Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Nature » Biodiversité : une bonne volonté au service d’une notion qui reste floue
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire
  5. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Biodiversité : une bonne volonté au service d’une notion qui reste floue

Alors que l’année 2010 lui a spécialement été dédiée, la protection de la biodiversité n’est pas uniquement l’affaire des élus locaux, nationaux et internationaux. Afin d’adopter une vision plus large et à la demande de L’EQUIP, la société d’études d’opinion TNS Sofres s’est intéressée au public français et à sa perception des enjeux que soulève la préservation de la biodiversité. A cette fin, 4371 individus âgés de 15 ans ou plus ont été interviewés du 1er février au 31 mars 2010 pour donner leur point de vue.

Au final, 79 % des personnes interrogées ont reconnu « avoir déjà entendu parler de biodiversité ». Sur ce pourcentage, seuls 23 % sont en mesure de définir précisément de quoi il s’agit, les 56 % restants reconnaissant ne pas savoir exactement de quoi il est question.

Une fois rappelée la définition de la biodiversité (1), 95 % déclarent percevoir la protection de la biodiversité comme quelque chose d’important, dont 59 % comme quelque chose de « très important ». Toutefois, preuve que la prise de conscience n’est pas encore tout à fait effective, si 91 % des personnes questionnées reconnaissent la préservation du vivant comme un problème mondial, seuls 67 % des sondés considèrent que le territoire même de la France est menacé, ce pourcentage tombant à 48 % lorsqu’il est question de la biodiversité prise dans la région habitée.

Concrètement, concernant les actions déjà menées en faveur de la biodiversité, 94 % ont eu connaissance de la réintroduction de l’ours brun dans les Pyrénées, le même pourcentage ayant été recueilli quant au problème de pollution des eaux douces par l’agriculture intensive. La surexploitation du thon rouge en Méditerranée a, pour sa part, eu un écho chez 87 % des interviewés contre 61 % pour la mise en avant d’un tourisme durable.

Du point de vue de l’efficacité de ces mesures, les chiffres s’inversent, 76 % jugeant que la promotion d’un tourisme durable a eu un impact positif sur la biodiversité alors que la réintroduction de l’ours brun serait perçue comme une initiative positive par 61 %.

En revanche, la nécessité de prendre des mesures n’est pas remise en cause, 82 % reconnaissant ainsi que la pollution des eaux douces a un réel impact négatif sur la biodiversité.

Pour enrayer la perte de la biodiversité et mettre en place des dispositifs efficaces, 83 % s’en remettent aux structures associatives et 69 % font confiance aux communes. Les départements et les régions récoltent respectivement 68 % des votes, devant l’Union européenne (52 %) et le gouvernement français (38 %).

Si la question de la biodiversité ne semble plus être l’apanage de marginaux, souvent catalogués jusqu’alors comme les « amis des petites bêtes », elle reste encore largement associée à un phénomène flou, difficilement définissable et qui, surtout, ne concerne pas directement. Les problèmes sont ainsi plus facilement reconnus comme le fait de régions éloignées de chez soi bien que réparties sur l’ensemble du monde, de même que les causes qui en sont à l’origine.

Cécile Cassier
1- TNS Sofres définit la biodiversité comme « la diversité des organismes vivants, notamment la diversité des espèces animales et végétales et la diversité des milieux naturels ».

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
MD
27 mai 2010 - 0 h 00 min

La difficulté de ce genre de sondage reste la manière dont les questions sont posées.Pour avoir répondu une seule fois (sollicitation dans la rue), les questions sont si fermées ( pour un gain de temps de l’institut de sondage) qu’il est impossible de répondre correctement. A la question de la définition de la biodiversité, quelle genre de réponse pouvez-vous apporter dans un sondage ? Imaginez-vous que TNS a demandé à ses sondés  » quelle est la définition de la biodiversité ? » et mis une note de 1 à 10 en fonction des réponses. Aucun institut ne ferait cela alors quelle question ont-ils posé pour que si peu de gens sache ce qu’est la biodiversité ???






à lire aussi
     
Flux RSS