Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Pollution au cyanure en Europe, après les poissons, le restant de l’écosystème
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pollution au cyanure en Europe, après les poissons, le restant de l’écosystème

Outre les 100 tonnes de poissons morts extraits de la Tisza, après le déversement d’environ 100 000 m3 d’eau de la mine roumaine de Baia-Mare, contenant 126 mg de cyanure par litre (la norme fixant une limite maximum pour les eaux de surface de 0.01 mg/litre), la disparition d’algues, de puces d’eau ou d’insectes aquatiques est une catastrophe pour l’écosystème.

Ces espèces sont consommées par les poissons, écrevisses et grenouilles qui, à leur tour, sont mangés par le pygargue à queue blanche, le héron, le castor, la loutre et d’autres grands animaux.

Deux dépouilles de pygargues à queue blanche, une espèce proche de l’aigle, ont déjà été trouvées. De même, selon toute probabilité, la population hongroise de loutres a payé un lourd tribut à cet accident.

La Hongrie abrite l’une des principales populations de loutres d’Europe, forte d’environ 2000 individus. Selon les projections du WWF, les 400 loutres qui vivaient le long de la Tisza et de la rivière Szamos ont péri en mangeant du poisson contaminé qu’elles ont ramené dans leurs terriers. La situation est aggravée par le fait que la période actuelle est celle des naissances chez les loutres. Des scientifiques parcourent les itinéraires qu’empruntent normalement ces mustélidés pour tenter de trouver des indices de leur présence, empreintes de patte ou déjections. Ces efforts n’ont pour l’heure pas donné de résultat positif. Pour établir une certitude, les experts prévoient d’ouvrir deux terriers. S’ils devaient être vides, on pourrait imaginer dans le meilleur des cas que les loutres ont migré ailleurs, mais cela est très improbable.

Concernant la contamination au cyanure, il semble qu’elle soit en voie de dilution, les autorités hongroises et yougoslaves détectant une baisse dans la concentration en cyanure, toutefois les niveaux sont encore fortement toxiques. Si médiatiquement le risque s’associe principalement au cyanure, il ne faut pas oublier les métaux lourds qui ont également été déversés dans le fleuve.

La commissaire européenne à l’environnement, Margot Wallström, s’est rendue sur place et a décidé de créer immédiatement un groupe de travail de travail international pour fournir une évaluation indépendante de cet accident. Elle a ajouté qu’il restait beaucoup de choses à apprendre pour que ce genre d’accident ne se renouvelle pas en Europe et que les accidents de Baia-Mare en Roumanie, de Doñana en Espagne (un accident similaire il y a 2 ans) mais aussi de l’ERIKA en France, montre qu’il est nécessaire de renforcer la législation européenne.

En outre, un inventaire des situations et des pratiques dans le domaine de la gestion des déchets d’extraction, entreprise avant l’accident, est en cours au niveau européen, le rapport final étant prévu pour juin 2000.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
222

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS