Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Ozone : une nouvelle directive sans ambition
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Ozone : une nouvelle directive sans ambition

A l’inverse de la tendance actuelle, cet été, la concentration d’ozone dans de grandes parties de l’Europe a atteint les niveaux caractéristiques du début des années 90. La France, l’Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l’Autriche ont tous relevé des niveaux supérieurs à 240 µg/m3 à fréquence régulière et grande échelle. Les pays de la zone méditerranéenne n’ont certainement pas été épargné, mais en raison de la moindre densité du réseau de surveillance, aucun constat détaillé n’est disponible.

A l’évidence, ces fortes concentrations d’ozone étaient dues aux températures exceptionnellement élevées que nous avons connues cet été. Néanmoins, cela prouve que les niveaux d’émissions, ainsi que les procédures d’alerte et de lutte actuellement fixés ne permettent pas de protéger totalement la population contre les effets à court terme.

Pour cette raison, une nouvelle directive européenne sur l’ozone est entrée en vigueur le 9 septembre 2003. Cette directive exige des Etats membres qu’ils analysent les concentrations d’ozone troposphérique sur tout leur territoire et informent le public de tout relevé supérieur à 180 µg/m3. Par ailleurs, afin d’éviter de dépasser le seuil d’alerte de 240 µg/m3, le texte invite les Etats membres a envisager des mesures à court terme comme la limitation du trafic routier et de l’utilisation des solvants (peintures…) et limitation des émissions produites par l’industrie pétrochimique entre autres. Enfin, si le seuil d’alerte de 240 µg/m3 est dépassé, la directive impose d’avertir le public en conseillant aux personnes particulièrement fragiles de rester chez elles, et en recommandant à toute la population d’éviter les activités physiques intenses.

Plusieurs de ces mesures sont déjà en vigueur dans certains Etats membres, aussi la nouvelle directive se montre peut ambitieuse et efficace. Une petite phrase du communiqué annonçant son entrée en vigueur est à ce titre très éloquente : ‘Il faut espérer que la législation de l’Union Européenne sur l’utilisation des solvants et les émissions des véhicules ainsi que la fixation de plafonds nationaux d’émissions pour les oxydes d’azote et les composés organiques volatils permettront déjà de réduire les pics d’ozone de 20% à 40% de façon permanente dans les années à venir.’

D’autre part, cet été, la France et le Luxembourg ont, comme le suggère seulement la directive, instauré des limitations de vitesse, ce qui ne les a pas empêché, comme leurs voisins, de battre des records en matière de concentration d’ozone. Comme les émissions à l’origine de l’ozone sont transportés par le vent, les mesures prises pour limiter les concentrations doivent porter sur des régions suffisamment vastes pour être efficaces, et donc s’appliquer à des zones bien plus étendues qu’une seule ville.

Pour rappel, l’ozone troposphérique (cf dossier ‘L’air, ce bien si précieux’) résulte de la transformation chimique de certains polluants (oxydes d’azote et composés organovolatils) dans l’atmosphère en présence de rayonnement ultraviolet solaire. Outre les activités humaines, dans le bassin méditerranéen, une partie des composés organiques volatils provient également des conifères.

Si, dans la haute atmosphère, la couche d’ozone fournit une protection contre les cancers de la peau et les dommages causés aux cultures en filtrant les rayonnements solaires à courte fréquence, l’ozone troposphérique peut avoir des effets néfastes sur la santé humaine et la végétation. Inhalé à de fortes concentrations, l’ozone irrite les voies respiratoires. La persistance pendant plusieurs heures d’une concentration d’ozone supérieure à 120 µg/m3 peut provoquer des problèmes respiratoires et aggraver les symptômes des personnes souffrant d’asthme et de maladies pulmonaires. Lorsque la concentration dépasse 240 µg/m3, des groupes de population plus fragiles comme les asthmatiques, les enfants ou les personnes âgées, peuvent souffrir de problèmes respiratoires aigus. Côté flore (cultures, forêts, etc.), les effets néfastes en limitent la croissance et peuvent se produire à des concentrations de 80 µg/m3 seulement. Toutefois, les dommages constatables durant une saison, comme la réduction substantielle des rendements et la perte prématurée des feuilles et aiguilles, sont le résultat d’une exposition répétée à de fortes concentrations d’ozone durant la saison.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 septembre 2003 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
19

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS