Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Les impacts écopaysagers du réchauffement climatique en Grande Bretagne
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les impacts écopaysagers du réchauffement climatique en Grande Bretagne

Le ministre délégué à l’environnement, Michael Meacher, vient de faire publier un rapport de 1′Institut d’écologie terrestre et de l’Unité de recherche climatique (université d’East Anglia) qui montre de façon formelle comment le réchauffement du climat affecte la Grande-Bretagne : ‘Il apporte la preuve non seulement que le climat est en train de changer, mais que notre environnement et notre société en sont déjà affectés. Cette batterie d’indicateurs permettra de suivre l’évolution amorcée, de donner l’alerte au fur et à mesure que celle-ci progresse, et de calibrer les réponses à y apporter.

Depuis les années 70, la Terre se réchauffe de 0,15′ C environ par décennie. L’année 1998 a battu tous les records. En Angleterre, sur 340 années d’archives, on observe que quatre des cinq années les plus chaudes se situent ces dix dernières années. Tous les jours, de nouveaux éléments viennent confirmer que ce réchauffement est dû, en grande partie, aux concentrations de plus en plus fortes de gaz à effets de serre dans l’atmosphère.

Les chercheurs Cannell, Sparks et Palutikof se sont demandé comment, et en quoi, les modifications climatiques enregistrées pouvaient affecter l’environnement naturel ainsi que l’activité économique et sociale. Ils ont identifié des indicateurs qui permettent de faire le point de la situation aujourd’hui, et d’en suivre l’évolution à court et à long terme. Un nouveau bilan sera fait dans deux ans, en fonction des commentaires que suscitera leur rapport et des éléments nouveaux qui seront apparus entre-temps.

Pour chaque indicateur économique ou environnemental, le rapport identifient la variable climatique qui a pu avoir une influence, et déterminent si elle est responsable de la variation enregistrée d’une année sur l’autre ; si la tendance observée est en augmentation ou en diminution; et comment elle risque d’évoluer compte tenu du réchauffement global. Sur le territoire britannique, ils ont fait les observations suivantes:

- Sont plus précoces l’arrivée du printemps, le feuillage des chênes, l’éclosion des insectes, la migration des hirondelles, la pendaison des rouges-gorges et des pinsons.

- Aussi loin que remontent les archives, la période 1988/97 a battu les records de chaleur dans le centre de l’Angleterre, le nombre de journées par an ayant dépassé les 20 °C étant le double de la moyenne sur le long terme.

- Dans l’est de la Grande-Bretagne, le niveau de la mer moyen s’élève de 1,5 cm tous les 10 ans.

- Depuis 14 ans, le nombre de fermetures des portes anti-crues qui barrent la Tamise en aval de Londres est en augmentation constante.

- La sécheresse des derniers étés a provoqué la dégradation des peuplements de hêtres, la multiplication des affaissements de terrain, le recul des cultures de racines et tubercules, le retard de la remontée des saumons, et le doublement de nombre de cas de maladie de Lyme depuis que le compte en est faît (1986).

Parmi les relations de cause à effet mises en évidence par les auteurs du rapport, il faut citer l’association d’étés secs et chauds avec des niveaux d’ozone élevés en milieu rural, avec un recours accru aux eaux d’irrigation et au tourisme domestique, ainsi qu’avec un plus grand nombre d’indemnisations de dommages consécutifs à des affaissements, d’incendies d’extérieur, de cas d’arthrites de Lyme, de maladies du hêtre et de colonies d’insectes. Quant aux hivers et aux printemps trop doux, ils sont liés à une diminution de la mortalité humaine, à de mauvaises conditions de ski, à l’apparition précoce des feuilles et des fleurs, ainsi qu’à la prolifération de certaines populations d’insectes et d’oiseaux.

Les changements observés jusqu’ici ne sont pas de grande ampleur, mais il est vraisemblable qu’ils se précisent et que certains soient de plus en plus dommageables et coûteux. Dans le cadre du Protocole de Kyoto, le Royaume-Uni a pris l’engagement de réduire les émissions de six gaz à effets de serre de 12,5% dans la période 2008 / 2012. Enfin, à titre unilatéral, le Royaume-Uni vise une réduction de 20% de ses émissions de CO2 d’ici 2010.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 septembre 1999 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
41

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS