Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Etat de la faune et de la flore dans une Ile-de-France urbanisée
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Etat de la faune et de la flore dans une Ile-de-France urbanisée

Un an après la parution des premiers indicateurs régionaux, Natureparif (1) a présenté un état des lieux de l’état de santé de la biodiversité en Ile-de-France. Pour cette édition, l’agence a concentré ses recherches sur la capacité de reconquête du vivant soumis à des perturbations, capacité connue sous le nom de résilience. L’objectif de cette étude est d’évaluer le potentiel d’adaptation des espèces végétales et animales dans cette région petite, très peuplée, fortement urbanisée et soumise à des pratiques agricoles intensives.

Le constat global qui ressort de ce bilan est que les milieux urbains, forestiers et agricoles sont moins accueillants pour la vie sauvage en Ile-de-France que partout ailleurs en France. Concernant les oiseaux, si les populations d’espèces généralistes ont connu un accroissement de 36 % entre 2001 et 2010 au niveau national, seules les espèces du bâti ont vu leurs effectifs croître en Ile-de-France sur la même période. Le groupe d’espèces spécialistes des milieux forestiers est, quant à lui, en baisse dans la région francilienne. Plus inquiétant, les espèces généralistes, réputées pour s’adapter facilement à tous les milieux, affichent également une baisse de 2 %. Les espèces spécialistes des milieux agricoles baissent dans des proportions identiques en Ile-de-France et dans le reste de la France.

Toutefois, si l’appropriation du milieu urbain par la biodiversité est chose ardue, tout espoir n’est pas perdu. Selon les auteurs du rapport, un changement de pratiques, même à petite échelle, peut s’avérer payante pour la nature. Ainsi, on a observé une recrudescence de papillons et d’escargots dans des milieux urbains où il y a plus de naturalité (« mauvaises herbes », friches etc.), une offre nectarifère importante et pas de pesticides. Les espaces délaissés et sans activité se montrent donc bien plus hospitaliers que les parcs majoritairement jardinés. Dès lors, certaines pratiques de jardinage « peuvent très fortement favoriser la vie sauvage, voire même contrebalancer l’effet de l’urbanisation ».

Pour preuve, les analyses démontrent que les effectifs de papillons et la diversité en espèces d’escargots baissent dès lors qu’il y a usage de pesticides. Ces substances agissent, en effet, sur les papillons dès leur stade larvaire, les chenilles se nourrissant de plantes. Et, bien qu’ils ne le soient pas tous, les escargots sont exposés de par leur statut d’herbivore. Mais, comme le souligne l’étude, « les pesticides, autrement appelés biocides, sont néfastes à la vie en général ».

Cécile Cassier
1- Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
philou
22 décembre 2011 - 0 h 00 min

Il n’y a pas de mauvaises herbes …. il n’y a que des herbes folles ! qu’on se le dise !!


peter77
23 décembre 2011 - 0 h 00 min

Très inquiétant aussi le projet de carrières de gypse à ciel ouvert prévues sur plusieurs kilomètres de part et d’autre de l’Aqueduc de la Dhuis.Ce corridor écologique entre Paris,la Seine Saint-Denis et la Seine et Marne est indispensable à la faune et à la flore existantes et traverse 2 zones naturelles d’intérêt écologique,faunistique et floristique (ZNIEFF).



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
86

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS