Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Encore plus d’oiseaux menacés : les derniers chiffres de la liste rouge
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Encore plus d’oiseaux menacés : les derniers chiffres de la liste rouge

L’UICN (1) annonce aujourd’hui sa dernière évaluation. Les populations mondiales d’oiseaux sont « plus menacées que jamais ». Devant les chiffres, le constat est effectivement assez désolant. Sur près de 10 000 espèces d’oiseaux suivies par l’UICN et BirdLife International, la liste des espèces menacées n’a fait que se gonfler durant les dix dernières années. En 1998, l’UICN en dénombrait près de 1 000, ce chiffre passait à 1 183 dans les années 2000, pour atteindre aujourd’hui, en 2009, 1 227, soit 12 % du total. Parmi elles, les espèces en danger critique, la catégorie la plus proche de l’extinction pour l’UICN, sont au nombre de 192.

Cette situation s’illustre par quelques espèces rares, devenant encore plus rares : un colibri (Eriocnemis isabellae) découvert en Colombie et dont l’habitat de quelques 1 200 hectares se voit être réduit chaque année, un des fameux « pinsons de Darwin » (Camarhynchus pauper) qui, dans les Galápagos, est menacé par l’introduction de parasites, ou encore l’aigle martial dont les populations déclinent rapidement en Afrique. Mais, précise l’UICN, il n’y a pas que le problème des espèces rares, aussi « les oiseaux communs deviennent moins communs ». Avec un déclin de près de 30% de ses effectifs en dix ans, le martinet ramoneur est l’exemple fourni par l’organisation. « Globalement, les choses continuent à s’empirer » déclare Leon Bennun de Birdlife, précisant tout de même que quelques « success stories » de la conservation permettent de garder espoir. Le Foudi de l’Ile Maurice, un petit tisserin endémique dont la population ne dépassait pas 250 individus, a pu être sauvé de l’extinction.

Elisabeth Leciak
1- Union Internationale pour le Conservation de la Nature

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
18 mai 2009 - 0 h 00 min

Encore et toujours: les ressources terrestres étant limitées, la part du gâteau laissée aux autres êtres vivants décroît lorsque celle que s’adjuge l’Homme augmente. Et faut-il rappeler que la population humaine mondiale est passée d’1 à 6 milliards en un siècle!!! multipliée par 6 entre 1900 et 2000… Et ça continue allègrement…
En même temps, le « richesse » matérielle de chaque individu (c’est à dire la part de ressources qu’il s’approprie personnellement) a, elle aussi, augmenté dans de fortes proportions (vous savez, cette chose qu’on appelle « le progrès », ou le « niveau de vie »!), ce qui multiplie d’autant le phénomène…
Si l’on ajoute les pollution toxiques ou perturbatrices des écosystèmes (phosphates, nitrates, …) générées par l’Homme, éventuellement même fabriquée et épandue dans la biosphère exprès pour tuer (pesticides), la stérilisation de l’espace (asphalte, béton…), la pêche qui en est à traquer les derniers survivants avec des moyens de plus en plus sophistiqués, la chasse pour le « plaisir » (« la chasse c’est naturel » ouaf, ouaf! je beaucoup rire…), la déforestation, on s’aperçoit que, somme toute, les espèces « sauvages » sont encore assez coriaces, et résistent finalement assez bien, pour l’instant, au bulldozer humain.
Ce que je crains en revanche, c’est qu’au terme d’une résistance assez longue, où des « pertes » finalement assez limitées pourraient faire illusion sur la situation réelle, tout d’un coup on passe un seuil qui nous mène à un effondrement beaucoup plus violent, où de très nombreuses espèces disparaîtraient en cascade.
Peut-être se posera-t-on alors quelques questions de base, comme par exemple: faire des enfants est-il un acte anodin, auquel chacun a droit sans aucune restriction…? Et si l’on juge ce principe intangible, alors quels en sont les conséquences? Cela implique notamment de ne pas pleurer sur les espèces qui disparaissent: on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
15

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS