Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Les experts du GIEC mettent les politiques devant leurs responsabilités
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



Les experts du GIEC mettent les politiques devant leurs responsabilités

changement climatique en France

Le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) a publié dimanche un nouveau bilan de l’évolution climatique planétaire. Reposant sur quelque 30 000 études et 800 auteurs internationaux, cette cinquième évaluation, après celles de 1990, 1995, 2001 et 2007, est la plus complète et sonne comme un rappel à l’action urgent… « L’atmosphère et les océans se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué, le niveau de la mer a augmenté » résume ainsi Thomas Stocker, le vice-président du GIEC. Concrètement, la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère n’a jamais été aussi élevée depuis 800 000 ans. En conséquence, la Terre se réchauffe, entre 1880 et 2012 la température moyenne y a augmenté de 0,85°C, une vitesse inédite. Quant aux océans, leur température s’est élevée de près de 0,5°C entre 1971 et 2010, tandis qu’ils s’élevaient de 19 cm entre 1901 et 2010.

Historiquement, si chaque nouvelle publication du GIEC a été l’occasion pour ses membres de tirer un peu plus fort la « sonnette d’alarme ». Le rapport, rendu public ce dimanche, n’échappe pas à ce constat. Il est de loin le plus alarmiste, notamment dans la présentation qui en a été réalisée. Pour Rajendra Kumar Pachauri, le président du GIEC, « Nous avons les moyens de limiter le changement climatique » mais « Nous avons peu de temps avant que la possibilité de rester sous les 2°C ne disparaisse ». Aussi, « Il faut agir vite pour réduire les émissions de CO2, ce qui est possible sans compromettre la croissance ». Le vice-président du GIEC, Youba Sokona, ajoute à ce titre que « plus nous attendons pour agir, plus ce sera coûteux ».

Si le message se veut toujours optimiste, considérant qu’il est encore possible de maintenir le réchauffement global à un maximum de 2°C par rapport à la période préindustrielle, un échec en la matière aurait de lourdes conséquences en termes de sécurité alimentaire, disponibilité en eau potable, risques d’inondations et de tempêtes violentes, auxquels s’ajouteraient des déplacements de population en hausse et des conflits pour l’accès aux ressources, selon la communication du GIEC.

Face aux multiples signaux du changement climatique en cours, les principaux orateurs qui se sont succédé à la tribune ont appelé à l’action. La salle a alors pu apprécier quelques belles envolées orales, dont la palme revient sans conteste à la contribution de l’Américain John Kerry avec « ceux qui décident d’ignorer ou de contester la science […] nous mettent tous en danger, ainsi que nos enfants et petits-enfants ». Cette phrase venant du pays qui, il y a peu, était encore le premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète et niait fortement le changement climatique en cours, le secrétaire d’Etat américain peut s’estimer heureux que le ridicule ne tue pas… !

Face aux discours politiciens « langue de bois », les experts du GIEC opposent une nouvelle fois un calendrier de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec une chute de 40 à 70 % d’ici 2050, et une disparition totale à l’horizon 2100. Des objectifs qui impliquent de tourner le dos aux énergies fossiles très rapidement et qui ne compromettent quasiment pas la sacro-sainte croissance mondiale avec, selon une estimation du GIEC, une baisse annuelle de 0,06 point du taux de croissance mondiale.

La publication de ce cinquième rapport va servir de base scientifique lors des prochaines négociations sur le climat, en décembre à Lima (Pérou). Cette échéance sera l’occasion de constater si les dirigeants de la planète s’approprient enfin le message lancé, par des centaines de scientifiques de multiples nationalités, depuis près d’un quart de siècle… Car, comme le déclare Michel Jarraud, secrétaire général de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), « Dans trente ans, les gouvernements et les décideurs, à tous les niveaux, pourront être tenus pour responsables des décisions qui ne seraient pas prises maintenant, car la connaissance est là. Nous savons. Nous n’avons plus d’excuses pour ne pas agir. »

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 04 novembre 2014 à 07:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
DUBAU
5 novembre 2014 - 18 h 10 min

Quotidiennement, nous constatons que nos politiques sont atteints du déni de démocratie. Ils décident, entreprennent puis nous informent alors les projets sont souvent déjà en cours d’exécution. Je crois réellement que nos scientifiques ont raison. Je déplore par ailleurs que nos concitoyens se sentent si peu concernés à l’exception de ceux qui viennent de perdre leurs biens et parfois leurs vies. Qui donc s’intéresse à ce phénomène de changement, trop rares sont les émissions télé qui en parlent en des termes accessibles à tous. Tous ces phénomènes qui touchent le sud de la France aujourd’hui ne sont pour moi qu’un épisode. Toute cette eau absorbée a certainement formé des poches qui vont miner en profondeur et éclater en glissements de terrains dont certains seront catastrophiques. Chacun protège ses propres intérêts sans se soucier du mal que leur comportement peut générer. Voilà malheureusement le visage des nouvelles sociétés.


Kim Long
5 novembre 2014 - 18 h 39 min

Dommage que les cycles solaires n’apparaissent nulle part! Tous les 3/4 de siècle environ nous avons une inversion de la courbe générale des températures, à la hausse, ou à la baisse comme celle qui vient de démarrer malicieusement (diminution drastique du nombre de taches solaires), pour taquiner les hélio-sceptiques…


Nicole Sarah Kretchmann
5 novembre 2014 - 19 h 00 min

Gandhi : « Tu veux changer le monde, change ton monde ». Il est beaucoup plus facile de s’en remettre aux politiques, au lieu d’agir à notre niveau personnel.
Beau documentaire de Marie-Monique Robin mais – pour moi – il manque l’addiction à la chair animale – tant terrestre que maritime – qui entraîne la faim et la soif sur la Terre pour plus d’un milliard d’êtres humains.
Mon site où j’exprime ma position sur la vidéo http://chant-la-vie.fr
Fraternellement
Nicole Sarah
Dans quelques jours, vous trouverez sur mon site mon dernier livre « Il suffit d’aimer… les bienfaits de la nourriture du Corps et du Coeur » en téléchargement gratuit.


L ‘ Observateur
5 novembre 2014 - 19 h 03 min

Peut-être suis-je pessimiste, mais je persiste à croire que l’Humanité a décidé de pratiquer un suicide collectif par tous les moyens dont elle dispose. Le réchauffement climatique est l’un de ces moyens. Pour le fric , par connerie universelle, et par je-m’en-foutisme des politicards qui ne sont souvent là que pour se gaver des grasses rémunérations que nous leur versons !
M’en fous, j’srais pu là en 2100 !
Mais hélas, c’est grave pour nos proches descendants qui vivront malheureusement assez rapidement toutes les calamités accumulées!
D’ailleurs, ça commence déjà !


Gigi
5 novembre 2014 - 23 h 48 min

Il faut cesser d’attendre que les politiques veuillent bien changer les choses, MM Robin le montre bien dans son film,les solutions sont à notre portée !
A commencer par le boycott de ce qui est le plus « réchauffant » : avion, voiture individuelle, logements-passoires, consommation compulsive …
Et militer pour le tirage au sort en remplacement des élections.


Roro
6 novembre 2014 - 0 h 44 min

Kim Long :! faiut arrêter de ra


Roro
6 novembre 2014 - 0 h 46 min

Kim Long : Faut arrêter de raconter des conneries !!
RELISEZ « Concrètement, la concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère n’a jamais été aussi élevée depuis 800 000 ans » et vous parler de 3/4 de siècle ???!!! Vos taches solaires influent à 0.0000001% !
N’importe quoi…!


Robert
6 novembre 2014 - 1 h 29 min

Les taches solaires ont un cycle parfaitement connu de 11 ans


Babar
6 novembre 2014 - 9 h 36 min

Un brin de provocation… Ce genre de carte est plutôt attractif. Personnellement et d’un point de vue strictement égoïste, l’idée de voir se répandre les climats méditerranéen et aquitain sur le territoire français me ferait surtout regretter qu’il faille attendre si longtemps.


Nambour
6 novembre 2014 - 13 h 04 min

Pour vous changer un peu du catastrophisme que l’on nous sert sans cesse à la télévision, vous avez un antidote scientifique :
http://www.pensee-unique.fr

Pour les dernières nouvelles, c’est ici :
http://www.pensee-unique.fr/news.html#koonin

Ainsi, Steve Koonin rejoint la lignée des Lennart Bengtsson, Richard Tol, Daniel Botkin, Judith Curry, Garth Paltridge et bien d’autres, que l’on ne saurait qualifier de « climato-sceptiques » et qui ont, longtemps eux-mêmes, défendu, sinon participé à la rédaction des attendus et des conclusions des rapports successifs du GIEC mais qui ont, plus ou moins récemment, exprimé leur scepticisme quant aux certitudes affirmées par cet organisme de l’ONU.


Caro34
6 novembre 2014 - 17 h 09 min

Nous  » le bas peuple  » , nous sommes les plus nombreux et ne subissons pas la pression des différents lobies … ALORS ! qu’est ce qu’on attend pour prendre les choses en main et dire NON à toutes les tentations de consommation aberrantes qui nous conduisent à notre perte ???


Amon-Râ
7 novembre 2014 - 14 h 42 min

La durée du cycle solaire est très variable, malgré une moyenne de 11 ans.

http://la.climatologie.free.fr/soleil/soleil3.htm

Lorsque le soleil est faible, cela se sent avec le petit âge glaciaire.
Lorsqu’il est fort, avec l’optimum climatique du Moyen âge et celui de l’époque romaine.


justin
7 novembre 2014 - 15 h 34 min

euh, taxe carbone qui bloque? Voitures à 8l/100 « suréquipées », qui achète?. voyages à l’autre bout du monde « low cost » qui monte dans les avions? Qui achète des jouets chinois qu’on jette au bout d’un mois? Qui ne veut pas arrêter de consommer? Les lobbies, les gouvernants et les taches solaires ont bon. Le premier qui nous fait un peu mal, on le vire, même s’il bosse pour nos propres enfants. Pourtant la France est assez bien placée question CO2, elle a juste à forcer le pas pour montrer l’exemple. Au pays du pétrole roi,c’est pas gagné.


Caro34
7 novembre 2014 - 16 h 08 min

oui ! comme vous dites Justin , » c’est pas gagné !  » surtout lorsqu’on voit notre cher Président aller faire du charme aux canadiens pour qu’ils nous laissent exploiter les sables bitumeux , via Total … et on dit que l’exemple vient d’en haut !!!


williams
8 novembre 2014 - 10 h 43 min

Le Giec et les personnes ou scientifiques soutenant le GIEC abusent, trouvent des excuses… Par exemple dans l’émission C dans l’air, quand j’entends Madame Laurence Tubiana dire qu’une évolution de la température avec un plateau de 16 ans ces dernières années ne montre pas un ralentissement du réchauffement climatique ceci n’a absolument pas de sens car l’évolution des 30 dernières des températures global est moins importantes que celle des 30 années précédentes dont surtout les 16 dernières années alors que pour l’émission de CO2 c’est tout l’inverse ce qui montre que l’homme n’est pas la cause à 95% du réchauffement comme ils nous disent.

S’il y a des moustiques tigre en France cela n’a pas de lien avec le réchauffement climatique puisqu’ils ont été amenés par l’homme en avion ou bateau comme les frelons asiatiques et plein d’autre insectes même depuis plus de 50 ans et ils ont su s’adapter sous notre climat comme bp d’animaux arrivent à le faire. Par exemple la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis) est une espèce de coccinelle aphidiphage, originaire de Chine importée en Europe et aux États-Unis vers la fin des années 1980 donc il y a déjà 30 ans. Des 100ène d’espèces de plantes et d’animaux ont été introduites en France en s’adaptant au climat. Donc pourquoi Frédéric Saldmann nous parle de ces moustiques tigres qui ne sont pas venu chez nous suite au réchauffement climatique.

Il est aussi étonnant que comme toujours qu’on nous parle que du CO2 et de l’homme pour l’évolution du climat alors qu’il faut se baser sur tout les facteurs influençant le climat comme les oscillations océaniques multi-décennales… vu que l’océan joue un rôle important sur l’échange d’énergie avec l’atmosphère etc.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
3912

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS