Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Vers la fin des vautours en Inde… et ailleurs ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vers la fin des vautours en Inde… et ailleurs ?

Depuis 1997 au moins les chercheurs indiens tirent la sonnette d’alarme : les populations de vautours du sous-continent sont en train de s’effondrer sans raison apparente…L’Inde – où les vautours tiennent une place considérable dans le quotidien (remarquables «nettoyeurs» de la nature) comme dans la symbolique – est elle en train de perdre ses vautours ?

Deux espèces sont particulièrement touchées : le vautour à dos blanc et le vautour indien. Après la seconde guerre mondiale, une disparition dramatique avait touché des pays entiers comme la Malaisie, le Laos, le Cambodge, le Vietnam et même la Thaïlande où les vautours sont aujourd’hui rarissimes, sinon éteints. A l’époque, personne n’avait pu donner une explication rationnelle et l’on évoquait plutôt les pesticides et la modification des milieux. L’Inde était épargnée par ce phénomène et restait même, jusqu’au début des années 1980, célèbre pour l’extraordinaire abondance des vautours qu’on pouvait y admirer. Il était courant alors d’observer, à l’intérieur ou autour de certaines villes, des rassemblements de plusieurs centaines de vautours.

Mais en cette fin de 20ème siècle, le sous-continent est à son tour touché avec une ampleur et une rapidité inouïes. Ainsi, dans le célèbre sanctuaire d’oiseaux de Bharatpur (Keoladeo Ghana), la population de vautours à dos blanc est passée de plus de 2000 en 1985-86 à tout juste 86 individus en 1998 et les nids occupés de 363 à 20, avec aucune reproduction réussie dans les deux dernières années. De même, les vautours indiens sont passés de 816 à 25 et, sur leur zone de nidification à 50 km de là, de plusieurs milliers à une centaine. On pourrait multiplier ce type d’exemples…Et ce fléau touche à présent le Népal et le Pakistan.

Malgré l’ampleur du phénomène, aucune cause sérieuse n’a pu être trouvée jusqu’ici. La diminution du nombre de cadavres de vaches sacrées, l’augmentation des pesticides, l’empoisonnement de carcasses, la destruction directe de vautours n’expliquent pas à eux seuls cette régression drastique. Par exemple, les premières recherches de pesticides dans les cadavres n’ont pas montré de doses vraiment létales, bien que le fameux DDT soit encore très présent.

En revanche, d’inquiétants indices d’une épidémie (peut-être virale) semblent se manifester. Ainsi, les vautours étudiés à Bharatpur restent des jours, parfois jusqu’à un mois, posés immobiles près des nids, tête pendante, sans même venir toucher aux carcasses disponibles, avant d’être retrouvés morts au pied des arbres.

Plus grave encore : Jean-Marc Thiollay, chercheur au CNRS, spécialiste international des rapaces et administrateur de la LPO (Ligue de protection des oiseaux) a récemment constaté au Cameroun des comportements similaires chez les vautours d’Afrique…

La Bombay Natural History Society, le WWF-Inde, le Peregrine Fund et BirdLife sont d’ores et déjà impliqués dans la recherche des causes de ce dramatique événement, qui ne touche exclusivement les vautours. Il est par ailleurs utile de rappeler le rôle considérable de nettoyeur et de fossoyeur que joue le vautour dans bien des écosystèmes, comme en témoigne la vénération dont il jouit en Inde comme en Afrique.

Le risque est, bien sûr, que ce phénomène se propage aux autres populations de vautours de l’Ancien Monde, y compris à celles d’Europe (il y a des échanges entre Afrique, Asie et Europe, notamment avec le vautour fauve). C’est pourquoi la LPO, s’associe pleinement aux moyens mis en ouvre pour diagnostiquer et si possible résoudre ce mal qui ronge les vautours indiens, de même probablement que ceux d’Afrique et peut-être demain… d’Europe.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 octobre 2000 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS