Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Traçabilité ne veut pas dire innocuité des OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits
  5. Fair Squared : les préservatifs vegan ...


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Traçabilité ne veut pas dire innocuité des OGM

La Confédération Paysanne vient de saisir les autorités pour que soient menées à leur terme les analyses visant à évaluer l’impact d’une alimentation à base de maïs transgénique sur les animaux et les produits dérivés (lait, etc.). En effet , depuis 1998, 200 prélèvements attendent au congélateur que les crédits d’étude soient dégagés, avec comme dernière excuse en date, la parution cette année des règles sur la traçabilité et l’étiquetage des OGM.

Concrètement comme le déclare la fédération France Nature Environnement (FNE), il s’agit d’une ‘…véritable supercherie … car si l’éleveur peut savoir s’il donne à ses animaux des aliments contenant des OGM, le consommateur, lui, n’aura pas les informations portant sur la qualité de la viande, du lait ou des oeufs qu’il achète car aucune disposition n’impose à la filière un étiquetage indiquant le type d’alimentation de l’animal…’. Ainsi, ‘… on ne peut prétendre faire l’économie d’analyses et, encore moins, lever le moratoire sur les OGM au motif que le consommateur est mieux informé…’

Dès lors que 75 % des protéines végétales données aux animaux, qui finiront dans notre assiette, proviennent de mélanges de plantes conventionnelles et transgéniques sans aucune traçabilité, car importées, il apparaît légitime qu’en tant que consommateur, on s’inquiète du devenir des pesticides concentrés et/ou secrétés par ces plantes.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 décembre 2003 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS