Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Prévision d’un retraitement de 1300 éléments de combustibles radioactifs (France)
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Prévision d’un retraitement de 1300 éléments de combustibles radioactifs (France)

Suite à l’annonce d’un contrat de retraitement de combustibles nucléaires en provenance d’Australie, par la Cogema en France, Greenpeace dénonce le manque de transparence de l’opération.

En effet, par un communiqué du 15 novembre, la Cogema a annoncé qu’elle va retraiter 1300 éléments de combustible usé en provenance du réacteur d’ANSTO, situé à Lucas Height (Australie). Le communiqué précise également qu’un échange de lettres est ‘intervenu récemment’ concernant le transfert des combustibles usés aux fins de retraitement en France.

Pour Jean-Luc Thierry, chargé des questions nucléaires à Greenpeace France: ‘Les douze lignes du communiqué de presse de Cogema restent très évasives sur de nombreuses questions qui intéresseraient peut-être le public: combien de tonnes de combustibles seront transportées ? combien de voyages seront nécessaires dans les deux sens ? Existe-t-il un site de stockage définitif pour les déchets nucléaires de haute activité en Australie ? Que va devenir le plutonium issu du retraitement ? Reviendra-t-il en Australie, sera-t-il revendu à un autre pays, restera-t-il en France à un moment où les parlementaires s’inquiètent de l’accroissement des stocks de plutonium étranger à La Hague ?’

En outre, la prochaine enquête publique à La Hague visera avant tout au renouvellement des autorisations de fonctionnement des usines UP2-800 et UP3. Or, aucune de ces usines n’a actuellement l’autorisation de retraiter des combustibles autres que ceux provenant de réacteurs à eau pressurisée. En signant le contrat australien, la Cogema semble anticiper largement sur les nouvelles autorisations qui lui seront accordées par les autorités de sûreté.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 novembre 1999 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
20

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS