Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Vallée du Narmada (Inde)
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vallée du Narmada (Inde)

Le 29 juillet 1999, une caravane de plus de 300 citoyens de toute l’Inde et du monde, est partie pour la vallée du fleuve Narmada au sud de l’État du Madhya Pradesh, pour témoigner et soutenir les populations tribales menacées par un grand projet de barrages.

Ce projet prévoit la construction de trente barrages principaux, submergeants 327 000 hectares (dont 125 000 de forêt et 125 000 de cultures), complétés par 132 barrages moyens et 3000 petits barrages sur le fleuve Narmada et ses affluents. L’ensemble du projet affecterait plus de 1,5 million de personnes, principalement issues de tribus ayant peu de contacts avec le monde extérieur.

Le principal barrage, le Sardar Sarovar, touchera à lui seul près d’un demi-million de personnes dont la plupart ne font l’objet d’aucune politique de compensation.

L’intérêt des barrages pour la production d’électricité ne semble pas non plus évident, selon NBA, le coût de cette électricité serait prohibitif, alors que le potentiel d’exploitation de la biomasse des forêts submergées serait supérieur à la production des centrales prévues. Quant à l’irrigation, les terres concernées sont soient impropres à l’irrigation, soient déjà irriguées, ce qui fait dire à NBA qu’une fraction de l’investissement prévu suffirait pour remettre en état le système local d’irrigation, bien au delà des zones concernées par les barrages.

Une enquête indépendante réalisée à la demande de la Banque Mondiale en 1992, concluait d’ailleurs à l’abandon du projet de Sardar Sarovar, en indiquant que ‘ le projet est mauvais : la réinsertion des personnes déplacées est impossible dans les circonstances actuelles et les aspects environnementaux n’ont pas véritablement été pris en compte ‘.

Deux sociétés allemandes impliquées dans la construction d’un autre barrage (VEW energie et Bayernwerk), le Maheshvar, viennent également de se retirer du seul projet privé sur le fleuve en raison ‘ de l’absence totale de plan crédible de déplacement des populations et l’absence totale de terres disponibles pour les accueillir. ‘

Les Amis de la Terre ont vérifié que les populations étaient toujours présentes dans les zones de submergeance, notamment celle du barrage Sardar Sarovar qui couvre plus de 200 km le long de la rivière et se remplit progressivement à chaque mousson annuelle.

Des villages tribaux sans eau, route d’accès ou électricité voient ainsi monter les eaux à quelques mètres de leurs maisons, lesquelles doivent être submergées au cours de la mousson 99.

source : les Amis de la Terre

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
50

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS