Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Vente d’ivoire, la CITES remet le couvert
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vente d’ivoire, la CITES remet le couvert

La décision finale de la CITES, concernant l’éléphant, laisse beaucoup d’amertume à de nombreuses organisations de protection et à des pays comme l’Inde et le Kenya qui souhaitaient le reclassement de l’ensemble des espèces d’éléphants en annexe 1. En effet, alors que depuis 1989 toutes les ventes d’ivoire étaient interdites, en 1997, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe ont été autorisé à vendre leurs stocks d’ivoire au Japon. Ce renouveau du commerce de l’ivoire a été à l’origine d’une recrudescence du braconnage des éléphants, y compris en Inde. Pourtant, aujourd’hui, les demandes du Botswana, de la Namibie et de l’Afrique du Sud, pour vendre leur stock respectif (20, 10 et 30 tonnes d’ivoire), ont été acceptées.

L’ivoire commercialisé doit normalement provenir du stock légal existant (éléphants morts naturellement ou suite à un tir légal pour réglé un problème homme / animal). Selon l’accord, la vente des stocks d’ivoire ne pourra s’effectuer qu’en une seule fois et pas avant mai 2004. Ce délai doit permettre à la CITES de vérifier et enregistrer les stocks existants afin de prévenir des transactions d’ivoire illégal. D’autre part, l’accord prévoit la possibilité d’arrêter les transactions, si un impact officiel négatif était mis en valeur sur les populations d’éléphant des autres régions. Par contre des demandes similaires du Zimbabwe et de la Zambie n’ont pas été acceptées.

La prochaine conférence se tiendra en Thaïlande, fin 2004-début 2005.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
118

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS