Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Marée noire en France (suite de l’actu. du 12 au 16 décembre 1999)
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Marée noire en France (suite de l’actu. du 12 au 16 décembre 1999)

Même si quelques centaines de tonnes de fioul ont pu être pompées depuis lundi, suite au naufrage de l’Erika, qui battait pavillon Maltais et transportait du fioul lourd appartenant à la compagnie Total Fina (4ème compagnie pétrolière mondiale depuis sa fusion avec ELF) les premières victimes commencent à arriver (oiseaux mazoutés, ainsi qu’un dauphin).

Sur la Bretagne et la Loire Atlantique, plus de 300 oiseaux ont été récupérés jusqu’à prèsent (dont 90% de guillemots). Sur ce chiffre, seul la moitié des oiseaux proviennent de l’accident de l’Erika, l’autre partie étant victime des dégazages, en hausse depuis l’accident.

A partir du 22 décembre, le nombre d’oiseaux risque d’augmenter avec à la nouvelle orientation des vents qui va rabattre les oiseaux sur les côtes.

Pour le centre de soin ornithologique de l’Ile Grande, si le nettoyage des oiseaux souillés par le fioul très visqueux de l’Erika, ne semble pas poser davantage de problème qu’à l’accoutumé, les oiseaux arrivent beaucoup plus faibles sur les plages, à cause des efforts supplémentaires pour se maintenir à la surface et lutter contre le froid. A leur arrivée dans les centres de soins, l’objectif principal est de leur redonner du tonus, de les réhydrater, de les gaver après un éventuel lavage interne, puis de les nettoyer dès qu’il sont en mesure de survivre. Ensuite un test d’étanchéité du plumage est effectué et les oiseaux sont placé en volière dans l’attente de leur remise en liberté. Au final, un délai de 3 à 4 semaine est nécessaire pour traiter un oiseau.

Du côté de la marée noire, en plus des 30 000 tonnes de fioul lourd que transportait le bateau, de nombreux navires sont suspectées de venir dégazer dans la région, depuis l’accident, participant ainsi à augmenter les victimes et l’étendue des dégâts. Après avoir effectué dans la matinée du 19 décembre 1999, le survol du sud de la côte bretonne, Greenpeace a pu vérifier que, une semaine après que le pétrolier Erika se soit brisé en deux, le fioul continue de s’échapper de la partie arrière du bateau qui gît par 120 mètres de fond. Rien n’est fait semble-t-il, ni pour surveiller cette fuite, ni pour tenter de la colmater.

Mis à part la faune et la flore océanique, la localisation de l’épave correspond également à une zone de pêche importante pour les pêcheurs de la région, et l’accident leur cause un préjudice important (pour cette saison, mais également pour les années à venir), les ostréiculteurs, eux ne sont pas inquiet pour la saison actuelle (les huitres sont déjà dans les claires) mais les saisons futures seront fortement compromises si des nappes de pétroles parviennent sur les zones d’élevages.

Pour Greenpeace, il convient une nouvelle fois de dénoncer la politique des grandes compagnies pétrolières qui continuent d’étendre leurs champs d’exploitation et d’exploration, alors que la communauté internationale souligne la responsabilité de la surconsommation des combustibles fossiles dans le réchauffement planétaire.

Si vous trouvez un ou plusieurs oiseaux mazoutés sur les côtes, merci de contacter le centre de soin de l’Ile Grande au 0 296 919 140. En outre vous pouvez donner un coup de pouce au centre en envoyant un don à LPO SOS oiseaux mazoutés – 22560 Pleumeur Bodou

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 décembre 1999 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
56

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS