Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » L’énergie solaire en route vers l’autoconsommation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :



L’énergie solaire en route vers l’autoconsommation

autoconsommation d'électricité d'origine solaire photovoltaïque

Depuis 2010, l’énergie solaire photovoltaïque (production d’électricité) est dans le collimateur du gouvernement, le soutien de son développement revenant de plus en plus cher, avec des tarifs d’achat obligatoire pour EDF supérieurs au prix de vente public de l’électricité. On en conviendra, une telle situation n’est pas économiquement durable, notamment en temps de crise. Ainsi, en 2010, l’adoption d’un moratoire a généré la destruction de plusieurs milliers d’emplois dans le secteur et, il y a peu, la Cour des comptes n’a pas hésité à recommander l’abandon du soutien au solaire photovoltaïque intégré au bâti et la révision des moyens attribués au développement global de filière. Dans ce contexte, rien d’étonnant à ce qu’aujourd’hui le gouvernement exclut l’installation des panneaux solaires photovoltaïques, intégrés au bâti, du champ du crédit d’impôt développement durable (CIDD) et qu’il veuille repenser son soutien global à l’ensemble de la filière.

Cette situation qui inquiète les professionnels pourrait toutefois constituer une chance pour le secteur, en favorisant la transition d’un modèle de gestion-exploitation centralisé vers un modèle d’autoconsommation. L’intérêt, à une telle évolution, serait quadruple avec :

- une énergie devenant économiquement crédible, en en finissant avec le principe non viable du tarif d’achat, de l’électricité produite, supérieur au prix facturé lors de sa vente. Si encore aujourd’hui, le maintien d’un bonus économique à l’achat est nécessaire, l’évolution technique du solaire photovoltaïque et la hausse des prix de l’électricité d’origine conventionnelle vont contribuer à faire se croiser les courbes de leurs tarifs respectifs. Ainsi, selon une récente étude du Syndicat des Energies Renouvelables (SER), d’ici à deux ans maximum, dans le sud de la France (cinq ans plus tard pour l’ensemble du territoire), des installations photovoltaïques fourniront une électricité au coût de production inférieur ou égal au tarif de l’électricité acheminée par le réseau électrique, rendant ainsi inutile tout soutien;

- un nivellement des pics de production inhérents aux énergies renouvelables et notamment le solaire photovoltaïque (production uniquement en journée), comme le montre l’illustration ci-dessus;

- la responsabilisation des particuliers sur l’électricité consommée. En effet, en puisant en premier lieu dans l’énergie qu’ils produisent, les consommateurs verraient directement la facture de leur fournisseur d’énergie habituel descendre. De même, les kWh produits en surplus et injecté en temps réel dans le réseau feraient baisser d’autant leur ratio de consommation et donc leur facture;

- enfin, en promouvant une consommation locale de l’énergie produite, on réduit sensiblement le coût énergétique du transport de l’électricité.

Bref, comme on le voit, l’acceptation par l’Etat d’une autoconsommation accompagnée aboutit à une formule gagnant/gagnant pour l’ensemble des maillons de la chaîne énergétique.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 24 décembre 2013 à 07:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marthe
24 décembre 2013 - 7 h 47 min

comprendraient-ils enfin l’utilité d’en finir avec le centralisme ?

Ce centralisme technocrate : trop grand, trop cher, trop gaspilleur, trop destructeur… et carrément dangereux si l’on en juge par le choix nucléaire.
La négation même de la démocratie.


Maxime
25 décembre 2013 - 19 h 24 min

Pas facile à gérer ce système d’auto consommation, car on donne à certains moments de l’électricité à ERDF, on ne peut pas consommer tout ce qui est produit surtout l’été. C’est l’ERDF qui va être content !
Je préfère ce que j’ai, je vends le surplus, j’auto consomme le reste ce qui me fait baisser ma facture EDF et qui me permet d’amortir l’installation par la vente du surplus.


fred
25 décembre 2013 - 23 h 40 min

Excellent article, c’est ce qui aurait dû être appliqué dès le départ avec le photovoltaïque, de consommer l’électricité produite sur son toit, c’est d’une évidence. Mais cette évidence là ne plait pas du tout au lobbies du nucléaire, qui souhaite coûte que coûte garder une main mise sur toute forme de production d’électricité, pour mieux la contrôler, même si c’est en dépit du bon sens.


gauthier
26 décembre 2013 - 5 h 39 min

discuter ici de la mauvaise gestion de cette affaire, revient à commenter un vice bien français: son incompétence à gérer quoi que ce soit – c’est dans nos gènes, que cette impuissance à prendre en compte les réalités au point de se trouver toujours en première ligne (sans mauvais jeu de mots) pour incompétence là « où ça fait mal » et en queue de peloton pour les bonnes décisions – pris en bloc pour enfin retourner la situation, ce qu’il nous faut d’abord c’est nous allonger sur le canapé d’un… psy – alors enfin: la lumière!


jazcques
26 décembre 2013 - 8 h 03 min

Le père Noël ne passe pas en permanence. Le prix de rachat du photovoltaïque était évidemment scandaleux, rien à voir avec le lobby nucléaire. Les pics de consommation sont en soirée et en hiver quand le photovoltaïque est le moins productif, comment gérer ces pics ? Le nucléaire n’est pas adapté, reste l’hydraulique et les centrales conventionnelles polluantes en CO2 et en effet de serre.
Abandonner le nucléaire pour faire de l’effet de serre comme en Allemagne n’est pas très écolo.
Bonnes fêtes.


michel
26 décembre 2013 - 10 h 42 min

voici quelques éléments chiffrés pour couper court aux idées fausses sur le coût du photovolotaîque : l coût actuel de rachat pour EDF (4eme trimetre 2013) concernant les nouvelles installations de taille moyenne (plus de 9KW) varie de 13 à 15 centimes en intégration simplifiée (traif T4) et est de 8 centimes (tarif T5) pour les autre types d’installation. Ce tarif baisse tous les ans est est en train de devenir inférieur au coût de l’électricité produite par les centrales de dernière génération (EPR de Flamanville). Sans parler du coût futur du stockage des déchets radioactifs, du coût réel du démantèlement des centrales nucléaires, et d’un éventuel incident d’origine accidentelle ou terroriste. Le sigle EDF qui apparait à côté de l’article nous éclaire sur l’origine des informations de cet article contre le soutien à la filière photovoltaïque.


garnier
26 décembre 2013 - 11 h 08 min

Article trés interèsent à diffuser plus largement. Le jour ou le photovoltaique
sera en auto consommation je signe de suite,mais a cause des lobbies du nucléai
re ce n’est pas pour maintenant.


Brian Hurley
26 décembre 2013 - 13 h 13 min

La Technologie de pointe !! Chez nous ,à Riberac La Dordogne.

Depuis le 3 dec, dernière , chez nous, Cogen Air (Entreprise Francaise -voir http://www.base-innovation.com ) a ajouté 6 metre carré (4 panneaux) de Cogen’Air Hybride. Ces panneaux sont bien etabli sur notre toiture a coté de l’ancienne 20 metre carre(12 panneau) du panneaux Sunway( fabriqué en Allemand) qui sont posé en 2008 par NEF(Nouvelle Energie France)- comme la toiture n’un Auvent). (photo disponible sur commnande)

Le rendement d’électricité jusqu’a maintenant, du Cogen Air, en moyenne, a eté de 0.4 Kwh le metre carré – plus un peu de chauffage de notre salon par la circulation de l’air a travers les collecteurs. Cette chauffage par l’air va augmenter au fin d’hiver /debut du printemps. On prevois un amortisation de 7 année mais en verra-comment le prix d’électricite va changer.

Par rapport, les anciennes panneaux Sunway ,aussi aujourd’hui ,ont un rendement de 0.25 KwH le metre carré.( notez; cette production d’électricité en totalité est vendu à EDF au contrat fait en 2008-pas encore disponible. ) On a un amortisation des 6 Années.

Donc l’efficacite avance bien ! Mais il faut attend comment la fiscalité va changer. !1

Nous avons aussi un’eolienne le « Sweet 600″ par Sweet com depuis 2008, qui marche en temps du vent a partir de 3 km/h, mais il se freiner si le vent est plus que 60 Km l’heure . Aussi avec des rafales trop fort il faut le freiner par le regulateur. Nous n’avons pas un compteur pour mesurer le rendement( En theorie 600 watt maximum avec le vent de 42 km/h).Amortisation Inconnu ?? peut etre 10 ans.

Très bonne fin d’année a tous . Amicalement
Helen et Brian Hurley .Le Président et La Sécretaire de la assoiation IFF ( http://www.iff-riberac.fr/ ) Isles de Flore et Faune, RIBERAC Dordogne


jolM
26 décembre 2013 - 17 h 12 min

A jazcques…le stockage à court terme de l’énergie n’est plus un vue de l’esprit, c’est encore la quantité d’energie produite et d’économie réalisée qui est inssuffisante….Le CO2 Allemand ou Japonais n’est qu’une transition due à l’aveuglement nucleaire de ces pays…Les meilleurs projets tablent sur 25 ans pour réaliser la sortie du nucléaire, il est donc temps de changer de modèle de pensée.


Steph
26 décembre 2013 - 18 h 35 min

Mefiez-vous des avis tranches car ils ont toutes les chances d’etres faux. Sachant que :
- le mecanisme de l’obligation d’achat existe depuis 60 ans (creation d’EDF), principalement destine au micro-hydro, il deviendrait MAINTENANT obsolete ?
- le meme gouvernement a qui le tarif d’OA du solaire en target, octroie 6 000 MW d’eolien off-shore a 17 c€/kWh (ca va faire mal a la CSPE). Qui en profite ? des grands groupes.
- le PV au sol et l’eolien sont viables a 8 c€ / kWh (sans probleme de stockage de dechets ni demantelement) alors qu’il en faut 11 c€ a l’EPR.
- Auto-consommation oui, mais on ne fera jamais avancer de TGV ou marcher des fours a aluminium a coup d’auto-consommation mais grace a des fermes eoliennes, centrales hydro, biogaz, biomasse, houlomotrices ou PV au sol.

Conclusion : ca n’est pas le mecanisme de l’OA qui est le probleme mais l’absence de vision et de pilotage par le gouvernement Villepin puis Sarkozy, et Borloo en a une forte responsabilite.
Si le PV est remunere 8 c€/ kWh (10 dans le nord), il est attractif pour un investisseur, meilleur marche que l’EPR donc ou est le probleme ? En definitive le tarif d’OA n’apporte plus que le confort de savoir sa production ecoulee en integralite pour les 15 ou 20 a venir : securite vis-a-vis de la banque.


Thad
26 décembre 2013 - 19 h 52 min

depuis 2007, je ne revend que mon surplus d’electricite photovoltaique. c’etait pour moi deja la meilleure solution, d’un point de vue ecologique et ethique. d’un point de vue economique j’aurais gagner a revendre tout, mais il faut savoir ce qu’on veut. Et les temps changent.


dany
27 décembre 2013 - 11 h 10 min

en France nous vivons trop par un système de subvention, ce système éloigne les consommateurs de la réalité du coût de production.
Le plus flagrant étant l’alimentation qui est « bradée », grande conséquence de la PAC, … en faisant payer tout ça sous la forme d’impôts. Donc nous sommes totalement déconnecté de la réalité.
Il en est de même pour l’énergie, que se soient les centrales, les installations individuelles etc…
Et tout ça entraîne la déresponsabilisation du consommateur qui n’est plus acteur de ses dépenses.
Certes, mon raisonnement est quelque peu simpliste, mais c’est un ressenti personnel.


Maxime
28 décembre 2013 - 10 h 29 min

@ Jazcques : on ne dit pas « rachat » mais « achat », rachat voudrait dire que l’on achète de l’électricité et qu’on la revend au même fournisseur qui la rachète……C’est une faute que tout le monde fait même ceux du gouvernement, pourquoi, ça reste un mystère !


zamenhof
28 décembre 2013 - 15 h 19 min

et la pile à combustible microbienne ça ne serait pas une solution ?


maumau
29 décembre 2013 - 9 h 53 min

précision sur le prix de vente, j’en suis toujours à 17cts parce que mon installation est antérieure à une certaine date! à l’époque Hespul conseillait de vendre la totalité mais, maintenant, j’aurais intérêt à ne vendre que le surplus; malheureusement, changer le contrat est trop onéreux or il court sur 20 ans…


Renaud
29 décembre 2013 - 10 h 42 min

Toute l’usine à gaz faite sur le photovoltaïque, soutenue à renfort d’aides pour devenir « rentable » ne sert qu’à augmenter la consommation.
Pour un coût nettement moindre, l’installation de pompes à chaleur REDUIT LA CONSOMMATION, ce qui est tout de même plus écolo.
Seulement, diminuer la consommation, c’est aussi diminuer les taxes, et là, Bercy n’est pas d’accord.


Christian
29 décembre 2013 - 14 h 20 min

Je suis content d’avoir fait mon installation il y a env. 3 ans, c’était le dernier moment pour le faire. J’ai même bénéficié de l’aide de la région, et ainsi que le crédit d’impôt.
Je revend la totalité. De toute façon, de vendre une partie ou la totalité est exactement la même chose au niveau technique. La différence, c’est que EDF à misé que la plupart des clients allaient préférer vendre seulement le surplus, faire croire que c’est plus écologique.
Mais en fait lorsque vous produisez plus que ce que vous consommez, le courant est utilisé dans votre maison, et si il reste après cela, le reste du courant va le plus près de vos voisins, c’est tout. Autrement il faudrait un savant pour expliquer une autre théorie.
EDF à mon avis à été surpris et n’a pas mesuré l’impact.


alain38
31 décembre 2013 - 12 h 28 min

N’en déplaise aux lobbies du PV tels le SER, ce qu’ils appellent « lobby du nucléaire » n’est autre que les partisans du service public qui, après avoir équipé tous les sites hydrauliques exploitables, se sont tournés vers le nucléaire en tant que meilleure source d’énergie pour répondre à l’intérêt général.
Le PV comme l’éolien sont des sources intéressantes, à condition de les considérer comme un appoint (car étant intermittentes elles ne peuvent répondre à la demande que quand la météo le permet), et de supprimer les subventions qui pénalisent l’ensemble des consommateurs via la taxe CSPE.
L’autoconsommation est une formule intéressante (et irremplaçable dans les endroits isolés comme la haute montagne), à condition là aussi que les surplus soient revendus seulement au prix du marché pour ne pas mettre à contribution les autres consommateurs.
Enfin, ne rêvons pas comme le SER : le prix de revient de ces énergies dites vertes (incluant évidemment l’amortissement des installations) n’est pas près de descendre sous le prix du nucléaire, et leur intermittence les cantonnera pour longtemps au rang de source d’appoint. Seule l’émergence de solutions de stockage massif à prix abordable permettrait d’envisager un recours exclusif à ces énergies, mais des solutions industrielles sont très loin d’émerger (cf. la voiture électrique dont le concept est séduisant mais qui ne peut se développer en raison de l’absence de batteries fiables).
N’ayons pas honte de notre industrie nucléaire qui nous assure un kWh sûr à prix imbattable, et poursuivons la recherche pour améliorer cette énergie en parallèle des énergies Vertes : et que le meilleur gagne pour le bien de tous !


Maxime
1 janvier 2014 - 19 h 25 min

La Canard Enchaîné de cette semaine relate le cout du nucléaire à venir, ce cout donné par la cours des comptes et le Sénat, va s’élever dans les 75€ le Mwh et le cout de l’EPR entre 75€ à 90€ le Mwh, on est loin, très loin du Mwh le moins cher du monde (10€ le Mgw), ce sera donc plus cher que l’éolien qui deviendra très compétitif, donc que l’on ne nous ne raconte pas de blague sur le nucléaire.
Sans oublier le cout du stockage que le projet chiffre entre 14.5 et 36 milliard d’Euros……On nous prend pour des gogos ! Et dire qu’il y a des personnes qui sont contre l’énergie renouvelable,


DELSOL
1 janvier 2014 - 23 h 23 min

Et dire que l’énergie peut être produite la journée ,chargée des batteries ,concernant le surplus ,et consommée la nuit ,si il le faut ,et même ne plus être abonné du tout a EDF ou un fournisseur, et l’installation est simple,on peut même fabriqué ses panneaux soit même ,il faut juste acheter les cellules,pas compliqué pour deux sous et grosse économie ,puis après ,il nous taxerons sir le soleil !


Bruno
2 janvier 2014 - 11 h 07 min

Personnellement, avec mon installation PV intégrée au toit, je produit plus d’électricité que j’en consomme… Je suis d’ailleurs certainement le premier consommateur de mon électricité PV injectée sur le réseau au niveau de mon alimentation ERDF. Le fait de vendre ma production PV à ERDF permet surtout de lisser ma consommation par rapport à mes besoins (je ne produit que le jour par beau temps mais j’ai besoin d’électricité 24h/24). Cette solution m’a permis de franchir le pas vers le PV (en 2008)car l’investissement initial était loin d’être négligeable. Je n’ai aucun scrupule envers la collectivité par rapport au coût de rachat car j’estime que j’apporte à la collectivité en produisant de l’énergie « propre ». J’habite dans une région infestée de vieilles centrales nucléaires et j’appréhende vraiment une catastrophe du niveau de FUKIJAMA (en une seconde, on perd tout : ses biens, sa santé, son travail etc…). Je n’arrive pas à comprendre les défenseurs du nucléaire si ce n’est pour de basses raisons pécuniaires (qui restent à prouver lorsqu’on aborde le sujet du démentellement des centrales nucléaires).


Clément
2 janvier 2014 - 18 h 10 min

@alain38 : Pour les voitures électriques, que pensez-vous de Tesla Motors ? http://www.teslamotors.com/fr_FR/ ils ont une technologie de batteries et de conditions de sécurités au volant qui sont très bonnes. De plus, pour parer à l’argument « oui mais et quand je vais en weekend à plus de 400km de chez moi, je fais comment? « . Voici 2 clés de réponses : http://www.teslamotors.com/fr_FR/charging#/onthego et http://news.autoplus.fr/news/1475047/Stations-de-recharge-V%C3%A9hicules-%C3%A9lectriques-Europe-Tesla-Motors-Model-S

Je me demande pourquoi la voie des gros cerf volants n’est pas plus exploitée ? Probablement pour l’encombrement aérien ou la peut être trop récente forme de technologie : http://www.makanipower.com/2013/05/fully-auto/ (récemment acquise par google).

Pour ce qui est des contraintes de stockages, si tout le monde surproduit, ne serait-il pas possible d’utiliser le réseau européen électrique pour répondre à cette problématique? Toute surproduction est utilisée là où il est nécessaire de disposer d’électricité et vice versa la nuit. grâce notamment aux différents vents qui soufflent et les différentes courses du soleil. Et si vraiment il reste de l’électricité non consommée, on utilise le surplus avec une grosse électrolyse de l’eau ou quelque chose de similaire et très réactif.


MichelM
3 janvier 2014 - 22 h 26 min

On peut acheter en Allemagne des chaudières à Gaz qui produisent de l’électricité à partir d’une partie de l’énergie non transformée en chauffage.
Le même procédé a été développé il y a deux ou trois ans par une société de Chester(GB).
Pour quoi n’est il jamais parlé de ce système qui produit sans doute plus quand il fait froid et même la nuit!


Antoine
12 janvier 2014 - 18 h 31 min

Du gaz éolien/photovoltaïque en vente en Allemagne: l’Hydrogène par électrolyse de l’eau faire réagir avec du dioxyde de carbone dans un réacteur catalytique produit par cette réaction (processus découvert par le chimiste français Paul Sabatier 1854-1941)du méthane et de l’eau etc. Voir l’article La méthanisation « Sortir du nucléaire N°57-printemps 2013″.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
5429

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS