Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » L’eau se fait rare en Méditerranée, les libellules aussi
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’eau se fait rare en Méditerranée, les libellules aussi

Rarement porteuse de bonnes nouvelles, la liste rouge des espèces menacées dressée par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) ne cesse de s’allonger. Dernière en date, la libellule de Méditerranée est aujourd’hui en mauvaise posture, une espèce sur cinq étant menacée d’extinction sur le plan régional. Portant sur quelque 163 espèces de libellules et de demoiselles de la région méditerranéenne, le bilan rapporté fait état de cinq espèces « en danger critique d’extinction », 13 « en danger », 13 autres déclarées « vulnérables », 27 « quasi-menacées », 96 sont en « préoccupation mineure » et 6 autres pâtissent de données insuffisantes. En Méditerranée, quatre espèces sont d’ores et déjà éteintes : Agriocnemis exilis, Ceriagrion glabrum, Rhyothemis semihyalina et Phyllomacromia africana.

La raison principale de cette disparition de la libellule tient principalement à la raréfaction croissante de l’eau dans cette région du monde. Ainsi, 14 % de ces espèces d’insectes se concentrent dans des écosystèmes méditerranéens d’eau douce, milieux très riches mais comptant également parmi les plus fragilisés. Illustratif du phénomène, la dégradation des habitats et la pollution représentent les deux principales menaces pour 67 % des espèces étudiées. A titre d’exemple, la demoiselle Calopteryx exul, en déclin constant, a rejoint la catégorie « en danger ». Implantée au Maghreb, elle vit dans des habitats aquatiques dont les écosystèmes sont gravement affectés par la pression humaine (consommation, irrigation…), la pollution de l’eau et une sécheresse qui s’intensifie.



Glittering Demoiselle (Calopteryx exul)


A l’heure actuelle, la plupart des espèces menacées sont concentrées dans le Levant, les Balkans et le Sud de la Turquie, ainsi que dans le Nord-Est de l’Algérie et le Nord de la Tunisie.

Pour l’UICN, seule une campagne de protection coordonnée est susceptible d’enrayer ce déclin général. De fait, si certaines espèces telles que l’agrion orné (Coenagrion ornatum) (1) bénéficient d’une protection, nombreuses encore sont celles à rester dans l’indifférence alors même qu’elles sont menacées de disparaître.

En France, la disparition des zones humides laisse augurer un sort similaire à l’ensemble de la faune qui dépend de ces écosystèmes. En effet, consistant à éliminer l’excès d’eau ou de sel en vue d’une mise en valeur agricole, le drainage des sols fut en augmentation constante dans le pays de 1979 à 2000. Il est toutefois à noter que, dans le cas français, cette augmentation ne s’est pas vérifiée dans les zones humides du littoral méditerranéen.

Réputées pour être de bons indicateurs de la qualité de l’eau, les libellules révèlent aujourd’hui une situation inquiétante face au tarissement des milieux aquatiques. Or, si certains se plaisent à croire que la libellule n’est pas indispensable à l’homme, le problème sous-jacent qu’elle laisse entrevoir, lui, ne peut laisser indifférent.

Cécile Cassier
Photo © Jean–Pierre Boudot

1- L’agrion orné est protégé par la directive européenne habitats.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 octobre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
15 octobre 2009 - 0 h 00 min

Non, les Libellules ne sont pas de bons indicateurs de la qualité de l’eau. Eventuellement des témoins de la qualité (et de la présence!) des habitats, ce qui n’est pas la même chose… Ils sont en revanche relativement indifférents à la « qualité de l’eau ».


Natha
18 octobre 2009 - 0 h 00 min

En réaction à cet article, je voudrais simplement mentionner que les régions concernées sont aussi des régions riches en moustiques, qui vivent eux aussi dans les mares et autres étendues d’eau calme. Comme par hasard, on multiplie les pulvérisations d’insecticides pour les éradiquer, sans se demander si cela ne peut pas détruire d’autres espèces telles que les libellules, pour ne citer qu’elles.
Alors que la Terre se réchauffe et que l’eau se raréfie est une chose, qu’on en oublie l’activité de l’homme, c’est un peu facile non?….



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
609

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS