Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Découverte d’un nouvel arbre au Guyana
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Découverte d’un nouvel arbre au Guyana

Si l’inquiétude grandit face à l’appauvrissement global de la biodiversité, certains sites parviennent encore à faire exception, à l’instar des forêts du centre du Guyana (1), réputées pour leur richesse en espèces arborescentes. Or, la récente découverte de chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS prouve que cette réputation n’est pas usurpée. Ces derniers ont révélé une nouvelle espèce d’arbre, appartenant au genre « Carapa » : Carapa akuri. Mesurant jusqu’à 35 m de hauteur et 80 à 100 cm de diamètre, l’arbre qu’elle désigne joue un rôle économique local important. Non seulement mis à profit comme bois de construction, il produit également une huile, appelée Andiroba, utilisée dans la fabrication de cosmétiques, de bougies et de répulsifs.



A gauche, le Carapa akuri dans la forêt d’Iwokrama. Fruit, graine et plantule de Carapa akuri en saison des pluies, à droite.


Bien qu’abondante localement, Carapa akuri subit la pression de l’actuelle déforestation guyanaise. Menacée de surexploitation et de réduction de son extension, l’espèce pourrait être classée comme « espèce en danger d’extinction » sur la liste rouge de l’UICN (2).
Cécile Cassier
Photos © P-M Forget / MNHN

1- Le Guyana est un pays d’Amérique du Sud, situé en zone tropicale au Nord de l’équateur.

2- Union internationale pour la conservation de la nature.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 décembre 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Mra
7 décembre 2009 - 0 h 00 min

soit il est trop tard et je n’assimile pas l’article, soit il n’est pas explicite sur la « découverte ».
qui à découvert cet arbre puisqu’il est déjà utilisé et transformé pour de nombreux usage?le terme « découverte » est très accrocheur mais ne s’agit-il pas plutôt de la création d’une nouvelle branche dans la classification des espèces vivantes, telle celles créées il y a quelques temps déjà pour des animaux qu’on ne savait pas où « ranger » dans la classification conventionnelle?


cecile
8 décembre 2009 - 0 h 00 min

C’est une remarque pertinente… Toutefois, si le genre carapa était connu de la communauté scientifique, la sous-espèce carapa akuri, elle, ne l’était pas… Mais l’absence de reconnaissance et de dénomination scientifiques, voire la confusion avec d’autres sous-espèces, n’empêchent, certes, pas les populations locales de tirer profit des ressources végétales et animales dont elles disposent… L’intérêt de cette reconnaissance d’ordre scientifique réside dans la possibilité de classer cette sous-espèce comme menacée et donc de mettre en place des mesures de protection pour cette espèce endémique, singulière à cette région du monde.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
75

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS