Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Rapaces contre goélands à Dieppe
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Rapaces contre goélands à Dieppe

La ville de Dieppe, en première mondiale, va dès le 23 mars utiliser des rapaces pour tenter de repousser les goélands en surnombre. Situé en Seine Maritime, en bord de mer, la ville de Dieppe compte 35 000 habitants et … environ 2000 goélands argentés. Selon le dernier recensement de mai 2003, effectué par le groupe ornithologique normand (GON), la population de goélands arrivés au début des années 1980 a atteint 575 couples nicheurs en mai 2003.

Face à ces 2000 goélands, 5 rapaces (2 buses de Harris, 2 faucons sacrés et un aigle pêcheur) seront lâché ponctuellement par le fauconnier, pour des prises rapides et courtes, sur des goélands situés à faible distance. Cette technique devrait permettre d’assurer la sécurité des rapaces, en évitant de laisser trop de temps aux goélands pour se regrouper et mener une contre-attaque fatale au rapace. Le petit vol de démonstration effectué par un des faucons, à partir du château qui domine la ville, a été très éloquent sur ce sujet; en quelques secondes les goélands se sont éparpillés bruyamment dans le ciel avant de se regrouper et de se faire menaçants, avec en conclusion un rappel très rapide du rapace par le fauconnier. Le programme prévoit des campagnes d’effarouchements de 3 fois 5 jours : en mars avant l’accouplement, en avril avant les premières pontes et en mai juste avant l’éclosion des oeufs.

Le problème n’est donc pas simple et il est évident qu’une seule campagne ne réussira pas à venir à bout de d’une importante population qui a doublé ses effectifs en une dizaine d’années.

Cette population n’ai pas s’en causer quelques désagréments quotidiens pour les habitants de Dieppe, car outre les déjections, les cris des oiseaux et l’éventrage des sacs poubelles sont les principaux griefs reprochés aux palmipèdes. Pour enrayer leur prolifération, des campagnes de stérilisation des oeufs et d’effarouchement acoustique (diffusion de sons imitant le cri de détresse du goéland) ont déjà été effectuées. Toutefois, celles-ci n’ont pas apportés de réelle amélioration. Aussi, fin mai 2004, après les éclosions, un nouveau recensement des goélands permettra de savoir si les effarouchements auront réussi à repousser les palmipèdes vers les falaises, leur milieu de vie naturel, ou si les goélands sortent encore vainqueurs de la confrontation.

Par ailleurs, la population est invité à concourir au succès de l’opération en respectant quelques consignes :

- ne pas nourrir les pigeons et les goélands;

- veiller à mettre les déchets et ordures ménagères dans des conteneurs fermés et ne les sortir que les jours de collecte;

- maintenir propres toitures et terrasses;

- poser des picots flexibles sur les toitures afin d’éviter que les goélands n’y trouvent un endroit propice à leur nidification.

C’est au début des années 1970 que le goéland argenté a commencé à nicher dans quelques villes portuaires françaises, avec une présence régulière de début janvier à mi-août. Ces lieux lui offrent à la fois un site de reproduction sans prédateurs et une nourriture abondante. Ses plus fortes populations, en zone urbaine à l’ouest de la France, se situent à Brest, Cherbourg et Le Havre.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
215

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS