Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » La Baleine de la Tamise victime de l’eau douce…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La Baleine de la Tamise victime de l’eau douce…

Le week-end dernier, son destin a captivé le monde, le feu des caméras n’a néanmoins pas évité une fin tragique au voyage de cette baleine nordique qui a remonté le cours de la Tamise jusqu’à Londres. Malgré une tentative, très médiatisée, pour la sauver, elle est morte samedi soir. Une première autopsie, réalisée mercredi, donne déjà quelques clés pour comprendre ce qui s’est passé.

Il s’agissait en fait d’une jeune femelle de la famille des baleines à bec communes, mesurant presque 6 mètres de long et pesant plusieurs tonnes. A séjourner durant 3 jours en eau douce, elle est morte de déshydratation et de faim. En effet, baleines comme dauphins s’hydratent par le biais de leur nourriture et, en eau douce, impossible de trouver les calamars qui constituent le repas de cette espèce.

Comment cette baleine à bec commune, naviguant d’ordinaire dans les eaux profondes de l’Atlantique, s’est-elle retrouvée au cœur de Londres ?

D’après les scientifiques, l’hypothèse la plus probable serait qu’elle se soit ‘trompée’ en descendant à hauteur de l’Ecosse et a poursuivi sa route en mer du Nord. Elle serait entrée dans l’estuaire de la Tamise guidée par son instinct qui la poussait à rejoindre l’Atlantique, et donc l’Ouest, pour trouver sa nourriture.

Les résultats préliminaires de l’autopsie ont pour l’heure écarté l’idée que le cétacé ait été perturbé par des bruits de sonar militaire ou de toute autre activité humaine.

La pollution sonore est pourtant largement reconnue comme étant la cause de nombreux échouages de cétacés. Les sonars militaires, par exemple, parasitent les sonars propres à ces animaux et perturbent de ce fait leur moyen de navigation. Conséquences, ils ne peuvent plus s’orienter correctement et ainsi, s’échouent parfois massivement. En outre, les bateaux à moteurs, les sondes et les forages pétroliers, sont également source de pollution acoustique.

Dernière petite anecdote sur le sauvetage échoué de cette baleine : la ‘starification’ de certains événements n’en finissant plus de générer son flot d’absurdité, le seau utilisé par les sauveteurs, un vulgaire seau de plastique rouge, pour hydrater la baleine, a été mis aux enchères dès lundi sur le site internet e-bay. Les enchères qui avaient débuté à cinq livres sterling (sept euros), finissaient déjà la journée à plus de 400 livres (589 euros). Toutefois, les bénéfices devraient être reversés à une association œuvrant pour les animaux, histoire de légitimer l’absurde sans doute.

Vivement que les seringues utilisées pour vacciner les petits africains, au fin fond de l’Afrique par exemple, soient elles aussi mises aux enchères. Mais là, problème, les caméras n’ayant pas l’œil vissé sur cette misère, l’opinion publique passe vite son chemin.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
117

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS