Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Substance toxique sur les coques de bateaux
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. La noblesse des tables en bois
  3. L’UFC Que Choisir le prouve : la voiture ...
  4. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  5. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Substance toxique sur les coques de bateaux

Des militants de Greenpeace ont stoppé le 8 septembre 1999 le déversement de boues toxiques émanant de l’activité du port de Rotterdam aux Pays-Bas. Ce déversement se faisait juste à l’extérieur du port de Rotterdam. Les boues sont fortement souillées avec du TBT (une substance toxique utilisée en tant qu’anti-encrassement des peintures de bateau) mais néanmoins classifié non-toxique par les administrations hollandaises. Cependant, les niveaux de TBT dans les boues du port ainsi que dans les zones de rejets en Mer du Nord sont exceptionnellement élevés (jusqu’à 0,4 mg/kg de dépôt dans le port) et bien au-dessus des niveaux acceptables hollandais (0,0007 mg/kg).

Le TBT qui est un composé d’étain organique, est responsable de l’interruption du système d’endocrine des mollusques et crustacés marins menant au développement des caractéristiques mâles dans les escargots femelles. Le TBT altère également le système immunitaire des organismes et les mollusques et crustacés développent des malformations après une exposition aux concentrations de TBT dans l’eau de mer. Des quantités non négligeable de TBT ont également été trouvées dans les cachalots qui vivent et se nourissent pourtant dans les profondeurs des océans, loin des ports et des grandes routes de navigation. Ceci indique que le TBT pourrait être largement dispersé dans l’environnement marin.

L’organisation maritime internationale (IMO) discute actuellement une interdiction mondiale de l’utilisation du TBT en peintures de bateau. pour finir, bien que le TBT ne fasse pas partie de la liste des 12 polluants organiques persistants dont il est questions actuellement à Genève, il pourrait néanmoins être inclus dans la liste de ces polluants, l’ajout de nouvelles substances devant être débattu durant la réunion.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS