Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Les anti-ours durcissent le ton avec des appâts piégés
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants
  5. Le top 3 des gestes pour protéger l’environnement


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les anti-ours durcissent le ton avec des appâts piégés

Douze pots de miel contenant du verre ont été découverts dans la zone où l’ourse Franska a été relâchée le 28 avril dernier. Avec cette action les anti-ours franchissent une étape supplémentaire, car après les manifestations violentes, diverses dégradations de biens publics et privés, ils tentent maintenant de supprimer la cause de leur mécontentement, à savoir l’ours des Pyrénées.

L’alerte a été donnée le 30 avril lorsqu’un randonneur a découvert le premier pot de miel portant l’inscription ‘Non à l’ours’. Les forces de l’ordre et des gardes de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont alors ratissé la zone pour un bilan qui s’élevait, au soir du 1er mai, à 11 pots supplémentaires. Sur la base de ces éléments, le lendemain, le préfet des Hautes-Pyrénées a déposé plainte.

Parallèlement, le village de Massat, dans l’Ariège, ou plus précisément son monument aux morts, a été recouvert d’inscription ‘Non à l’ours’, alors que la commune n’a émis aucun avis favorable à la réintroduction d’ours et qu’aucune demande de réintroduction ne lui a été présentée.

La ministre de l’écologie qui s’est déclarée choquée par ces découvertes, déclare par ailleurs que ‘En ne relâchant plus désormais que 5 ours (4 femelles et 1 mâle), je ne fais que remplacer les 3 ours morts par accident (Cannelle en 2004, Melba en 1997 et Claude en 1994). Avec deux de plus, je ne fais que compenser les naissances d’ours qui n’ont pas eu lieu du fait de ces disparitions prématurées. Le renforcement a donc pour objectif de revenir à la situation que l’espèce connaissait il y a quelques années, sans qu’aucune voix s’élève à l’époque.’

A ces propos, ajoutons que l’Italie a ces dernières années renforcée sa population d’ours, dans le but d’offrir à l’espèce de nouveaux espaces à coloniser, sans se heurter à l’hostilité des éleveurs qui opposent l’ours à la survie du pastoralisme. Enfin, rappelons que les ours ne sont pas ‘lâchés dans la nature’ sans contrôle, puisqu’ils seront suivis par radioguidage durant 2 ans, pour étudier leur intégration.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS