Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Organisation mondiale du commerce et organismes génétiquement modifiés
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  4. Innovation et tradition pour un revêtement ...
  5. Les ampoules LED : ampoules du troisième millénaire


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Organisation mondiale du commerce et organismes génétiquement modifiés

Le 30 novembre 1999, dans une lettre ouverte qu’elle vient d’adresser à Cargill, le plus gros importateur de matières premières agricoles en Europe, Greenpeace demande à l’entreprise multinationale américaine d’adopter les mesures nécessaires pour stopper les importations d’organismes génétiquement modifiés (OGM) et préserver l’Europe et la chaîne alimentaire d’une contamination forcée. Ces importations sont en effet en grande partie utilisées pour l’alimentation animale, se retrouvant de fait, incognito, dans les assiettes des consommateurs qui ne veulent pas manger d’OGM.

Le sommet de l’organisation mondiale du commerce (OMC) qui s’ouvre à Seattle, va probablement sous la pression de certains pays tenter de libéraliser le commerce international des OGM, et empêcher toute mesure de précaution que pourraient prendre des pays pour se protéger des risques environnementaux et sanitaires liés aux OGM. Les pays exportateurs de cultures transgéniques (Etats-Unis, Canada, Argentine) ont en effet tout intéret à ce que maïs et soja génétiquement modifiés soient considérés comme des matières premières agricoles normales, aussi ils veulent qu’elles soient mélangées aux cultures conventionnelles, non étiquetées et soumises à aucune restriction.

Malgré l’opposition croissante des consommateurs, qui a poussé des fabricants de produits alimentaires et des distributeurs à éliminer les OGM de leurs produits, principalement en Europe, la commission européenne a proposé le 1er décembre, la création immédiate d’un groupe de travail sur les biotechnologies.

Le risque est de transférer vers l’OMC, les négociations sur les OGM qui se déroulent actuellement dans le cadre du protocole sur la sécurité biologique. La libéralisation du commerce des organismes génétiquement modifiés prendrait alors plus d’importance que la gestion même des risques pour la santé humaine et l’environnement. Cette proposition surprenante, alors que de plus en plus de gouvernements européens invoquent le principe de précaution pour les cultures d’OGM, pourrait être le fruit d’une tractation pour préserver les subventions à l’agriculture et à la pêche européenne que d’autres membres de l’OMC voudraient voir diminuer.

En outre dans le même temps, les membres de l’OMC semblent décidés à inclure les questions liées à l’environnement dans un groupe de travail qui débattrait d’autres sujets sensibles comme la concurrence et les investissements. L’environnement serait alors englué dans des négociations ardues, lentes et peut-être même sans issue.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS