Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » L’observation de moustiques double mutants inquiète
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’observation de moustiques double mutants inquiète

Face aux pesticides, les scientifiques observent de longue date des phénomènes d’accoutumance des organismes vivants visés, avec des mutations génétiques plus ou moins importantes. Cette faculté d’adaptation est bien connue et a impliqué de repenser la lutte face aux insectes, mais aujourd’hui une étude remet en cause cette approche.

Lorsque les insectes parviennent à résister aux insecticides grâce à une mutation, cela s’accompagne pour eux d’un ‘fardeau’ génétique handicapant pour le reste (fécondité, aptitude à se protéger de leurs prédateurs, etc.). Ainsi, dans un environnement sans insecticide, ce handicap se traduit, entre autres, par une reproduction beaucoup moins performante. Ce fardeau était considéré jusqu’ici comme un allié pour l’homme, dans sa lutte contre les insectes transmetteurs de maladie.

Or, dans le cas de moustiques double mutants, porteurs de deux gènes de résistance aux deux classes d’insecticides les plus utilisées dans le monde, des chercheurs du CNRS et de l’IRD (1) viennent de démontrer (2) que ces modifications génétiques n’étaient pas handicapantes. En effet, selon les chercheurs, ces double mutations génétiques augmentent le taux de survie des moustiques en absence d’insecticide. Cette évolution donne donc naissance à des sortes de ‘super-moustiques’, résistants aux deux classes d’insecticides les plus répandues et encore plus puissants en leur absence…

Dans ces conditions, les stratégies actuellement utilisées pour lutter contre les moustiques, qui reposent sur la vulnérabilité des non-mutants aux insecticides (avec l’alternance de deux substances différentes pour agir sur tous les moustiques), et des handicapés en absence de traitement, ne tiennent plus. Pour les chercheurs, il est donc urgent de trouver d’autres solutions pour lutter contre les moustiques vecteurs de maladies.

Alex Belvoit
1- Institut des Sciences de l’Evolution, (CNRS/Université Montpellier 2, Montpellier), Laboratoire de Lutte contre les Insectes Nuisibles (IRD, Montpellier) et Laboratoire Génétique et évolution des maladies infectieuses (CNRS/IRD).

2- L’étude a fait l’objet d’une publication téléchargeable en anglais, dans BioMed Central.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 avril 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marie
12 avril 2008 - 0 h 00 min

Mutants ou non, les moustiques ne résisteront jamais au journal qui leur tombe dessus !

Pourquoi permettre l’utilisation d’insecticides à gogo alors que des moyens préventifs existent (moustiquaires par exemple)?


Jérôme
14 avril 2008 - 0 h 00 min

Hirondelles et chauve-souris sont aussi d’une grande aide contre les moustiques, non ? Par contre on en voit de moins en moins et les hirondelles sont presque inexistantes… Encore un effet des pesticides !


simon34
14 avril 2008 - 0 h 00 min

Lorsqu’un moustique vous ennuie la nuit, effectivement, vous l’écrasez avec un journal. Mais lorsque vous êtes dehors assailli par un nuage de moustiques, les bras en sang, vous courrez vous mettre à l’eau ! Les zones traitées de façon systématique sont des zones à fort potentiel d’infestation comme le littoral méditerranéen. Ne pas traiter ces zones signifierait un changement radical dans les modes de vie des habitants, la fin du tourisme de masse pour des millions de gens, une remise en cause de l’économie régionale, voire un exode massif des villes et villages côtiers… Prendre cette question à la légère serait faire preuve de cynisme.

La pullulation de moustiques d’il y a deux ans a donné un aperçu de ce qui risque d’arriver: écoles fermées, épidémies, impossibilité de sortir, animaux domestiques morts d’épuisement. Plusieurs millions de personnes habitent sur le littoral méditerranéen, mais cette occupation, même si on l’a oublié et considérée comme « acquise », repose sur la démoustication. Nous avons déjà eu 3 mutations successives. Aujourd’hui on traite au BT. Lorsqu’il ne sera plus efficace, on peut s’attendre à de gros problèmes: – si on ne trouve pas de nouveau poison, – si on est contraint d’utiliser des substances de plus en plus nocives.

On peut sourire et se dire que la nature reprend ses droits, que l’homme joue avec le feu, mais on ne peut pas non plus blâmer les populations locales de s’être développées étant donné l’ignorance dans laquelle elles ont été maintenues. Si des gens ont une grande responsabilité, ce sont les techno-scientistes qui ont fait le pari qu’on pourrait se débarrasser durablement des moustiques.

La question n’est pas simple.


pvirlo
14 avril 2008 - 0 h 00 min

Ca marche aussi très bien, ça laisse passer l’air mais pas les moustiques.


Euskalion
16 avril 2008 - 0 h 00 min

Connaissez-vous le tir à l’élastique ? Cette activité permet d’allier l’utilité d’une arme d’une redoutable précision (avec un peu d’entraînement) à l’élégance sportive du pratiquant souhaitant se débarasser de l’importun suceur de sang et vecteur de maladies.
Alors n’attendez plus. Vous aussi pratiquez le tir à l’élastique !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
137

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS