Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Poissons transgéniques, danger pour l’environnement
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Poissons transgéniques, danger pour l’environnement

Un rapport de Greenpeace, sur les poissons transgéniques, a été rendu public le 20 janvier 2000, soit le jour de l’ouverture des négociations sur le protocole de Biosécurité qui se déroulera jusqu’au 28 janvier, à Montréal. Alors que le but de cette réunion est d’adopter des règles sur le commerce international des OGM, le rapport révèle que la manipulation génétique des poissons représente une grave menace pour les populations de poissons sauvages, aussi l’association prône à ce titre, l’interdiction de toute commercialisation ou recherche sur les poissons transgéniques.

Le développement commercial des poissons génétiquement modifiés s’est principalement concentré sur l’aptitude à produire des animaux plus grands et à la croissance accélérée, en introduisant avec succès des gènes de croissance d’origine humaine ou animale dans des espèces comme le saumon, la carpe, la truite…

Le rapport de Greenpeace souligne que “les poissons transgéniques représentent une technologie à haut risque avec des conséquences potentiellement désastreuses si les poissons s’échappent dans l’environnement.” En effet, selon une modélisation scientifique menée à l’université de Purdue aux USA, un petit nombre de poissons transgéniques suffirait à provoquer la disparition de populations sauvages. La taille corporelle est une caractéristique importante du potentiel d’attraction reproductif pour beaucoup d’espèces de poissons, et à ce titre les poissons transgéniques étant sexuellement plus attirant grâce à leur taille, la dissémination de leurs caractéristiques se ferait rapidement à l’ensemble de la population. Cependant, la progéniture de ces poissons ayant des capacités reproductrives réduites, elle met en danger d’extinction la population entière.

Les recherches menées actuellement pour améliorer la tolérance de ces poissons aux basses températures, permet de craindre leur fuite dans des environnements où l’espèce originale n’était pas présente. Or, l’expérience nous montre que l’introduction d’espèces de prédateurs dans de nouveaux écosystèmes peut mener à des désastres écologiques. A titre d’exemple, l’introduction de la perche du Nil dans le lac Victoria en Afrique, a fait passer la population locale de plus de 400 espèces de poissons, de 80 % à 2 % des stocks totaux de poissons du lac.

Dans son rapport, l’organisation écologique démontre également que les mesures de sécurité pour éviter la diffusion de poissons transgéniques dans l’environnement ne sont pas fiables à 100 %, de même que la stérilisation totale de ces poissons. Ainsi l’élevage à grande échelle, à l’intérieur des terres, n’est pas viable économiquement si l’on applique les mesures de sécurité appropriées, et aucune culture en mer ne peut entièrement empêcher la dissémination de poissons, quelle que soit la robustesse des filets des parcs.

Bien qu’il n’y ait pas encore de poissons transgéniques destinés à la consommation sur le marché, leur commercialisation pourrait intervenir d’ici 2002, si l’autorisation est accordée. La course à la commercialisation de poissons transgéniques est actuellement menée par une société américano-canadienne (A/F Protein Inc.) qui a modifié un saumon de l’atlantique. Au final, ce saumon se développe 4 à 6 fois plus vite que son homologue naturel et consomme 25 % de nourriture en moins durant sa vie. Une filiale de cette société possède près de 100 000 saumons et truites transgéniques répartis dans des centaines de réservoirs situés dans des provinces canadiennes. Selon le rapport, “ les premiers oeufs destinés à une reproduction commerciale pourraient être disponible en 2000, et les premiers poissons transgéniques pourraient se retrouver dans les supermarchés à partir de 2002. “ Outre ces 2 pays, la Nouvelle-Zélande, l’Israël, la Thaïlande, le Royaume-Uni, la Chine et Taïwan mènent des recherches sur la modification génétique de poissons.

Pour Greenpeace, la menace posée par les poissons génétiquement modifiés souligne la nécessité d’avoir des règles internationales strictes pour contrôler les échanges commerciaux d’organismes génétiquement modifiés (OGM). En plus sachant qu’une fois la commercialisation autorisée, le confinement des poissons transgéniques est irréalisable, Grenpeace demande que la modification génétique de poissons à des fins commerciales doit être interdite, de même que la recherche qui y est associée.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 janvier 2000 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
74

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS