Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Les motocrottes, nouveau fournisseur d’énergie renouvelable ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :






Les motocrottes, nouveau fournisseur d’énergie renouvelable ?

recyclage dejection animale

methanisation

Si l’on s’en tient à la définition donnée par Wikipedia (et elle nous va très bien), « les énergies renouvelables sont des formes d’énergies dont la consommation ne diminue pas la ressource à l’échelle humaine ». Les exemples sont nombreux : exploiter l’énergie du soleil ne diminue par pour autant son rayonnement. Il en va de même pour l’énergie du vent ou celle des marées. Il est une autre ressource, un poil moins sympathique que les précédentes nommées, qui ne disparaîtra jamais : ce sont les déjections animales. Quoiqu’il arrive, les animaux mangeront toujours, digèreront toujours, et auront toujours besoin de faire leurs besoins, justement.

En France, selon les chiffres diffusés par le ministère de l’Agriculture, « près de deux foyers sur trois possèdent un animal de compagnie et on estime à plus de 18 millions le nombre de chiens et de chats ». 18 millions d’animaux donc, et un volume de déjections phénoménal que Gary Downie, un entrepreneur britannique, semble bien décidé à exploiter. Son invention est simple, et elle reprend le principe bien connu de méthanisation où des matières organiques sont mélangées, dans un milieu confiné, à des bactéries qui accélèrent la décomposition de l’ensemble : le méthane émis lors du processus est soit récupéré et vendu en tant que biogaz, soit brûlé pour faire tourner des turbines et produire de l’électricité verte.

Cette idée d’exploiter les déjections animales lui est venue alors même qu’il promenait son bébé dans une poussette quelque part dans le Cheshire, et qu’il cherchait à éviter les crottes de chien dont les trottoirs étaient jonchés. L’idée a alors germé : non seulement Monsieur Downie allait poussé ces concitoyens à ramasser les crottes de chien, mais en plus il allait exploiter toute cette matière organique. Sa société Streetkleen propose aux agglomération de récupérer directement les déchets animaux dans les poubelles prévues à cet effet pour les emporter dans son centre de retraitement. Là, les déjections sont séparées du sac plastique qui a servi à les ramasser et vont alimenter le digesteur dont nous parlions plus haut, et qui finira par produis de l’électricité. Les sacs plastiques, quant à eux, sont nettoyés et recyclés. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Il estime qu’en plus de pouvoir traiter entre 500 kilos et 3 tonnes de déchets par jour qui lui permettront d’alimenter en énergie une soixantaine de foyers, son système permettrait aux collectivités locales d’économiser au total une centaine de millions d’euros, soit le coût du transport des déjections animales des poubelles prévues à cet effet jusqu’aux décharges à l’échelle du Royaume. La première usine est en construction et devrait commencer de fonctionner en juillet prochain.

A quand un équivalent en France ?

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Benjamin (voir la biographie)
le 10 juin 2013 à 07:00

123 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2013
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dany
13 juin 2013 - 9 h 41 min

Excellente idée à exploiter, tout comme les toilettes sèches pour les humains :)


Patrick
13 juin 2013 - 14 h 59 min

Finalement 18 millions d’animaux domestiques qui offrent leurs excréments à notre confort, c’est bien peu ! Que dire de nos propres déjections ? Franchement, les miennes sont bien plus polluantes que celles de mon chat ! Elles partent au mieux à l’usine de traitement des eaux usées pour éviter une pollution importante des sols et des eaux mais (tout au moins dans le cas de ma commune) elles ne génèrent pas d’énergie, tout au contraire elles en consomment au cours du traitement.
S’il n’est pas facile de trouver des solutions à l’échelle individuelle, a chose est possible en habitat collectif. Au Japon notamment (mais c’est tout à fait reproductible) des immeubles neufs sont chauffés ou climatisés selon la saison grâce à la méthanisation de ces déchets et les eaux recyclées sont utilisées dans un circuit séparé de l’eau potable pour l’eau de lavage par exemple, chasse d’eaux…
Et je n’ai pas abordé les possibilités de recyclage du même style à l’échelle de l’élevage.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
891

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS