Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Territoires ruraux : vers une confiscation de la nature
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Les voitures les moins polluantes en 2017
  3. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  4. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Territoires ruraux : vers une confiscation de la nature

Durant cinq jours, l’Assemblée Nationale va se pencher sur les territoires ruraux, avec comme principaux objectifs de favoriser leur développement économique (industriel, agricole, touristique…), d’y maintenir des services publics de qualité, de favoriser l’accès aux moyens de communication moderne et de préserver des espaces naturels (zones humides…).

Dans le domaine de la nature, de nombreux points apparaissent ‘douteux’. Le ROC (Ligue pour la préservation de la faune sauvage et la défense des non-chasseurs) dénonce notamment :

- la question des dégâts commis aux cultures et plantations forestières par le grand gibier, traitée uniquement sous l’angle économique et la solution radicale du tir des animaux (rappelons pourtant que les chasseurs introduisent chaque année, par le biais de l’élevage, des milliers de cerfs et autres ongulés, ndlr);

- la remise en cause, par un amendement, du statut des espèces protégées;

- l’absence de consultation des associations de protection pour tout ce qui a trait à la faune sauvage;

- l’impasse faite sur les problèmes de sécurité et de voisinage liés à l’activité de chasse (en ce début de XXIème siècle on peut encore chasser aux pieds des maisons);

- l’ignorance de(s) jour(s) sans chasse qui, selon l’association,manque(nt) particulièrement depuis la suppression du mercredi sans chasse.

On peut ajouter à cette liste un risque réel d’une reprise du braconnage, avec la suppression des interdictions concernant le transport de gibier mort à des fins non commerciales. Ainsi, le gibier mort, prélevé dans la nature, pourra être transporté dans certains cas pendant la période de fermeture (repas non commerciaux, etc.). Dans la même optique, est également prévu la libéralisation de la vente et du transport du gibier chassé en enclos, sous réserve de justifier son origine.

A l’évidence, si ces orientations étaient retenues dans le texte de loi définitif, elles iraient à l’opposé d’une relation équilibrée entre activités humaines et protection de la faune sauvage.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS