Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Espoir pour la sauvegarde de l’outarde canepetière
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Espoir pour la sauvegarde de l’outarde canepetière

Pesant entre 600 grammes et 1 kg, l’outarde canepetière est un oiseau facilement identifiable grâce à son plumage brun marron qui contraste avec la blancheur de son ventre. Réputée pour ses parades nuptiales théâtrales, l’espèce doit son nom au chant du mâle qui émet un court « prret » à l’approche des amours. Actuellement, la France recense environ 3000 individus, incluant tant les populations sédentaires établies sur le pourtour méditerranéen que les populations migratoires réparties dans les plaines du Centre Ouest du territoire. Un chiffre dérisoire au regard des 7200 oiseaux qu’abritait la France en 1980.

Adepte des plaines céréalières, l’outarde peine en effet depuis quelques années à faire face à la modification du paysage agricole. La disparition des cultures en mosaïque, sacrifiées aux besoins de l’exploitation intensive, la prive de lieu de nidification. Etant donné que les nids consistent en une cuvette aménagée au sol, les accidents liés aux travaux agricoles sont fréquents. La pression exercée par l’agriculture est encore renforcée par une urbanisation croissante, restreignant encore les aires d’accueil propices à la reproduction de l’outarde.

Face à l’accélération de son déclin dans les années 1980, l’outarde a été classée espèce protégée. Par la suite, un plan de conservation a été mis en place dès les années 1990. A travers des contrats passés avec des agriculteurs et des propriétaires, et l’achat de terrains, il a permis de mobiliser 194 000 ha de zones de protection de l’outarde. La première version du programme européen LIFE Nature (1997- 2001) (1) a joué un rôle important dans le ralentissement du déclin de l’outarde via la restauration de plus de 500 ha de prairies et luzernières en plaine du Poitou-Charentes et l’acquisition de 50 ha de terrains dans l’Indre, la Vienne et le Maine-et-Loire, ce dernier concentrant un noyau important de populations migratoires.

Engagée depuis 2004, la deuxième version de LIFE Nature (2004- 2009) se veut aussi prometteuse. Concentrant ses efforts sur les populations d’outardes migratrices des plaines céréalières, elle soutient l’ouverture de centres destinés à assurer le renouvellement de l’espèce et à la préserver de l’extinction. Ainsi, le 10 juin prochain, la Secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, fera l’inauguration d’un centre d’élevage reproducteur à la réserve animalière de la Haute-Touche à Azay-le-ferron (Indre), établissement rattaché au Muséum national d’Histoire Naturelle. Il fait écho au centre d’élevage de poussins installé à Sainte Blandine dans le département des Deux-Sèvres et placé sous la gestion de la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux).

En accueillant des oiseaux reproducteurs issus du centre de Sainte Blandine, le nouvel établissement assistera la reproduction de l’espèce à l’intérieur de ses murs, en procédant soit par insémination artificielle, soit par couples composés dans les volières. A l’heure actuelle, 16 volières de grande dimension et 8 individuelles ont déjà été construites, auxquelles devraient s’ajouter 8 grandes volières supplémentaires d’ici l’automne prochain. A terme, cela devrait représenter une capacité totale d’accueil de 60 oiseaux reproducteurs.

Si l’ouverture de ce site de conservation est un grand pas pour la préservation de l’outarde canepetière, l’objectif final reste la réintroduction en milieu naturel. Celle-ci ne sera réalisable que si des mesures agro-environnementales effectives sont mises en place, à l’image d’un système de compensation financière pour les agriculteurs pratiquant une exploitation respectueuse de l’espèce (retard du broyage des jachères pour faciliter la ponte…).

Cécile Cassier
1- Le programme européen LIFE est géré par la Commission européenne. Dans le cadre des volets « Nature » et « Environnement », il est relayé à l’échelle nationale par le Ministère de l’Ecologie.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 04 juin 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
106

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS