Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Commerce des espèces, quand l’économie prime sur la conservation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Commerce des espèces, quand l’économie prime sur la conservation

La 15e conférence de la CITES (1), qui œuvre à encadrer le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, vient de s’achever. Cette édition marque un tournant important dans l’histoire de la CITES, les lobbies économiques et professionnels semblant avoir globalement pris, pour la première fois, le dessus sur les objectifs de conservation.

Après le thon et l’ours polaire, huit espèces de requins (2), ont été sacrifiés sur l’autel du dieu économie, avec aucune avancée quant au contrôle du commerce/massacre dont ils font l’objet. Même l’inscription du requin-taupe, initialement obtenue, a fait l’objet d’un réexamen pour finalement être rejetée, le dernier jour de la réunion.

Face à ces espèces emblématiques et lucratives, tout n’a cependant pas été négatif. Citons entre autres, neuf plantes victimes du commerce international et que l’on ne trouve qu’à Madagascar. Celles-ci font leur entrée à l’annexe 2, à l’instar des dynastes satanas, les premiers scarabées à intégrer ce seuil de protection. Soulignons également que le triton tacheté de Kaiser, autre espèce endémique, mais d’Iran, a été inscrit en annexe 1. Il est vrai qu’il y avait urgence, avec une population réduite à un millier d’individus en l’espace de quelques années. Les effectifs de ce triton auraient en effet chuté de 80 %, notamment sous l’impulsion du commerce qui en est fait sur Internet.

Enfin, malgré l’absence de soutien de l’Union européenne qui a préféré s’abstenir, il n’y aura pas de nouveau déclassement de populations d’éléphants de l’annexe 1 vers l’annexe 2. Les 23 pays africains membres de la coalition pour l’éléphant d’Afrique ont eu gain de cause face aux demandes de la Zambie et de la Tanzanie pour vendre de l’ivoire.

Néanmoins, au final, la CITES 2010 n’est assurément pas un ‘bon cru’ pour la conservation des espèces, un sacré paradoxe quand on sait que 2010 est l’année de la biodiversité … En séance plénière, le délégué de la Guinée a d’ailleurs fort bien résumé l’analyse de beaucoup de participants, ‘Ma remarque est fort amère, je constate après avoir attentivement écouté les débats que les considérations économiques dominent la vision environnementale’.

Pascal Farcy
1- La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Environ 5000 espèces animales et 25 000 espèces végétales sont protégées par la CITES et réparties dans trois annexes : 
- annexe 1 : liste des espèces animales et végétales dont la survie est la plus compromise, leur commerce international est généralement interdit; 
- annexe 2 : liste d’espèces pas forcément menacées d’extinction, mais qui pourraient le devenir si leur commerce n’était pas étroitement contrôlé; 
- annexe 3 : liste des espèces inscrites à la demande d’un Etat signataire de la CITES, qui en réglemente déjà le commerce et qui a besoin de la coopération des autres signataires pour en empêcher l’exploitation illégale ou non durable. Le commerce international des espèces inscrites à cette annexe n’est autorisé que sur présentation des permis ou certificats appropriés.

2- En 2008, 87 pays ont exporté près de 10 000 tonnes d’ailerons de requins vers Hong-Kong, le plus important marché au monde.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS