Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Restauration lorientaise : un exemple à suivre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  2. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Restauration lorientaise : un exemple à suivre

La ville de Lorient privilégie une démarche de qualité pour les 700 000 repas que la restauration municipale sert chaque année. Ainsi en 1998, la municipalité a introduit une clause non-OGM dans les appels d’offres de tous ses fournisseurs pour la restauration municipale. Toutefois, ce choix, déjà effectué par plusieurs municipalités, pourrait être remis en cause par un principe ‘pollué/pollueur’ défendu par le commissaire européen à l´agriculture. Celui a en effet effectué une déclaration, le 5 mars, sur son souhait de voir les agriculteurs conventionnels ou biologiques, dont les cultures sont contaminées par des OGM (organismes génétiquement modifiés), en assumer seuls le coût économique. Cette volonté est d’autant plus choquante, qu´aucun assureur dans le monde n´accepte d´assurer les agriculteurs face au risque de contamination de leurs cultures par des OGM. S’il était appliqué, le principe défendu par le commissaire reviendrait à condamner rapidement l’agriculture conventionnelle et/ou biologique et à priver les consommateurs européens de la possibilité de ne pas consommer d’OGM.

Aussi, K. Guyonvarc’h, maire adjoint en charge de la restauration municipale, invite, depuis le 17 mars, ses concitoyens à exprimer leur opinion en écrivant au commissaire européen F. Fischler et à son collègue en charge de la santé et de la protection du consommateur, D. Byrne.

Par ailleurs, pour la ville de Lorient, la démarche qualité va au-delà d’une alimentation sans OGM, puisque depuis l’année 2000, 2 repas entièrement bio sont servis chaque mois dans les restaurants municipaux, toutes les viandes sont labellisés depuis 2002, les poissons sont présentés uniquement sous forme de filets, et les agrumes ne sont traitées après leur récolte.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS