Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Les Français pourraient être payés pour consommer moins
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :


Les Français pourraient être payés pour consommer moins

electricité

Les Français pourraient être payés pour consommer moins

Les ménages français pourraient être rémunérés pour différer leur consommation d’électricité pendant les périodes de pointe.

Réseau de Transport d’Électricité (RTE), la filiale d’EDF chargée du transport de l’électricité sur les lignes à haute tension, a remis la semaine dernière à Ségolène Royal, ministre en charge de l’énergie, un rapport sur le « mécanisme de capacités ». Adoptée en 2013, la loi « Brottes » prévoit en effet un développement de l’effacement en France et l’instauration d’un marché de capacité à l’horizon 2015.

Il ressort du mécanisme de capacité proposé par RTE que les particuliers pourraient être amenés à monétiser leurs capacités d’effacement.

Des enjeux forts pour la sécurité du système électrique français

L’état du réseau électrique français se caractérise par un paradoxe : la consommation d’électricité a baissé ces dernières années. Toutefois, dans le même temps, la puissance appelée durant les périodes de pointe augmente.

Ce décalage est problématique puisque l’électricité ne se stocke pas. Le réseau d’électricité doit à tout moment assurer un équilibre entre la demande et l’offre d’électricité. Plus la puissance appelée sur le réseau augmente, plus des moyens de production onéreux sont mis en fonctionnement.

Alors même que la consommation d’électricité est en baisse (le bilan électrique 2013 de RTE révélait que  476,2 TWh d’électricité ont été consommés en 2013, contre 476,7 TWh en 2012) et que la consommation tend sur le long terme « à se stabiliser », assurer la satisfaction d’une demande en électricité pendant les périodes de pointe (qui, elle, augmente) suppose des investissements lourds.

De coûteux moyens de production de pointe

Développer des capacités de pointe est coûteux d’un point de vue financier et écologique. Les capacités des stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) et des barrages hydrauliques (qui ont l’avantage d’être flexibles) sont limitées. Développer des capacités de pointe requiert donc des investissements dans des moyens de production thermiques (centrales à charbon, gaz ou à fioul).

Paradoxalement, le développement des énergies intermittentes (éolien, solaire) rend de plus en plus nécessaires des capacités de pointe fortement émettrices de gaz à effet de serre. Ces centrales sont peu rentables à exploiter, dès lors qu’elles ne servent qu’à la satisfaction d’une demande en période de pointe et qu’elles fonctionnent donc peu.

L’effacement : une solution de long terme ?

C’est pourquoi l’effacement pourrait être une solution de long terme efficace. Il consiste à demander à un consommateur d’annuler une partie de sa consommation (de s’effacer) pendant un bref moment, afin de réduire la puissance appelée et de permettre au réseau électrique de passer un pic de demande.

L’effacement n’est donc pas une économie d’énergie. Il s’agit plutôt d’un report de consommation : in fine, l’enjeu serait de rendre la demande en électricité de chacun plus flexible et de lisser la courbe de charge (c’est-à-dire de diminuer l’amplitude des pics de consommation).

Rémunérer les capacités d’effacement des ménages

Dès lors, les ménages pourraient voir leur capacité à participer à l’effort de diminution de la puissance appelée pendant les périodes de pointe monétisées.

L’effacement, pour les particuliers, n’est pas nouveau. L’option tarifaire effacement des jours de pointe des tarifs réglementés d’EDF, qui n’est plus commercialisée, concerne toujours 600 000 ménages. En quintuplant le prix de l’électricité pendant 22 jours de pointe choisis par EDF, l’option EJP incite les consommateurs à diminuer leur consommation d’électricité pendant ces jours. En échange, ils bénéficient d’un prix de l’électricité plus économique pendant les autres jours de l’année. L’option Tempo, dont le fonctionnement est un peu différent, contribue également à l’effacement des consommations de pointe et concerne 300 000 particuliers.

La développement de ce type d’offres par les fournisseurs alternatifs (les concurrents d’EDF comme Direct Energie, Planète Oui, Lampiris ou encore GDF Suez) est toutefois jusqu’à maintenant impossible car ces offres supposent des compteurs adaptés. Le déploiement des compteurs Linky pourrait favoriser le développement d’offres d’effacement par les fournisseurs alternatifs.

 

Parallèlement, des mécanismes d’effacement diffus se développent.  L’effacement diffus consiste à valoriser une quantité importante de petites réductions de puissance. Voltalis propose un boitier qui peut, en cas de pic de consommation, couper pendant un bref moment le chauffage électrique et le chauffe-eau de plusieurs centaines de particuliers. Ces coupures, de très courte durée, sont à peine perceptibles pour les particuliers. Pour le réseau, en revanche, c’est autant de puissance qui n’est pas à satisfaire et les économies sont importantes.

Une entrée en vigueur pour l’hiver 2016-2017

Le mécanisme de capacité proposé par RTE devrait entrer en vigueur à l’hiver 2016-2017. Tel que proposé, l’effacement appliqué aux particuliers se ferait sur la base du volontariat. Les ménages chauffés à l’électricité pourraient souscrire un contrat avec un opérateur d’effacement. Celui-ci installerait dans le logement un système permettant d’effacer une partie de sa consommation en cas de pointe. En échange, le particulier recevrait une rémunération.

Le rapport est soumis à l’approbation de la Ministre en charge de l’énergie. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) sera aussi amenée à se saisir du dossier.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
kiki
26 avril 2014 - 10 h 48 min

Voici un bel exemple pour nous vendre les compteurs Linky, véritable RG….


Anne M
26 avril 2014 - 12 h 19 min

vous ne parlez pas du boitier voltalis …(effacement)en place chez les particuliers et dans pas mal d’administrations en Bretagne entre autres


Jean-Michel R
26 avril 2014 - 18 h 09 min

C’est sans doute pour promouvoir ce type de contrat qu’EDF a augmenté en août 2013 l’abonnement comprenant l’effacement jours de pointe (EJP) de 40 %….Quel autre abonnement a ainsi été matraqué de la sorte !


Jérôme
26 avril 2014 - 18 h 21 min

Le recours à « l’effacement » est dans le cas présent un outils pour maintenir le système français des centrales nucléaires car leur technique ne permet pas de s’adapter à la demande.
Pour réduire les consommations, pourquoi les collaborateurs EDF ne payent-ils pas le prix du marcher ? Pourquoi ne met on pas en place une tarification progressive de l’électricité ? Ce sont des actions simples, justes, sociales et éducatives afin de responsabiliser les citoyens pour minimiser les consommations inutiles et coûteuses pour la collectivité.
Puis seulement ensuite s’attaquer à l’effacement.
Les choix politiques sont des non-solutions défavorables à l’ensemble… seul le packaging semble attrayant mais c’est toujours pour mieux noyer le poison.


bobillier
26 avril 2014 - 18 h 40 min

les éoliènnes ça produit de l’électricité quand il y a du vent
le solaire quand il y a du soleil
le nucléaire tout le temps!!! sauf que soir ça fonctionne trop, pudiquement on dit ça diverge qui veut dire ça pète, soit ça s’arrête. Il faut pile poil qu’un neutron casse un atome d’uranium ou de plutonium pendant qu’un autre soit neutralisé. c’est donc à nous pauvres consommateurs qu’on demande de nous adapter à cette production constante. Il y a bien la solution shadock qui consiste à remonter de l’eau dans des barrages de montagne mais ça reste assez limité… après tout si je suis payé pour ne pas consommer, c’est une bonne version de la décroissance…


Burdin Dominique
26 avril 2014 - 18 h 44 min

Jérôme, bravo…
Au delà de l’électricité, le prix dégressif est un contre-sens écologique…
Et le prix des biens de consommation devrait être des prix progressifs filières comprenant le coût écologique pour tous les produits par la simple application de l’article L110-1, II, 3° du code de l’environnement selon lequel …«les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur.»
Notre consommation énergétique et électrique n’en serait que réduite…


Bioclim
26 avril 2014 - 20 h 58 min

EDF?
Bien sur, si lepersonnel EDF payait son électricité, cela ferait pas mal d’économie.
160 000 salariés, cela fait 160000 familles, qui doivent consommer environ le double d’un foyer normal, soit l’équivalent de 320000 foyers.
et puis quand on bosse 32 heures par semaine et une retraite très loin des 60 ans, on n’est pas privilégié?


pier.nicolas
26 avril 2014 - 21 h 33 min

je pense que le systeme VOLTALIS ,qui permet de délester pendant une breve période la puissance du chauffe-eau et du chauffage est une tres bonne solution .je suis moi méme équipé et satisfait de ce boitier qui me permet en outre de surveiller ma consommation a tout moment


Claude Besnou
27 avril 2014 - 1 h 53 min

J’ai vraiment horreur des gens qui ont cette attitude critique envers certains corps de métier, mes parents en avaient après les vacances des enseignants!
ma réponse: Mais pourquoi vous ne faites pas ce métier si c’est si bien que ça!!!
Au lieu de passer votre temps à critiquer bêtement les gens de ses métiers?


dautreville
27 avril 2014 - 12 h 36 min

cela provient tout simplement que « certains » bien placés on tout simplement passé leur temps à diviser (encore aujourd’hui!) le pays pour mieux régner alors comme cela « ont » (?) créé « un mille -feuille de soit disant avantages à l’un plus qu’aux autres et ont le raconte à longueur de journée sans y toucher évidemment
oui il faut (les yaka’s) réformer mais ouillouillouille les bannières sont prêtes
les becs en zincs de la télè sont les 1er toutes catégories avec eux aussi leurs « avantages » !! (faites tourner les moulins à paroles !!)


Bernard
27 avril 2014 - 12 h 44 min

Monsieur Claude Besnou,

Vos propos sont ceux d’un privilégié de notre régime socialo-communiste: profitons autant que possible sur le dos des cons qui payent, qu’importe qu’il aient juste de quoi bouffer, pourvu que nous on se goberge et qu’on profite de nos acquis!

Les cons dont je fais partie vous font remarquer que « égalité » fait partie de notre devise républicaine, et si vous ne voulez pas vous y ranger vous allez très bientôt finir au bout d’un tourne broche! parce que les cons ont faim, faim de tout ce qu’ils ne peuvent pas se payer pour bouffer normalement comme vous!faim de tous les avantages dont vous disposez outrageusement au regard de ceux qui travaillent pour vous les payer.

Sachez que lorsqu’on traite les forces vives d’une nation comme des cons et qu’on les affame ce qui est le cas, il n’y pas loin a ce qu’il viennent planter des banderilles aux privilégiés. Il suffit d’un vrai con qui commence et les loups sortent du bois.

Messieurs les privilégiés, l’orage gronde, alors descendez de votre nuage doré avant qu’il ne sombre! les médias n’arrivent plus à endormir le tumulte.

BR;


Christophe
27 avril 2014 - 14 h 34 min

Très bien, alors pourquoi notre abonnement EJP vient d’augmenter de 35%, une nouvelle forme d’incitation?


DUBAU
27 avril 2014 - 17 h 27 min

La FRANCE se distingue toujours par des particularités. On peut encourager notamment les particuliers à s’équiper de panneaux solaires en les autorisant à produire leur consommation et l’utiliser sans transiter par EDF. Le soleil est comme l’eau une denrée qui n’appartient à personne mais à tous. Cette énergie solaire quelle soit utilisée ou pas elle est perdue parce que comme l’électricité on ne peut pas la stocker. Qui encore sont les gagnants et les perdants?


Philippe Le Goanvic
28 avril 2014 - 9 h 27 min

Concernant les fournisseurs alternatifs à EDF, je voudrais cité celui qui est le plus respectueux de l’environnement: il s’agit d’Enercoop. 100% d’électricité verte d’une part mais surtout c’est une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif) ce qui la place dans l’économie sociale et solidaire.


Lefebvre
28 avril 2014 - 10 h 30 min

Moi je dis Oui :)

- Oui à la vigilance de tous contre les petits malins qui abuseraient d’une situation privilégiée;

- Oui aux privilèges des employés EDF qui de temps en temps, font des semaines de 3h/jour -c’est ce qu’en disent certains américains- et de 32h par semaine -et ça, ça fait de belles semaines-, et parfois, lorsqu’une tempête dévaste un coin de notre beau pays, se retrouvent sur les pylônes à rétablir le courant, sans forcément être payés, le jour ou la nuit, le weekend ou les jours fériés;

- Oui aux autres privilégiés d’autres professions qu’on dit faire de petites semaines (les profs agrégés sont censés travailler 18h par semaine, voire 15h pour certains, et que dire des profs de fac ?) en oubliant que les programmes, les manuels, les cours, et les examens, ça se prépare, ça se surveille, et ça se corrige;

- Oui aux rémunérations extraordinaires de certains garagistes ou plombiers ou autres travailleurs manuels qui gagnent parfois plus qu’un ingénieur ou un chirurgien, en faisant un travail dont personne d’autre ne veut;

- Oui à l’effacement -même s’il doit être le fait de sociétés « partenaires » d’EDF-, parce qu’il contribue à ce qu’à capacité de production constante (solaire ou éolienne ou nucléaire ou ce que vous voudrez), de ne consommer que le nécessaire en cas de pic de la demande;

- Oui à la généralisation des mesures d’économies d’énergie (RT 2012 dans le bâtiment) dans le neuf ET en rénovation;

- Oui aux 4 R (Réduire la consommation, Réutiliser les produits consommés, Réparer les produits, et enfin Recycler les produits non réparables) dans cet ordre d’importance décroissante. Oui à la durabilité de nos produits, de notre bien être et de notre civilisation, et de nos vies;

- Oui aux productions locales;

- Oui à la démarche Négawatt parce que c’est notre avenir;


nana
30 avril 2014 - 18 h 17 min

A bernard
Comment peut-on dire des bêtises pareilles !!!?


joel
1 mai 2014 - 21 h 20 min

Une excellent idée avec de bien mauvais signal pour les gros consommateurs d’énergie qui vont se sentir encourager à consommer plus…Je souhaite (je rêve) qu’une telle mesure soit couplée à un cout de l’énergie (Euro / kwh) rendu proportionnel aux nombres de personnes vivant sous un même toit avec un talon à bas cout…C’est bien connu les pauvres sont les moins énergivores. Une telle mesure complémentaire favoriserait en plus les investissements (donc l’emploi) pour économiser l’énergie. Qu’on se le répète


filledusoleiletduvent
3 mai 2014 - 17 h 49 min

ah ! ma Provence si belle si pleine de soleil et de vent…comme tu t’es fais « niquer » par EDF, oh toi région la moins équipée en énergies renouvelables§§§§ Je connais des agents EDF qui en plein hiver chauffent le bassin extérieur de leurs poissons §§§§ et coupent sans vergogne l’électricité à de pauvres gens, mettent 3 ou 4 mois a réparer une ligne et veulent « faire entre » leur enfant à leur place tellement elle est bonne !!!! a EDF de père en fils !!!!! comme les profs, les médecins et les nucléopates…..


krikri
3 mai 2014 - 21 h 09 min

Alors pour arrêter les polémiques concernant EDF, voilà comment ça fonctionne dans cette  » belle  » entreprise :
Les agents EDF paient leur électricité mais à un tarif appelé  » tarif particulier « .
Depuis 2009 (si mes souvenirs sont bons) suite à un contrôle de l’URSSAF, les agents doivent désormais payer une indemnité sur le droit à cet avantage en nature. Lorsque l’on additionne à l’année le montant de l’électricité plus cette taxe à l’URSSAF on se rapproche méchamment du tarif que paie le commun des mortels.
Régulièrement (selon la politique du moment) certains hommes politiques ont essayé de supprimer le tarif particulier, mais le syndicat majoritaire à EDF (la CGT) a beaucoup de pouvoir et une grande influence dans les hautes sphères.
De plus, il faut savoir que la grille des salaires d’EDF (à diplôme égal), est inférieure à celle du privé. Certains de mes proches ont voulu postuler sur des postes ouverts à l’externe, mais quand ils ont comparé la grille des salaires avec celle du privé ils ont rigolé !
Certes il reste les vacances, qui sont je l’avoue, à un tarif intéressant. Mais travailler pour un salaire au rabais pour avoir des vacances moins chères 1 ou 2 fois par an, je vois pas l’intérêt, car c’est tous les jours qu’on doit manger, s’habiller, payer ses factures, etc… Selon moi, il vaut mieux travailler dans le privé pour un salaire correct et partir moins en vacances plutôt que l’inverse, mais chacun fait comme il veut.
Alors qu’elle est la raison pour laquelle tous ces gens restent encore dans cette entreprise ?
Pour la sécurité de l’emploi. C’est aujourd’hui, de loin la raison principale pour laquelle les gens restent à EDF. Car on ne licencie que pour faute très grave, les plans sociaux se terminent toujours par des mutations géographiques ou des reconversions.
Cependant, il y a de plus en plus de démissions à EDF, qui l’eut cru ?
L’herbe est toujours plus verte ailleurs, n’est ce pas ?


Jethan
26 mai 2014 - 13 h 14 min

Bonjour,
en tant que propriétaire de véhicule électrique (MIA-L), une remarque concernant le lissage de la consommation.
Lorsque je rentre du travail, actuellement j’ai consommé environ 50 à 60% de l’autonomie de mon VE. Je branche le cable pour 2 heures à 2 heures 30 de recharge en 220v/16A pour une puissance de 3,6 kw.
En résumé je suis à l’origine d’un nano-pic de charge parce je ne peux pas dans la journée recharger à proximité de mon lieu de travail (actuellement Clichy La Garenne). Pour l’instant le VE est très minoritaire mais lorsque le pétrole augmentera au point de rendre les véhicules électriques rentables, la question se posera à une échelle différente.
Si j’avais accès en semaine à une place de stationnement avec une prise à un prix légèrement supérieur à celui du stationnement (abonnement mensuel 50 euros auquel rajouter par exemple 0,5 cents l’heure de recharge), je n’aurais aucun besoin de recharger chez moi le soir.
Les bornes autolib proposent par exemple ce service pour les véhicules tiers, à un euro l’heure de recharge, mais pour une durée limitée à deux heures uniquement.
En plus j’ai justement choisi un véhicule qui présente la particularité d’être rechargeable en 220v, donc nul besoin de borne de recharge rapide contrairement à une Zoe, une Leaf ou une Tesla.
Dans le domaine de l’organisation du réseau électrique, un peu de bon sens ne nuirait pas à mon avis.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
3033

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS