Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Réformer la pêche de loisir
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Réformer la pêche de loisir

En France, si la pratique et la gestion de la chasse sont des sujets sensibles, il n’en est pas de même pour la pêche qui véhicule une image paisible. Sa pratique, pour laquelle aucune formation n’est obligatoire, nécessite seulement l’achat d’un timbre fiscal annuel et compte près de 1,5 millions de pratiquants.

Néanmoins, la fondation ligue française des droits de l’animal (LFDA) rappelle que cette activité de loisir se pratique au détriment d’êtres sensibles, les poissons, qui possèdent un système nerveux développé et ressentent la douleur. A ce titre, la LFDA propose une réforme de la pêche de loisir permettant aux pêcheurs de continuer de pratiquer leur activité avec une diminution du traumatisme causé aux poissons et une gestion plus saine des populations.

Aujourd’hui, les pêcheurs sont de plus en plus nombreux à rechercher uniquement la réussite de la capture et relâchent spontanément leur prise. Toutefois, certaines pratiques compromettent sérieusement la survie du poisson et lui imposent des souffrances inutiles. Les 2 principales pratiques incriminées sont :

- l’utilisation des hameçons à ardillon, qui de part leur forme engendrent des lésions, voire une mutilation, de l’animal;

- la pêche au vif, qui consiste à utiliser un petit poisson vivant en appât. Cette pratique, particulièrement cruelle, condamne le ‘poisson appât’ à une lente agonie (à cause de l’accrochage à l’hameçon) et l’éventuelle prise à une mort quasi certaine.

En lieu et place de ces pratique la fondation préconise, comme certaines société de pêche, l’utilisation d’hameçons simples (où à défaut l’écrasement de l’ardillon), et à la place du ‘poisson appât’, l’utilisation de leurres artificiels.

En outre, ces pratiques permettraient de limiter le repeuplement articiel des cours d’eau, concourraient à préserver des souches naturelles vivaces plus attrayante pour le pêcheur, limiteraient les risques de pollution génétique des espèces ainsi que l’impact sur l’environnement des élevages piscicoles.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
18

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS