Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Toxicité potentielle des rejets de l’Erika
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Toxicité potentielle des rejets de l’Erika

Un centre de recherche appliquée et d’expertises en chimie organique, Analytika dénonce la toxicité potentielle du fioul transporté par l’Erika. L’expertise d’un échantillon du rejet pétrolier de l’Erika (prélevé le 4 janvier 2000 sur les côtes de l’île de Groix) révèle que ce produit contient nombre de substances confirmées et / ou suspectées cancérigènes, par contact cutané.

Le rapport mentionne ainsi que “ En admettant que 15.000 tonnes du chargement de l’ERIKA ont été rejetées à ce jour au rivage, 7 à 9 tonnes de produits plus ou moins hautement cancérigènes ont été déversés sur le littoral atlantique français (et il y a tout lieu de craindre que les rejets qui restent accrochés au fond s’en décrochent à l’occasion de chaque grande marée ou tempête prochaine, pendant plusieurs années…). Il s’agit donc bien, à l’évidence, d’une atteinte majeure et durable à l’équilibre environnemental de ces régions, contrairement à ce que peuvent laisser croire les propos rassurants tenus par toutes sortes de fonctionnaires irresponsables, de la Préfecture de la zone de Défense Ouest (?) et de l’Agence Francaise de la Sécurité Sanitaire des Aliments, sans fondement scientifique, et en contradiction flagrante avec le ‘principe de précaution’.”

Analytika fait actuellement procéder à des contre-expertises de ses analyses par un autre laboratoire.

Si la toxicité et donc la nature du produit est confirmé, ce qui est fort probable, la responsabilité pénale de la société Total est alors engagée. En effet dans ce cas, il y a tromperie sur la cargaison transportée : selon Total, il s’agit d’un carburant de basse qualité (type fuel n°2) qui était destiné à une centrale thermique italienne, alors que selon les analyses il s’agirait plutôt d’un produit du type “ déchets industriels spéciaux “ dont l’incinération obligatoire revient à 1500F la tonne.

En outre, selon la réglementation en vigueur en Europe, tout mélange chimique contenant une proportion supérieure ou égale à 0.1% de composant cancérigène ne doit être manipulé que par un personnel convenablement entrainé (ce qui est loin d’être le cas des bénévoles).

Ndlr : il y a une dizaine de jours, nous avons reçu par email, une information émanant d’un centre de soins hollandais qui traitait des oiseaux victimes de l’Erika, et qui mentionnait que outre une mortalité anormalement élevée, les oiseaux développaient des pathologies cancérigènes. Après renseignement auprès des centres de soins français, l’information n’ayant pas été confirmée, cela n’avait pas été publié. Toutefois aujourd’hui, à la révélation des analyses menées par Analytika, les constatations du centre hollandais apparaissent crédibles.

Les rapports sont disponible sur le site Analytika

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS