Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » L’énergie augmente pour les ménages… et pour les entreprises
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’énergie augmente pour les ménages… et pour les entreprises

Oil indutry refinery - factory

Le débat de l’augmentation du prix de l’électricité pour les ménages fait de nouveau rage. Alors que les coûts de production et de maintenance des centrales nucléaires d’EDF a bondi sous l’effet des nouvelles normes de sécurité post-Fukushima, et alors que le nécessaire développement des énergies vertes et des réseaux de transport affiche un prix qui va continuer de croître, les consommateurs sont mis à contribution. Fait intéressant, il semble cependant que l’Etat ait décidé de mettre à l’abri les entreprises, pour mieux ponctionner les particuliers.

Des tarifs différents selon le profil de consommation

Le parc de centrales nucléaires d’EDF, qui produit 75% de l’électricité française, a vu ses coûts de fonctionnement bondir de 20,6% entre 2010 et 2014. La hausse de ces coûts, qui représentent environ 40% du prix final payé par les consommateurs, devrait se prolonger dans le cadre de l’opération « Grand Carénage » qui se déroulera jusqu’en 2025 pour le renforcement des normes de sécurité des réacteurs et l’extension de leur période d’activité.

Cette hausse a été répercutée directement sur le prix de l’électricité, via les tarifs réglementés d’EDF, mais à des degrés divers. Ainsi en 2013, le gouvernement a annoncé une hausse de 5% du tarif bleu, réservé aux petits compteurs (particuliers et petites entreprises), suivie d’une nouvelle hausse de 5% qui surviendra en août 2014. Cette hausse, qui devrait se prolonger dans les années à venir, fait suite à une période où ce tarif n’a évolué que de 2% par an en moyenne, en phase avec l’inflation. En contraste, les tarifs jaunes (consommations moyennes correspondant aux grosses entreprises du tertiaire, d’une puissance de compteur allant de 42 à 240 kVA) n’ont augmenté que de 2,3% en 2013, alors que les tarifs verts n’ont pas augmenté du tout. Il faut y voir le fruit des négociations entre un consortium d’entreprises industrielles, Exeltium, et le fournisseur historique d’électricité EDF.

Comme pour accentuer cet écart, le Conseil d’Etat a statué le 11 avril d’une hausse rétroactive des tarifs bleus pour l’année 2012, qui devrait représenter un effort supplémentaire de 20 à 40€ pour 28,7 millions de ménages. Si le gouvernement est tenu juridiquement d’appliquer cette décision, la ministre de l’Energie s’est cependant exprimé contre une décision « très regrettable », et son application est encore en suspens à l’heure actuelle.

Des taxes appliquées inégalement

Les énergies renouvelables – le photovoltaïque, l’éolien terrestre et offshore, la biomasse – sont un atout capital pour la France du XXIème siècle, mais leur développement coûte cher. En sus des diverses facilités accordées à la construction des centrales vertes, l’Etat oblige EDF à racheter leur production d’électricité à un tarif très préférentiel. Le coût de ce dispositif, qui est passé de 111 millions en 2006 à 2,8 milliards d’euros en 2013, a été répercuté au travers de la CSPE, une taxe dont il représentait, en 2013, 53% des charges. Cette taxe augmente actuellement de 3€/MWh en moyenne par an. A cela s’ajoute la (légère) augmentation de la TVA ainsi que des taxes locales.

L’Uniden, qui représente les entreprises fortement consommatrices d’électricité, s’est immédiatement plainte de la décision de l’augmentation de la CSPE en 2014, ce qui lui a permis d’obtenir une ristourne de 75% sur cette hausse, qui a été votée en décembre par l’Assemblée nationale. Cette réduction se cumule avec les diverses exonérations déjà accordées aux entreprises électro-intensives. En supplément de ces gestes politiques, la CRE a accordé récemment une autre ristourne aux industries, qui paieront en 2014 la moitié du tarif normal d’acheminement de l’électricité.

Alors, quelles sont les raisons qui justifient une telle différence de traitement ?

La question de la compétitivité

A la base de ce débat, il faut se rappeler qu’un faible prix de l’électricité est un des atouts majeurs de la France pour la compétitivité de ses entreprises depuis les années 1980. Pendant des années, cet avantage a compensé en partie un coût du travail élevé. Face à l’augmentation inévitable du prix de l’énergie dans un contexte de raréfaction des ressources, les entreprises du tertiaire font aujourd’hui des efforts sur la voie du « pilotage énergétique », qui permettrait à un bâtiment de réduire sa consommation de 30% en moyenne. Ces économies portent essentiellement sur les systèmes de chauffage et de climatisation, et sur la gestion des parcs informatiques, cependant il paraît difficile de réduire les besoins en éclairage. Tout comme les particuliers, les entreprises sont donc captives des prix de l’énergie, alors que l’électricité représente en France 10% dans le coût de production d’un produit fini, alors qu’aux Etats-Unis il ne représente que 5%.

Les électro-intensifs sous tension

La comparaison avec l’international est importante dans le contexte où la France doit réussir à préserver ses exportations. Pour les entreprises électro-intensives, soit celles qui font une consommation importante d’électricité en rapport avec leur production, ce coût peut représenter jusqu’à 20% de leur chiffre d’affaires. Selon Thierry Le Hénaff, PDG d’Arkema, ce coût aurait presque doublé en dix ans : il était de 25% inférieur à celui en vigueur en Allemagne, et il est aujourd’hui de 25% supérieur. Ces industries – concentrées dans la sidérurgie, l’industrie chimique et le papier-carton – exportent la moitié de leur production à l’étranger (et en premier lieu en Allemagne), ce qui signifie que si leurs frais augmentent encore fortement, elles auront de plus grandes difficultés à honorer leurs commandes de façon pérenne. Ces entreprises, françaises ou étrangères, font travailler 100 000 personnes sur notre territoire.

Tous les pays souhaitant promouvoir leur industrie ont recours à des tarifs spéciaux. A une époque où le patriotisme économique semble être une attitude indispensable pour la France, on peut donc sans doute se réjouir de cette politique du gouvernement, en dépit des sacrifices qu’elle imposera aux ménages pour les prochaines années.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
m.B
7 juin 2014 - 13 h 04 min

ne serions nous pas aussi entrain de payer le ‘fumeux’ epr en finlande qui coûte beaucoup beaucoup plus que prévu???


René Varenge
7 juin 2014 - 16 h 40 min

Tant que nous n’aurons pas maitrisé notre démographie au niveau mondial l’énergie coutera de plus en plus chère.


Hélène
7 juin 2014 - 20 h 18 min

Si on n’utilisait l’électricité que pour les usages où elle est plus efficace que les autres sources d’énergie, on ferait d’ENORMES économies : bien isoler tous les bâtiments (techniques au point et beaucoup d’emplois créés), généraliser les chauffe-eau solaires (technique simple et encore des emplois) même avec relais électrique. Chauffage au bois (granulés : ça marche super bien), etc.
Puisque ce genre de solutions n’est pas préconisée en haut lieu, prenons-nous en main et passion-nous un maximum de leurs services.


Riss
7 juin 2014 - 20 h 27 min

Bonjour
Concernant la Société Privée (car cotée en Bourse) EDF, il est choquant que les clients paient aussi bien les avantages anormaux des salariés et syndicat que des choix technologiques et risques associés acceptés par les actionnaires.


luc
7 juin 2014 - 23 h 33 min

le mieux est encore de produire son electricite soi meme – quand c’est possible.


open-dream.org
8 juin 2014 - 7 h 30 min

le (encore) mieux est d’en consommer moins ;-)
Paradoxalement, plus c’est chère, plus on gagne en consommant moins. Qu’on se le dise …
http://www.open-dream.org
http://solaire.open-dream.org


forlane
8 juin 2014 - 10 h 49 min

le mieux est d’en consommer le moins possible !!!


Roy
8 juin 2014 - 12 h 03 min

bonjour,
il faut trouver des chauffages qui consomment moins .Chaque foyer peux se faire son électricité ou prévoir par groupe d habitations.
A réfléchir


Paul Carlé
8 juin 2014 - 15 h 30 min

Bonjour,
toutes ces considérations sont vraiment dérisoires face au TAFTA
( traité de ‘libre’ échange entre les États-Unis et l’Europe )
qui va nous rendre, nous tous qui papillonnons sur internet, totalement asservis aux financiers et aux actionnaires des firmes multinationales
qui ont là une occasion, en or, de nous aliéner et de nous exploiter encore plus.
Eux ( financiers et actionnaires ) ils s’organisent et ils agissent,
nous, nous bêlons et nous nous chamaillons pour des ‘choses’ importantes
mais qui ne peuvent changer ou être changé que si eux ne sont plus au poste de commandement.


db
8 juin 2014 - 23 h 47 min

Je trouve très bien que les employés EDF aient des avantages (nettement inférieurs à ceux des employés des clubs de foot_joueurs ou responsables_ privés eux aussi, et payés eux aussi par les clients! ). Pourquoi des employés ne toucheraient-ils pas un salaire décent et intéressant?
Ce qui n’est pas normal, c’est que le contribuable endosse le risque nucléaire et non l’actionnaire; mais avant tout fallait-il privatiser EDF (après l’avoir séparée de GDF pour lui faire vendre ensuite du gaz à nouveau sous un autre nom! et à GDF de l’électricité! _au bénéfice de qui ? pas du contribuable!)?
Manquerions-nous de médicaments si Rhône Poullenc n’avait pas été privatisé (par Balladur) et si l’état avait encore la main?
Souhaitons-nous des suicides en série comme à France-Télécom?
Saurons-nous empêcher la privatisation de La Poste (seul bénéficiaire actuel de ce projet : son PDG qui a décuplé son salaire, mais il gagnait « une misère » avant! )
Et si nous calculions le manque à gagner du pays depuis la vague de privatisations qui non seulement nous a appauvris, mais, limite nos possibilités de décision et d’action sur l’emploi…(dividendes versés + coût social des suppressions d’emplois)
Quand avons-nous voté pour l’abandon de l’état providence, seul mode de gouvernance favorable au peuple et aux plus faibles?
Pourquoi instituer la concurrence et non la coopération, facteur de beaucoup plus de progrès pour tous que d’avantages pour quelques uns seulement?

Voilà, ça m’a énervé ce couplet sur les avantages (qui sont normaux) des salariés d’EDF….; ce qui ne l’est pas (normal), c’est que les autres salariés perdent les leurs et n’aient plus les moyens alors que ce pays s’enrichit toujours plus.
Retrouver la fraternité avec l’égalité.


bernard
9 juin 2014 - 8 h 36 min

l’energie augmente pour payer les frais de justice de PROGLIO embarqué dans une histoire d’abus de bien.
Triste société.


berrand
9 juin 2014 - 10 h 13 min

Fil Ariol04
10 juin 2014 - 15 h 52 min

bjr à tous,
Sujet très cocasse, on peu le prendre par tellement d’entrées que l’on risque de s’y perdre avant meme d’avoir trouvé la solution, car il n’y en a pas 1 seule mais plusieurs car les énergies les + sympathiques pour la planète et les « couillons » d’humains suicidaires qui l’habitent sont celles que nous ne consommons pas (sobriété), celles que l’on économise (économie d’énergie) et que l’on produit de façon renouvelables…(enr), ce n’est jamais que le programme Négawatt….que l’on essaie de promouvoir depuis ……(des lustres à bougies…!)
Bref c’est devenu très compliqué, même ce réseau n’est qu’un support de com pour une société qui nous vends à nous les professionnels des adresses de personnes susceptibles d’être intéressés….(intermédiaire de service = opposé du circuit court local…!!!) alors que théoriquement nous sommes tous intéressés par la chose …soit par entrée écolo, soit financière….
Alors commençons par éviter les intermédiaire et ce sera encore plus « profitable » pour les couillons d’humains vivant sur cette si belle planète qu’elle fut !!!
Pour témoigner qu’il est possible de concilier écologie et économies globales (publiques et financières individuelles) je vous relais l’adresse du site d’une structure qui développe un concept de prestations participatives pour économiser l’énergie, ex d’une isolation de comble perdus avec de la laine de bois et une autre capteur solaire thermique
le « bouquet énergétique » ainsi formé est « amortissable » en +/- 2 à 3 ans (sur 40% du territoire sud de la France) si l’on déduit les aides financières :
QU ATTENDONS NOUS ?
Voir http://www.attitudesolidaires.wordpress.com
Soyons réalistes n’exigeons rien des autres que nous n’aurions pas déjà tenté d’appliquer par nous meme !!!
Alors SVp que chacun d’entre nous accepte de se remettre en cause et commence par faire ses propres efforts avant de citiquer ceci ou cela et surtout…. surtout lâchons nos peurs et ouvrons nous les uns aux autres plutôt que de nous enfermer dans nos « chapelles de croyances »…
Merci pour les générations futures
FilAriol04


René Varenge
11 juin 2014 - 17 h 42 min

Commençons par stabiliser notre démographie car toujours plus d’habitants signifie toujours plus de besoin en énergie.
http://www.demographie-responsable.org


couloudou françoise
11 juin 2014 - 17 h 47 min

Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas d’aides pour une installation solaire pour sa propre consommation??Comme cela se fait en Allemagne, c’est quand ahurissant d’avoir des panneaux solaires produisant une énergie « solaire » vendue à EDF!
Dans notre commune certains habitants ont installé des panneaux solaires et vivent confortablement avec cette énergie solaire!
Françoise


frederic
11 juin 2014 - 23 h 18 min

bonsoir Françoise
il n’y a pas d’aides pour une installation en autoconsommation car dès que l’on s’affranchit des contraintes d’installation « imposées » pour bénéficier des tarifs d’achats on obtient une installation qui est très rapidement rentable
le cout du matériel (panneau + onduleur) est autour de 2€ par watt crete, si on limite la puissance installée à 250 ou à 500 watts on ne donne quasiment jamais de courant à EDF .
On peut alors facilement monter un système qui est amorti en moins de 10 ans
fred


Jicé60
12 juin 2014 - 10 h 43 min

Les panneaux solaire photovoltaïques sont un leurre !
Quand au bout de 20 à 25 ans on commence enfin à rentabiliser son investissement ils ont vieilli et leur débit électrique a tellement chuté qu’il est vivement conseillé de les changer.
Et ces fort coûteux panneaux ne sont pas ou très peu recyclables !
Utiles seulement dans les zones dépourvues de réseau, et pour des gadgets ( chargeurs de téls solaires, calculettes, etc… )


frederic
12 juin 2014 - 13 h 50 min

Bonjour,
@Jicé60
actuellement, on trouve pour du materiel de qualité avec toutes les homologations le wattcrete (onduleur compris) à 2 €
le kwh EDF est actuellement à 0,151 €
le temps de retour sur investissement est donc de 13,3 ans si EDF n’augmente pas.
le rendement des panneaux solaires chute avec le temps , on perd en effet 20% au bout de 20 ans. Cela ne veut en aucun cas dire que ce panneau est à changer. De nombreuses installations ont aujourd’hui plus de 30 ans et ont encore de belles années devant elles.
Les panneaux silicium ne posent aucun problème particulier de recyclage et la filière est prête. Cependant les panneaux semblent être utilisés plus longtemps qu’initialement prévu.
Le recyclage des panneaux couche mince n’est pas encore parfaitement au point
Avec l’évolution prévisible des tarifs de l’electricité, une petite installation de 250 ou 500 watts devrait être amortie en beaucoup moins de 10 ans. Ce type d’installation avec une durée de vie de 30 à 40 ans est largement rentable.


La cagouille libre
13 juin 2014 - 16 h 51 min

Une chose étonnante:
dans le domaine des énergies renouvelables à l’infini et non polluantes, on n’évoque jamais ni semble-t-il envisage d’utiliser l’énergie des marées et celle de la géothermie profonde .
Pour quelles raisons ?
Nous étions en avance il y a 50 ans avec la centrale marémotrice de la Rance.
Oubliée, gommée, disparue !


frederic
16 juin 2014 - 10 h 34 min

Bonjour,
@ La cagouille libre
en ce qui concerne l’énergie des marées on commence à faire des tests intéressants sur les hydrauliennes. Ce n’est pas la même façon d’exploiter cette énergie que le barrage de la Rance, mais c’est bien la même énergie qui est exploitée
Ce type de fonctionnement nécessite beaucoup moins de génie civil qu’un barrage
voir « http://www.univers-nature.com/actualite/hydrolien-la-france-a-la-pointe-65926.html  »
Un des avantages non négligeables est que les heures de marrées ne sont pas les mêmes tout le long de la cote ce qui fait que les moments ou la production est nulle sont différents selon la position sur la cote
(cependant, les zones les plus interessantes, du coté de brest et de cherbourg n’ont qu’une heure de décalage)
fred



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2571

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS