pesant sur la biodiversité forestière, d’autres facteurs sont également à prendre en compte, tels que la gestion non durable des forêts, le changement climatique, les feux de forêt, les insectes nuisibles et les maladies, les catastrophes naturelles et les espèces envahissantes. En moyenne, 1 % de toutes les forêts serait gravement touché par les feux de forêt chaque année. Parallèlement, les attaques d’insectes nuisibles affectent près de 35 millions d’hectares de forêts chaque année, essentiellement dans les zones tempérées et boréales. 

Intrinsèquement liée  à la richesse forestière, l’extinction de nombreuses espèces de faune sauvage pourrait survenir dans un futur proche sous la pression de la chasse commerciale, soutenue par la demande des consommateurs citadins. Et appelle à la prise de mesures efficaces telles que le respect des lois, la participation des communautés, voire la fourniture d’autres sources de protéines si nécessaire. 

Cécile Cassier
1- Contre environ 16 millions d’hectares par an dans les années 1990

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 octobre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
81

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS