Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » L’envolée du frelon asiatique menace les abeilles françaises
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’envolée du frelon asiatique menace les abeilles françaises

Les populations d’abeilles, déjà durement éprouvées, ont trouvé un nouveau prédateur en la figure du frelon asiatique. Soupçonnée dès 2004, la présence de cet exilé chinois sur le territoire français ne fait désormais plus de doute. Fin 2006, des traces de l’indésirable étaient dépistées dans 13 départements du Sud-Ouest de l’hexagone, depuis la Charente-Maritime aux Pyrénées orientales, de la Gironde et des Landes jusqu’à la Corrèze et la Haute Garonne. A titre d’exemple, les pompiers de Gironde ont détruit pas moins de 700 nids d’octobre à décembre 2007. Une progression exponentielle qui suscite de nombreuses inquiétudes quant aux retombées à venir sur l’équilibre de l’écosystème.

Exemple de nid sphérique de frelon asiatique

Si les études destinées à mesurer l’ampleur réelle de l’impact environnemental de cet insecte sont encore en cours de réalisation, il est fort probable que son expansion récente ait de lourdes répercutions sur l’apiculture française. Faisant des butineuses sa nourriture de prédilection, il les guette puis les attaque en plein vol. Comme il lui est généralement impossible de s’introduire dans les ruches domestiques en raison de la taille réglementée des accès, il opère un siège à l’entrée condamnant par là même ses occupantes à jeûner. On observe alors assez rapidement un arrêt de la ponte et de la miellée, signant la mort inéluctable de la colonie assiégée.

Les abeilles possèdent pourtant une technique de défense groupée assez efficace. La stratégie consiste à encercler le frelon agresseur et à vibrer des ailes jusqu’à faire monter la température au sein de la boule. Ne supportant pas une température supérieure à 45°C, l’oppresseur succombe d’hyperthermie. Mais si héroïque soit-il, cet exercice affaiblit énormément la ruche, les ouvrières étant monopolisées pour la défense et délaissant de ce fait l’approvisionnement.

En réduisant les populations de butineuses, c’est une fois de plus l’ensemble du processus de pollinisation qui est fragilisé, influant ainsi indirectement sur la pérennité des arbres fruitiers, des productions maraîchères et de la biodiversité végétale en général. Un constat d’autant plus inquiétant que le Vespa velutina est également friand de fruits mûrs, et que par conséquent les vergers représentent à ses yeux des garde-manger particulièrement attractifs.



Tactique de défense des abeilles à l’approche du Frelon asiatique


Si le frelon asiatique est sans pitié pour les insectes pollinisateurs, il est en revanche beaucoup moins dangereux pour l’homme. Bien que son étonnante réactivité à toute sorte de stimuli lui ai conféré une réputation surfaite de guerrier agressif, il est de par son comportement et sa physionomie assez proche de la guêpe et représente une menace équivalente. Plus petit que son homologue européen le Vespa crabo, le frelon asiatique se distingue cependant des autres guêpes par sa teinte très foncée. En revanche, la localisation de ses nids, fréquemment situés sous les toitures, favorise les rencontres accidentelles.

Dans l’attente de données scientifiques probantes qui permettraient de classer le Vespa velutina comme nuisible, la question de son éradication reste extrêmement polémique. La politique de destruction massive plébiscitée par les apiculteurs inquiètent les experts scientifiques qui craignent que d’autres espèces de vespa soient indifféremment décimées. De plus, la haute résistance de cette espèce de frelon à la désinsectisation traditionnelle, laisse craindre des dérives telles la destruction du nid au fusil. Cette méthode, vivement déconseillée, suscite en effet une grande agitation chez les survivants, lesquels peuvent alors adopter un comportement potentiellement agressif vis-à-vis des résidents voisins.

Si les instances régionales se refusent à intervenir sans l’aval de la communauté scientifique, l’urgence se fait pourtant sentir. A partir de la mi-mai, une fois les nids constitués, il faudra attendre un an avant de pouvoir escompter enrayer le phénomène. D’ici là, les effectifs de frelon asiatique auront sans nul doute poursuivi leur croissance.

Cécile Cassier
Photos © Jean Haxaire

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 avril 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
peplum85
1 mai 2008 - 0 h 00 min

comme d’habitude , nos décideurs tergiversent et c’est quand il sera trop tard que là quelque chose d’insuffisant se mettra en place . les exemples ne manquent pas : jussie , gaucho , ogm …


claude reboul
2 mai 2008 - 0 h 00 min

Apparemment ce frelon aurait une taille de guêpe. Pourquoi ne pas l’avoir baptisé guêpe asiatique. Car nos frelons dont nous avons la trouille à cause de sa taille, est moins béliqueux que nos guêpes. Faut pas aller le chatouiller c’est un fait, mais il n’est pas agressif et il participe à la pollénisation comme les abeilles et les bourdons. Si quelqu’un en à déjà vu, est-ce qu’il est plus gros que les abeilles ? Auquel cas, il suffirait de protéger les ruchers avec une volière qui ne laiserait passer que les abeilles entre les mailles. Du coup, il ne pourrait plus surveiller l’entrée de la ruche et les butineuses auraient par contre des milliers de sorties ce qui dérouterait… peut-être l’agresseur. Ce qui n’empêcherai pas d’aller détruire son HLM. Si le frelon asiate est arrivé planqué dans un Airbus, ce n’est pas le cas des coccinelles du même continent qu’on a largement utilisé contre les pucerons pour une soi-disante lutte écologique. Maintenant, on recommande de les érradiquer car ils boulottent les oeufs et les larves de nos coccinelles à nous. En fait, il n’y a pas que le descendant de Mr Cromagnon qui pratique la mondialisation : les insectes ont pigé qu’il fallait nous coller au train.


gibi3379
3 mai 2008 - 0 h 00 min

Le frelon vespa velutina negrithorax est plus dangeureux pour l’homme comme tous les autres frelons. Pourquoi ?
Dès que son guêpier est supposé en danger, ils sortent en grand nombre, ils courent sur leur habitat à la recherche de l’agresseur. Si un agresseur est vu, alors une attaque par plusieurs dizaines de frelons à lieu.
A dire qu’il n’est pas dangeureux un gamin a balancé son ballon dans un guêpier. Une attaque généralisée a eu lieu sur le quartier.
Pour vous rendre utile vous pouvez recommander de piéger les fondatrices en ce moment jusqu’à la fin du mois de mai.
Merci.

BODY Yves
Président du GDSA 33
email body.yves@free.fr
tél 05 57 35 35 77



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
23703

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS