Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Oies et grives de nouveau au bout des fusils
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Oies et grives de nouveau au bout des fusils

Comme prévu, le gouvernement, par l’intermédiaire de la ministre de l’écologie R. Bachelot, vient de prendre 2 arrêtés qui accordent des dérogations permettant de chasser l’oie cendrée et les 4 espèces de grives dans certains départements. Ainsi, dès parution des arrêtés (vraisemblablement en fin de semaine) :

- les grives devraient pouvoir être chassées jusqu’au 16 février dans les départements des Alpes-de-Haute-Provence, de la Drôme, des Hautes-Alpes, des Alpes-Maritimes, de l’Ardèche, de l’Aude, des Bouches-du-Rhône, de la Corse du Sud, de la Haute-Corse, du Gard, de l’Hérault, de la Lozère, des Pyrénées orientales, du Var et du Vaucluse. Tout chasseur ne pourra prélever plus de 6 grives par jour ni plus de 25, toutes espèces confondues, durant cette période;

- les oies cendrées seront chassées, à partir des installations de chasse de nuit au gibier d’eau déclarées en préfecture, jusqu’au 28 février 2003 dans les départements de l’Aisne, du Calvados, de la Charente-Maritime, de la Gironde, des Landes, de la Manche, du Nord, du Pas-de-Calais et de la Somme. Le prélèvement pour l’ensemble de ces départements ne doit pas dépasser 1 000 oies durant cette période.

Outre le fait d’être pour ou contre de telles dérogations, on s’étonne du changement d’opinion de R. Bachelot, qui déclarait le 15 janvier 2003, à l’Assemblée nationale, qu’il était légalement impossible de prendre une dérogation pour la chasse de l’oie en février. En outre, la lecture des arrêtés permet de relever certaines aberrations :

- autorisant des prélèvements supplémentaires, les 2 arrêtés ont été pris sans apparent ‘avis scientifique’ concernant l’état de conservation des populations. Ceci est d’autant plus étonnant que la saison hivernale a connu des périodes de froid intense peu favorable aux oiseaux;

- concernant les 1000 oies, aucun moyen n’est décrit pour comptabiliser quotidiennement les oiseaux abattus, les carnets de prélèvements des chasseurs ne devant être retournés aux fédérations qu’à partir du 15 mars. De toute manière, cette limite des 1000 oies apparaît particulièrement utopique, car comment, en temps réel, comptabiliser des oiseaux tués par des chasseurs en pleine nature et dans des départements différents !!!

- le bilan des carnets de prélèvements, à la charge des présidents des fédérations de chasse, doit être adressé au ministère avant le 1er juillet 2003, soit à la période où les dates d’ouverture et de clôture de la saison de chasse à venir sont généralement publiées. Ici encore, on peut s’interroger de l’intérêt accordé par le ministère, aux prélèvements qui viennent d’être effectué, pour déterminer la durée de la future saison.

Mis à part ces constatations, la tenue du CNCFS (conseil national de la chasse et de la faune sauvage) a permis d’éviter l’autorisation de la chasse de l’oie cendrée en pédalo sur le bassin d’Arcachon, initialement prévu dans un arrêté.

Les associations ROC et LPO devraient attaquer ces textes devant le Conseil d’Etat (CE). Néanmoins, il est probable que même si le C.E leur donne gain de cause, cela ne soit pas d’une grande utilité de part les délais quasi incompressibles de l’ensemble de la procédure.

En conclusion, comme le note le ROC dans un communiqué, ont peut s’interroger sur ces cadeaux à l’extrême chasse, au mépris de la faune sauvage, des chasseurs raisonnables et de l’immense majorité que constitue les non-chasseurs.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 05 février 2003 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
25

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS