Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Incendies à répétition : la forêt méditerranéenne en danger
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Incendies à répétition : la forêt méditerranéenne en danger

Fruit de trois ans de recherches, menées conjointement par le Cemagref, le CNRS, l’INRA et trois universités d’Aix-Marseille et de Lyon, le programme IRISE (2005-2008) s’est intéressé aux répercussions des incendies sur les écosystèmes forestiers méditerranéens. Les chercheurs sont finalement parvenus à la conclusion que ce n’est pas tant un feu isolé qui est dommageable à la forêt que la répétition de celui-ci.

Dans les zones sujettes aux incendies, l’essentiel de la matière organique présente dans le sol se concentre dans les premiers centimètres, d’où une forte exposition aux phénomènes d’érosion et de combustion. Or, après le passage d’un incendie, il faut compter entre 15 et 25 ans pour que les paramètres physico-chimiques des sols forestiers retrouvent quantitativement leur niveau initial. En revanche, il faut attendre 50 ans pour que les communautés bactériennes et la faune du sol retrouvent leur diversité et leur activité originelles.

Un seul feu suffit à interrompre ce long processus de régénération, sans, toutefois, que cela compromette la restauration sur le long terme. Il en va de même pour un feu supplémentaire, voire deux feux, survenant au cours de ce cycle de 50 ans. Mais, selon les chercheurs, on atteint là les limites de ce que peut supporter la forêt méditerranéenne. De fait, un quatrième feu au cours de cette période, de même que deux incendies rapprochés à moins de dix ans d’intervalle, peuvent être fatals à l’écosystème. Au seuil du quatrième feu, on constate une raréfaction des espèces et des communautés essentielles au fonctionnement du milieu, ainsi que la diminution du stock et de la qualité de la matière organique. Dès lors, la composition végétale change, la forêt pouvant progressivement céder le pas à des formations arbustives.

En outre, conjuguée à un nombre important d’incendies, l’augmentation de la fréquence et de la durée des épisodes de sécheresse, à l’instar de ce qui s’est produit entre 2003 et 2007, conduit à un effondrement du fonctionnement biologique de l’écosystème. Ainsi, une sécheresse persistante après un feu ralentit la régénération de la forêt, voire la stoppe si elle excède quatre années consécutives. A l’inverse, l’impact d’un incendie sera d’autant plus préjudiciable à un milieu forestier si ce dernier sort d’une période de sécheresse prolongée.

Aussi, alors que les feux et les sécheresses sont voués à se multiplier sous la pression du réchauffement climatique, la préservation de l’équilibre forestier méditerranéen s’annonce ardue.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 avril 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
baralu
3 mai 2009 - 0 h 00 min

Une étude scientifique de plus, ayant mobilisé du monde, qui constate ce que tout le monde, habitant la foret méditerranéenne, constate depuis des années: sa disparition!
Même les endroits reboisées, brule et rebrule, la garrigue s’installe, et même avec 30 cm de haut, elle aussi, brule et rebrule, Il ne reste déjà plus grand chose de mon paysage: des montagnes arides,des collines nues, la terre qui est partie, emportée par les orages, laisse à nu le sol rocheux.
Les forets de mon grand père n’existent plus depuis longtemps!
C’est fini!
Et quand cela n’est pas le feux, les regles d’urbanisme (DDA) autorise la destruction massive des pins, car il ne s’agit pas « d’espèces particulières intéressantes » et vous etes autoriser à détruire vos hectares de pins au bulldozer!
La foret recule devant l’urbanisation.
il ne restera bientôt que du maquis protégé en guise de foret!
Tous ces scientifiques occupent leur temps, et justifient leurs salaires par ce genre de publication inutile et dramatiquement administrative, cela à dû leur prendre 6 mois pour « pondre » ces documents, il aurait été plus facile et rapide d’aller demander l’avis d’un berger ou d’un paysan habitant depuis des générations au milieu de cette foret qui n’existe plus, ou si peu.
Et le peu qui reste est sous perfusion!

cordialement



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
93

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS