Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Le voyage des oiseaux marins vers l’Ile Inaccessible
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le voyage des oiseaux marins vers l’Ile Inaccessible

L’archipel Tristan da Cunha est au beau milieu de l’océan atlantique, à quelques 3 360 km de la côte Sud-américaine. Dépendant du territoire britannique de Sainte Hélène, il représente le groupe d’îles inhabitées le plus éloigné du monde, pour ainsi dire, éloigné de tout, et si Napoléon n’avait été emprisonné dans le secteur, nous n’en aurions peut être jamais entendu parler. Au sein de cet archipel volcanique, où des histoires de trésors disparus se racontent encore, une île, au nom tout droit sorti d’un roman de Jules Verne, l’Ile Inaccessible, est pourtant habitée… par une espèce très rare : le Pétrel à lunette, Procellaria conspicillata.

Cet oiseau marin, classé en liste rouge comme vulnérable, compte sur l’île près de 9 000 couples nicheurs. Son habitat est exceptionnel, son comportement l’est tout autant, bien qu’il fût jusqu’à présent assez mal connu. Mais grâce à un suivi par satellite, des ornithologues brésiliens et des scientifiques de l’université de Glasgow ont fait des observations importantes. D’après ce que rapporte l’American Bird Conservancy, l’équipe de recherche a équipé cinq Pétrel d’émetteurs afin de suivre leur déplacement. Les oiseaux peuvent couvrir près de 72 000 km² en pleine mer. L’un d’entre eux aura parcouru une distance de plus de 14 000 km en seulement 49 jours et leur voyage, celui qui les conduit depuis la côte brésilienne vers l’Ile Inaccessible où ils nicheront, peut les amener à voler sur près de 600 km en une seule journée. Alors, on pourrait dire que de telles distances ne battent pas le record de la Barge rousse qui, en migration, peut parcourir plus de 11 000 km sans arrêt, mais il convient de considérer que pour le Pétrel, il ne s’agit pas de vols migratoires, mais plutôt de vols de routine, de jour comme de nuit. Car les chercheurs ont fait d’autres observations très intéressantes au cours de ce suivi. Contrairement à ce que l’on pensait, le Pétrel à lunette ne se nourrit pas dans les eaux productives près des côtes, mais loin en mer, à plus de 3 mètres de profondeurs et près du talus continental. Il fréquente ainsi les secteurs les plus prisés par la pêche. A cet égard, ces nouvelles données s’accordent avec les taux de mortalité causée par le « bycatch » (pêche accessoire) des grands oiseaux marins. En effet, suivant les bateaux de pêche, derrière lesquels les oiseaux peuvent récupérer du poisson sans trop d’effort, les accidents sont fréquents, et les Pétrel et les Albatros se trouvent souvent pris par les hameçons. En termes de conservation, les informations apportées par ce suivi satellite démontrent bien que des mesures pour limiter le bycatch doivent être prises partout en mer, et pas seulement près des côtes, mais également tout au long de la journée.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS