Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » L’homme, super prédateur, influence l’évolution des espèces
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’homme, super prédateur, influence l’évolution des espèces

Les activités prédatrices de l’homme moderne, comme la pêche commerciale, la chasse de loisir ou la collecte, imposent des changements évolutifs trois fois plus rapides que dans la nature.

Les traits observables des espèces, comme la taille, la morphologie ou la physiologie, en d’autres termes, leur phénotype, sont constamment modelés par l’environnement et les agents de la sélection. Mais, parmi ces agents, l’homme-prédateur, en éliminant les plus grands individus au sein des populations animales ou végétales, provoque des changements dont l’ampleur est sans commune mesure. Des recherches scientifiques ont montré comment il influence la taille et les capacités reproductives des espèces ciblées, modifiant les trajectoires de l’évolution et réduisant d’autant leur potentiel de survie.

Ce genre de révélation n’a rien de nouveau, les premières observations sur la réaction à la prédation humaine à grande échelle ont presque vingt ans. On savait déjà par exemple que la morue de l’Atlantique se reproduit désormais beaucoup plus tôt et à une taille plus réduite. Ici, l’apport d’une nouvelle étude, publiée dans la célèbre revue américaine, The Proceedings of the National Academy of Sciences, est la confirmation d’une généralisation de ce phénomène et l’impressionnante vitesse à laquelle il se produit. Le travail de recherche, conduit par Chris Darimont de l’Université Victoria au Canada, a concerné 29 espèces, étudiant 40 systèmes d’exploitation de différents groupes vivants (poissons, ongulés, invertébrés et plantes) en les comparant avec des systèmes naturels et d’autres modifiés par l’homme.

Les modifications morphologiques ou physiologiques induites par la pression de pêche ou de chasse ont un rythme 1,5 fois plus élevé que celles observées dans d’autres systèmes d’exploitation de la nature, en zone agricole par exemple. Chez les espèces de proies, presque tous les caractères à l’étude ont été modifiés, la taille par exemple est à 20 % plus réduite, et la reproduction se fait beaucoup plus tôt. Pour les animaux, se reproduire à un plus jeune âge et à une taille plus petite permet de laisser une descendance avant d’être pris. Mais il semblerait que cette reproduction « précoce » ne soit pas aussi efficace que celle d’un animal de plus grande taille. Les poissons pondraient alors beaucoup moins d’œufs, par exemple. A long, ou même moyen terme, vu la rapidité du changement, une réduction drastique des stocks pourrait bien se produire.

Dans le cas de la chasse au trophée, les proies sélectionnées sont toujours des adultes, les plus beaux et les plus grands individus. Ici, c’est exactement l’inverse de ce qui se passe dans la nature, où les prédateurs, afin de diminuer les risques et l’énergie investie dans la chasse, sélectionnent toujours les jeunes, les animaux malades ou trop âgés, en somme les plus faibles. Cette sélection naturelle favorise les individus robustes et maintient le patrimoine génétique pour des populations animales saines. Avec la chasse sportive, en trente ans, la taille du mouflon d’Amérique s’est vue réduite de 25 %, chez les mâles comme les femelles, montrant bien que la population évolue alors que des gènes sont retirés du pool par la sélection de la chasse au trophée.

Les changements phénotypiques observés chez les espèces exploitées se répercutent dans tout l’écosystème. Ainsi la prédation humaine, mais, aussi, dans son sillage, certaines mesures de protection comme les limites de taille de captures, ont des implications beaucoup plus profondes que le seul prélèvement.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 16 janvier 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
17 janvier 2009 - 0 h 00 min

Gardons espoir, l’homme trouvera bientôt une autre planète à saccager.
Les extras terrestres (gibier du futur) n’ont qu’à bien se tenir.


thylacine
18 janvier 2009 - 0 h 00 min

1er point: l’Homme est par nature un OMNIVORE opportuniste; seulement occasionnellement donc un prédateur, ou un super prédateur…

2e point: la prédation exercée par l’Homme s’effectue DANS la nature; elle en est un élément constitutif. Donc on ne peux pas comparer la prédation humaine et celle dans la Nature: ça n’a aucun sens…

3e point: dans l’histoire de la vie sur Terre, chaque saut évolutif ayant fait apparaître, généralement assez rapidement (théorie dite des « équilibres ponctués ») des innovations décisives en matière d’adaptation, a généralement provoqué des impacts majeurs sur l’environnement, et notamment des disparitions d’espèces. Donc, pour moi, les transformations rapides que subit la biosphère actuellement, s’inscrivent dans un processus NORMAL et HABITUEL de la dynamique de la vie. Cessons cette culpabilisation stupide, qui résulte en fait d’une prétention démesurée. La nouveauté (pléonasme pour une innovation!), c’est que cette innovation décisive est un cerveau d’une complexité inouïe, ayant fourni en très peu de temps (1 ou 2 millions d’années) à l’Homme un extraordinaire avantage adaptatif en terme d’exploitation des ressources. Cette espèce connaît donc actuellement un boum démographique fabuleux (nous sommes toujours en plein dedans), qui est dans la logique des choses, et qui impacte évidemment de façon importante la biosphère, et provoque donc des disparitions d’espèces. Et ce n’est probablement que le tout début! C’est le contraire qui serait étonnant…

Là où les choses deviennent intéressantes, c’est que ce cerveau a également fait émerger une « conscience », et une capacité cognitive permettant d’appréhender l’environnement dans sa complexité, et de se projeter dans l’avenir, pour PREVOIR et mesurer l’effet de ses actes. Cela me permet d’écrire ce texte et à vous de le lire. D’où l’apparition d’une MORALE: ce que je fais et bien ou mal selon le jugement que je porte sur les conséquence de l’acte. En effet, pour compliquer encore l’affaire, l’Homme est une espèce sociale: donc son comportement, et son jugement sont en grande partie contrôlés par des facteurs sociaux. Là est sans doute en grande partie la source de la morale, qui est en fait le sens de l’intérêt collectif (le fameux « altruisme »). Un organisme solitaire est évidemment par essence amoral!
De plus, la complexité croissante des sociétés génère elle-même des comportements globaux, propres aux sociétés, mais qui échappent au contrôle des individus.
Où je veux en venir?
Cessons de culpabiliser! Nous sommes des animaux, faisons partie de la Nature, et agissons globalement comme tous les animaux ont toujours agi… Notre expansion démographique mesure objectivement une extraordinaire « réussite » évolutive. Elle a et aura un impact sur la biosphère; c’est dans l’ordre des choses, rien n’a jamais été statique depuis les origines de l’aventure de la vie. Pour autant, nous sommes en état, dans une certaine mesure, peut-être, de choisir quelle intensité ou quelle nature notre impact aura… C’est une enjeu politique, au sens noble, de savoir dans quelle mesure… Personnellement je suis très pessimiste mais ce n’est que mon sentiment. Mais qu’on ne se trompe pas: tout continue, la sélection, l’adaptation, l’apparition de nouvelles espèces, la sélection de la population humaine par ses ressources, ses parasites, etc… Les interactions écologique sont, par définitions, toujours en action, sur l’espèce humaine comme sur les autres. Nous ne sommes pas et ne serons probablement jamais « hors nature »… La « Nature » ne dépend pas de nous, elle nous englobe. Mais nous y jouons un rôle que nous somme capables d’observer. Donc pas coupables, mais responsables. Quel défi excitant!


taiga
18 janvier 2009 - 0 h 00 min

à Thylacine: très intéressante réflexion intellectuelle, bien que anthropocentrique dont je ne sais partager la sérénité;j’ai l’impression que nous n’observons pas la même planète.L’homme « civilisé » n’est pas « hors nature », pire il est « contre nature ». Sa puissance de destruction est disproportionnée par rapport à la dimension de la planète, on détruit,consomme et surtout gaspille sur 2 générations ce que la terre a mis des milliards d’années à créer et à équilibrer.Je ne vois là aucun processus normal et habituel. Aucun animal n’agit de cette façon, l’animal pourvoit à sa survie et à celle de ses jeunes sans plus. Le développement de notre conscience et sens éthique sont fort en retard par rapport à celui de notre intellect! Je ne vois qu’une grande immaturité humaine, bien incapable d’anticiper et de réparer ses propres dégâts. Se sentir coupable (collectivement et individuellement) c’est au moins reconnaître que notre façon d’être n’est pas bonne.


thylacine
18 janvier 2009 - 0 h 00 min

C’est votre point de vue qui est anthropocentrique! Je suis d’accord avec vous, si l’on se place de ce point de vue: je suis naturaliste, et j’ai vécu déjà assez longtemps pour voir disparaître beaucoup d’espèces, de milieux, de beauté. Ce sont, pour moi, comme pour vous, des drames affectifs. Chaque disparition d’espèce est pour moi un deuil, la perte de quelqu’un de cher… Et l’impact humain est énorme et rapide, probablement plus que cela n’a jamais été pour aucune autre espèce (mais en fait qu’en savons-nous?). Là nous sommes d’accord. Et je consacre ma vie, comme vous sans doute, à lutter contre cela (je suis aussi enseignant). Mais tout cela est mon point de vue d’Homme, donc subjectif, et forcément anthropocentrique.
Mon intervention précédente visait justement à prendre du recul et à adopter un point de vue objectif, donc dépourvu d’affectif, et aussi à changer d’échelle de temps.
La Nature n’a jamais rien « fait », c’est un concept. Elle se contrefiche de « l’état de la planète »; c’est nous humains, qui nous en préoccupons. Et ce qui se passe maintenant, c’est aussi elle qui le « fait », ou qui le « défait », selon votre vision..
La sérénité est indispensable en toute circonstances, même les pires, pour agir… Il n’y a ni bien ni mal dans la Nature, ni construction ni destruction, juste des processus en action…
Les castors construisent des barrages, les hirondelles construisent des nids en maçonnerie, les troupeaux de grands herbivores déboisent, les plantes ont changé la composition de l’atmosphère et les climats, des mutations de virus ont anéanti des populations énormes d’êtres vivants, la dérive des continents a mis en contact des faunes qui ne l’étaient pas et provoqué des extinctions en cascade, etc… La vie et la mort sont intimement liées dans ce que nous appelons « la Vie ». C’est par la disparition des « moins adaptés » que se fait la sélection, et donc l’adaptation. Nous nous inscrivons dans ce processus. Mais nous en somme conscients. Voilà la vraie différence… Je veux dire « qualitative ». Ce qui, et là encore probablement je suis d’accord avec vous, nous donne le devoir « moral » de tenter d’infléchir notre destin. Chacun à son niveau. Personnellement, je m’y emploie. Mais nous sommes bientôt 7 milliards… Or la seule action que nous pouvons avoir est individuelle; nous ne pouvons agir que sur nous même, en repensant chaque acte, et en visant l’impeccabilité personnelle. C’est déjà un très gros boulot! Nous ne pouvons rien sur les 7 milliards d’autres… Donc n’endossons pas la responsabilité collective, c’est trop lourd, et ça nous écrase. La nôtre perso, c’est déjà beaucoup. Et pour ce « gros boulot », je ne pense pas que rester serein, ET lucide, soit une mauvaise chose…


taiga
18 janvier 2009 - 0 h 00 min

Des centaines d’espèces disparaissent à jamais. Les magnifiques capacités d’adaptation dont ont toujours fait preuve les espèces animales et végétales ne suffisent plus pour contrer LE prédateur-exploiteur que nous sommes devenus. Le pire c’est qu’on connaît l’effet dévastateur de notre façon de « vivre » mais que rien ne nous arrête, taïaut nous continuons! Et pourtant, nous sommes de + en + nombreux à nous sentir très mal dans notre peau humaine, preuve que notre façon de « vivre » n’est pas juste. J’ai souvent honte d’appartenir à la race humaine, Je pense qu’aucune espèce n’est supérieure aux autres, que l’intelligence donne des devoirs, non des droits, que tout est interdépendant. Nous devrions nous interroger sur ce qui pousse notre espèce humaine à tant d’agressivité, de violence, d’avidité de posséder et de folle inconsience. Une grande pulsion suicidaire collective? L’effet boomerang va sans doute tôt ou tard s’enclencher.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
1251

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS