Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » En 2007, on coupe encore la queue des renards
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






En 2007, on coupe encore la queue des renards

Vraisemblablement parce qu’ils ont eu le courage de dénoncer un acte d’empoisonnement illégal, M. et Mme Hardouin, de jeunes retraités passionnés d’observation animalière et plus particulièrement de renards, ont retrouvé à leur porte 8 renards mutilés.

C’est au cours d’une de leurs sorties naturalistes, le 26 mars de cette année, que l’affaire a commencé avec l’observation de 2 chasseurs – piégeurs déposants des boulettes de viande dans de multiples terriers de renards, dont certains à proximité du GR 212 (chemin de grande randonnée). Intrigués, les 2 retraités ont fait appel aux gardes de l’ONCFS (office national de la chasse et de la faune sauvage) qui ont constaté que les appâts déposés étaient imprégnés d’un poison très dangereux (1) dont l’utilisation est strictement interdite.

Grâce à la plaque minéralogique du véhicule des chasseurs – piégeurs, relevées par les 2 retraités, les agents assermentés de l’ONCFS ont pu interpeller les 2 individus qui ont reconnu les faits. Depuis, diverses plaintes ont été déposées devant le Tribunal de Grande Instance de Rouen (76), dont celle du maire du village de Saint-Ouen-du-Breuil, en Seine Maritime, au titre de la mise en danger de la population liée à l’utilisation du poison. En effet, selon M. et Mme Hardouin, joints par téléphone, un des gardes de l’ONCFS leur aurait déclaré que ce produit était suffisamment puissant pour qu’un enfant, ayant touché une boulette de viande et se passant les mains sur la bouche ensuite, meure très rapidement…

L’affaire en était là, lorsque fin avril, en pleine nuit, ils trouvaient devant chez eux une renarde et un renardeau, tous deux tués par dague et mutilés (queue coupée). La nuit passée, du 14 au 15 mai 2007, des faits similaires se sont produits : une renarde et ses 5 renardeaux ont été déposés devant leur propriété.

Evidemment choqués, mais aussi profondément scandalisés de la cruauté des actes, M. et Mme Hardouin devraient de nouveau déposer plainte pour ‘actes de cruauté’.


L’état de ces 5 corps laisse deviner le calvaire ‘gratuit’ que ces animaux ont enduré. Une image qui contraste singulièrement avec celles de leur vie courante et leur utilité notamment en terme de lutte contre les ravageurs des cultures (campagnols…).

Comme le relève l’ASPAS (association pour la protection des animaux sauvages), qui avait déjà porté plainte lors des premiers faits, ‘Le lien entre l’affaire en cours au tribunal de Rouen et ces actes cruels semble évident. Ces barbares tentent vraisemblablement d’impressionner M. et Mme H. en abusant de leur sensibilité et de leur dévouement pour la nature et les animaux sauvages. Cette attitude est scandaleuse. Que cherchent ces personnes ? Comptent-elles ainsi dissuader M. et Mme H. de les poursuivre en justice ?’

Effectivement, il semble que cela soit le but recherché. Le couple Hardouin note à ce titre nombre d’appels téléphoniques anonymes de menaces, les incitant à se ‘calmer’, comme leur aurait demandé un garde de l’ONCFS. Or, les 2 retraités n’entendent pas baisser les bras, soutenus par des associations (ASPAS, Chêne, etc.), ils vont, comme elles, déposer une nouvelle plainte.

Cette histoire lamentable permet de rappeler qu’en France les animaux dits ‘nuisibles’ (2) sont piégeables toute l’année (sauf le sanglier) et que, sur décision du préfet, ils peuvent également être tirés en permanence. Par ailleurs, l’amputation des cadavres de leur queue souligne le fait que certaines sociétés de chasse payent encore les queues de renards, preuves de la destruction des animaux. Dans le cas mentionné ci-dessus, les 8 renards auront rapporté la somme de 40 € aux piégeurs (5 € par queue de renard). Si autrefois le montant versé pouvait apporter un complément de revenu, aujourd’hui la faiblesse de ce montant est plus que symbolique et ne justifie plus l’acte du piégeur. L’amputation de la queue comme le piégeage, pratiques d’un autre âge, sont donc dorénavant mis en œuvre par des individus dans le cadre de leurs loisirs, et devraient à ce titre nous faire nous interroger sur le degré de conscience de nos sociétés dites civilisées…

Pascal Farcy
Photo © Jean-Marie Hardouin

1- De l’insecticide Temik

2- Animaux susceptibles d’être classés nuisibles : Belette, Chien Viverrin, Fouine, Lapin de garenne, Martre, Putois, Ragondin, Rat musqué, Raton laveur, Renard, Sanglier, Vison d’Amérique, Corbeau freux, Corneille noire, Etourneau sansonnet, Geai des chênes, Pie bavarde, Pigeon ramier.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
laurence
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Des animaux ou des chasseurs, on se demande lesquels sont les plus nuisibles… et dire que ce sont des millions d’électeurs qui font du chantage, bravo! Ah, elle est belle la France!
C’est malheureux que la chasse soit considérée comme un sport alors que plus personne n’en a besoin pour vivre/manger.
Ces menaces d’intimidation sont dignes de la Mafia, d’ailleurs, les chasseurs font preuve d’une organisation bien similaire sur certains points.
Qui peut leur barrer la route et leur faire prendre conscience de l’ignominie de leur comportement? La chasse est-elle ancrée dans les gènes des Français?


eric
20 mai 2007 - 0 h 00 min

ces animaux ne sont pas nuisibles en tant qu’individus, ce sont les dégats occasionnés aux activités humaines qui les classent en nuisibles !
mais il y a deux solutions : limiter les populations, ou payer les degats !


fée
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Encore une fois la main de l homme a frappée. Si tous les humains savaient que nous ne formons qu Un: la Nature, les animaux et nous-memes, il comprendraient alors que tout ce qui touche l un, touche automatiquement l autre.
Je sais que nous n apprenons pas cela dans nos manuels d école mais en ouvrant tant que soit peu notre coeur nous pourrions développer la COMPASSION… Je ne juge pas, je constate et j ai de la compassion pour ces splendides animaux assassinés mais aussi pour leurs meurtriers. En agissant de la sorte ils dévoilent leur véritable nature et méritent vraiment notre compassion.
En ce qui concerneles animaux dans nos forets,il es t prouvé que la ou la chasse est interdite,
les populations se stabilisent tres rapidement ce qui veut dire qu il n y aura pas surpopulation!


Benoît
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Bien que je n’approuve pas l’acte que ces chasseurs ont commis, je suis moi-même chasseur et J’EN AI MARRE de voir de tels articles discréditer sans distinctions la chasse dans son ensemble en JOUANT AVEC LA SENSIBILITE des gens. Souvent les lecteurs ignorent tout de la gestion des équilibres naturels et prennent parti contre la chasse sans connaissance de cause. En ce qui concerne le Renard, le problème est simple: Comme le précise l’article, il est un des derniers prédateurs, par conséquent il n’a pas de concurrent ni de prédateur plus puissant qui pourrait en réguler les populations. En outre, l’environnement agricole a tellement été abimé ces 50 dernières années que le petit gibier, victime du renard peine à survivre, ce qui n’est pas le cas de maître Renard qui s’adapte partout. Par conséquent, dans le contexte actuel de déséquilibre écologique, il est ABSOLUMENT NECESSAIRE pour la survie du petit gibier de réguler le renard, qui, contrairement à ce qui a été dit, en consomme beaucoup, (tous les indices sur le terrain le prouvent depuis très longtemps!) même s’il consomme, il est vrai, bien plus de mulot. Le but n’est pas d’éradiquer l’espèce, qui est nécessaire à l’équilibre écologique, car en plus des mulots, il élimine beaucoup d’animaux malades ou morts. NON, TOUS LES CHASSEURS NE SONT PAS DES SADIQUES PSYCHOPATHES QUI NE PENSENT QU’A TUER ET PRENNENT PLAISIR A FAIRE SOUFFRIR DES ANIMAUX!!!
Dans ma commune, de nombreux renards sont tués chaque année; la saison suivante, ils sont toujours aussi nombreux, preuve de la vitalité des populations. Cette régulation est ici indispensable à la survie du lapin, déjà décimé par les maladies; combien de chasseurs pourraient témoigner d’échecs de réintroduction du petit gibier, malgré des interdictions de chasse, à cause de la trop forte pression des prédateurs!


humusien
20 mai 2007 - 0 h 00 min

La Terre est comme un enclos sans barrière
Couverte d’espèces sur un même territoire
L’être humain est une espèce qui prend beaucoup d’espace
Elle a choisi pour territoire la Terre entière
Les animaux sont là aussi
Les hommes considèrent comme nuisibles nombre d’entre eux
Alors qu’ils ne peuvent que mendier leur existence an milieux de nous
Qui se soucie de la douleur effarente d’un klaxon aux oreille d’une biche ?
Les cultivateurs et les éleveurs qui patissent de dégâts sont fachés de cela
Mais ce n’est pas la faute des animaux
L’homme et la société ont fuit la tere, les paysans sont seuls
On ne chasse plus pour survivre mais on tue la terre pour manger sans la toucher
On croit acheter des fruits, du pain et on achète du pétrole, du pétrole, du pétrole
Quelle place pour le sacré, pour l’être humain, pour l’animal ?


francoise
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Préserver la vie n’est pas juste « ne pas tuer », il faut un équilibre. Je condamne la cruauté, l’atteinte des ces personnes, le risque de l’empoisonnement, mais pas la mort ou la chasse (non braconnage…) en elle même. Toutes les espèces ont une natalité prévue parce qu’un certain pourcentage n’arrive pas à l’âge adulte. La natalité est prévue pour faire remonter les effectifs quand il faut, et il faut donc réguler dès qu’un certain nombre est atteint, c’est ce qui se passe naturellement entre les espèces de mangeurs et mangés dans la nature, et il faut aussi en tenir compte. A force de vouloir lutter pour la vie, on finit par lui porter atteinte par les déséquilibres causés.


CASSI
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Chasses, piégeages, sont le prétexte à l’expression de la stupidité et cruauté humaine. La sempiternelle excuse de la régulation des espèces par l’homme n’est qu’un prétexte pour assouvir de bas instincts, « canarder » son voisin, un proche ou son patron étant passible d’une lourde peine, il faut bien défouler sa haine et sa bêtise quelque part ! La nature n’a pas besoin de l’homme pour se réguler, elle y parvient très bien toute seule, seulement comme ce dernier se croit investi de tous les droits et pouvoirs, il s’autoproclame maître des lieux.
Dommage que ce dernier est oublié qu’il est « le seul » à mettre notre planète en danger de mort. Aucune autre espèce animale n’est aussi prédatrice et dangereuse, aucune autre espèce n’est en sécurité à cause de cet animal qui se prétend supérieur alors qu’il détruit à une vitesse folle l’ensemble de l’écosystème ! C’est le week-end de la fête de la nature, hier j’ai eu le plaisir d’assister à la conférence de Nicolas Hulot et de ses invités au parc de Branféré, heureusement, qu’il y a aussi des êtres comme eux, dignes de porter le qualificatif d’humain, car pour bien d’autres il est galvaudé dans son essence propre.


sevkarmy
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Au même titre que les renards, les pies font encore l’objet de battues en DEUX SEVRES . Une fois tuées, elles sont exibées dans les champs, attachées au beau milieu, par les ailes, entre deux piquets. Selon le LPO, cette pratique est totalement illégale mais « ON » ferme les yeux. Seulement, tout le monde sait que ON est un con, alors !!!….


Pascal
20 mai 2007 - 0 h 00 min

Vous dites en avoir marre de voir de « tels articles discréditer sans distinction la chasse ». Ce n’est pourtant pas la vocation de ce texte, même s’il y a le mot « chasseur ».

Il me semble sain de dénoncer les pratiques et abus de certains individus, qu’il s’agisse de renards ou de corbeau comme le mentionne Sevkarmy, dans sa réaction. En voulant « réguler » une espèce dite « nuisible », de la sorte, ces personnes montent une cruauté tout à fait gratuite, et si j’étais chasseur je considérerais que ce sont eux qui discréditent la chasse plutôt que cet article.


tumtum
22 mai 2007 - 0 h 00 min

Cet acte est odieux ; il dénote la BARBARIE, la cruauté qui se cache derrière les sourires des membres de cet organisme dont on connait le nom : l’ONCFS, et qui mériteraient d’être punis pour de tels forfaits. Qui donc est ce « ON » qui « ferme les yeux » ?
C’est honteux. Les auteurs de pareils forfaits n’ont aucune conscience de la vie, du vivant ; ils jouent les kakous dans une existence qui doit être pour eux semblable à un jeu-video ou une fête foraine, en tous cas la GUERRE qui est dans leurs têtes. On devrait parquer ces forcenés dans des camps où ils s’entretueraient. Les arguments des chasseurs sont TOUJOURS mensongers !. Il ne faut pas être tendre avec ces salauds. Il ne s’agit pas non plus de « lutter pour la vie », il s’agit de prendre conscience du vivant, une conscience qui interdit de massacrer les animaux, les végétaux, tout ce qui est VIE. Que faire en présence de parasites agités, inconscients, dominés par leurs instincts ?
Les laisser s’exprimer au grand jour (car ils se cachent), s’exposer ; à ce moment-là il y aura une justice qui fera son boulot, une éducation, venant de la vie elle-même.
L’ « équilibre », comme toutes les structures, c’est toujours instable, du bricolage, des approximations, ça ne tient jamais la route, il faut que l’action juste parte de l’ HARMONIE que nous sommes, que nous pouvons découvrir dans l’apaisement des tensions. C’est par là que les horreurs et les monstruosités homminiennes finiront par s’éteindre, ne rencontrant plus d’approbation, plus de caution ni même de réactions. Notre humanité nous la créons tous les jours, à chaque instant.
Il faut rompre avec la tête, les images, voir clairement le mécanisme impulsif, cette immaturité dont on nous a abreuvé qu’elle était « normale », qu’on a même encouragé. Il faut nous connaître vraiment, pas dans ces histoires de chasses, de guerres, de corridas, de super-héros, de fanfaronnades débiles.
Bonsoir les enfants.


anticon
23 mai 2007 - 0 h 00 min

comment peut-on prétendre aimer la nature et tuer, torturer tout ce qui bouge.
peut-on être intelligent quand on porte un fusil?
il est difficile d’admettre que les personnes pratiquant des attitudes aussi scandaleuse ne soient pas atteinte d’une profonde souffrance personnel et d’une certaine façon d’une grave maladie mentale.


laurence
23 mai 2007 - 0 h 00 min

ne pensez-vous pas que vous devriez dénoncer de manière plus forte l’utilisation de poison. Celui-ci est interdit car il tue sans distinction. Vous pouvez apporter des explications interessantes sur les raisons de cette interdiction. De plus, quelques informations sur les raisons du classement d’une espèce en nuisible serait intéressante.
Mais soyons honnêtes, toute législation, aussi intelligente soit elle (comme l’interdiction du poison) ne supprimera jamais la bêtise humaine. C’est ce que vous devriez dénoncer avec force, plutôt que de laisser entendre que tous les chasseurs sont des barbares…


tumtum
24 mai 2007 - 0 h 00 min

Oui, acquérir et porter une arme signifie : je suis dans la souffrance et dans la guerre. Le poison est une arme. Le mental souffrant est un poison alimenté par une vision restrictive de soi, « sous emprise ». Un jour on s’apercevra peut-être que l’arsenal des drogues est infiniment plus étendu qu’on ne voudrait le circonscrire. Ce sont tous ces « hobbies » qui émoussent la sensibilité perceptive, toutes ces occupations, ces passions, générées par la fascination, la fuite dans des distractions, les compensations, les justifications, le refus de voir, d’entendre, d’écouter, d’être là !.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2296

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS