Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » TBT : l’Organisation maritime internationale s’est prononcée pour l’interdiction
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Énergies renouvelables : indispensables à ...
  2. Poêle à granulés : quelles règles de sécurité ?
  3. Quel panneau solaire pour recharger une batterie ?
  4. Les transports en commun gratuits en Allemagne ?
  5. L’argent colloïdal


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






TBT : l’Organisation maritime internationale s’est prononcée pour l’interdiction

A l’unanimité, l’organisation internationale maritime – OMI – a décidé, le 5 octobre 2001, d’interdire à partir du 1er janvier 2003 l’utilisation, dans le secteur maritime, de peintures pour navires au TBT. Cette substance utilisée pour protéger les coques des navires a été mise sur le marché dans les années 70. Les dégâts du TBT sur l’écosystème marin ont été immédiats, le pesticide se révélant être un perturbateur hormonal. Après une trentaine d’années d’utilisation, des concentrations importantes de cette substance ont été observées dans les ports mais aussi le long de toutes les routes maritimes.

La conférence de l’OMI s’est alignée sur l’appel lancé à l’industrie des peintures maritimes par les ministres belges, tout en renforçant leur position. En effet dans la déclaration finale de l’OMI, l’industrie chimique (productrice de la substance) est elle aussi appelée à arrêter la production du TBT. En outre, Greenpeace, qui a mené campagne durant plusieurs années contre ce pesticide, note que les mesures prises en ce qui concerne les peintures de remplacement sont sans doute encore plus importantes que l’interdiction du TBT. En effet, l’accord stipule que le principe de précaution sera utilisé pour évaluer les peintures utilisées pour se substituer à celles contenant du TBT. Les défenseurs de l’environnement et les autorités n’auront donc plus – comme ce fut le cas pour le TBT – à apporter la preuve irréfutable de la toxicité du produit (ce qui ne peut se faire qu’après une atteinte à l’environnement).

Afin de pouvoir intervenir légalement contre tout navire contrevenant à l’interdiction dès 2003, l’OMI invite les états à transposer sans attendre ce traité dans leurs législations.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS