Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Le purin d’orties hors-la-loi !!
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
tiny-house

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
header
    Merci ShopAlike pour cette infographie qui nous donne des trucs et astuces pour transformer son balcon en potager. Avec l’arrivée du printemps, c’est plus que tentant de vouloir optimiser son espace et avoir la main verte !   source : shopalike Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le purin d’orties hors-la-loi !!

Produit : purin d’orties. Conclusion du laboratoire : non conforme – produit non normalisé ni homologué. En conséquence, ce produit ne peut être commercialisé sur le territoire national. Par cette conclusion, un directeur départemental de la répression des fraudes du Maine-et-Loire a mis la vente de purin d’orties, en France, hors-la-loi en septembre 2002. Un des emblèmes de la culture raisonnée et de l’agriculture biologique se trouve donc commercialement banni. Toutefois, une précision est importante : si le purin d’orties est interdit à la vente, son utilisation n’est pas illégale, démontrant ainsi son innocuité pour la santé humaine et l’environnement.

Alors que peut-on reprocher au purin d’orties pour l’interdire dans les rayons des commerces ? un détail, un simple détail : administrativement, il n’existe pas… En effet, comme d’autres extraits végétaux fermentés utilisés en agriculture, le purin d’ortie ne correspond à aucune des normes de commercialisation en vigueur. Ces extraits végétaux, reconnus depuis des générations pour leur efficacité et leur respect de l’environnement, que chaque jardinier peut fabriquer et ou utiliser aisément, ne sont pas homologué ! En clair, cela signifie qu’ils n’ont pas subi les tests et contrôles que l’on impose aux produits dits ‘tête de mort’ (pesticides et autres fongicides) pour être commercialisés.

D’un point de vue économique, l’interdiction de commercialisation du purin d’orties, et vraisemblablement, à terme, des autres extraits végétaux fermentés, à un impact important pour les producteurs. En effet, leur coût est faible et en agriculture conventionnelle, ils donnent la possibilité aux agriculteurs qui les utilisent de faire diminuer de manière importante les doses de produits phytosanitaires polluants, permettant ainsi aux exploitants d’être moins dépendant de l’agrochimie. Le président de l’association des Amis de l’Orties, B. Bertrand, résume bien la situation ‘En fait ces homologations, si elles ont pour vocation première de protéger le consommateur, (qui s’en plaindrait !), ont avant tout un effet pervers, celui de protéger les monopoles des multinationales de l’agrobusiness… Comment ? Par un coût prohibitif, de plus de 106 000 euros par homologation. Conséquence première, le marché est verrouillé et aucune petite structure artisanale ne peut espérer pouvoir mettre un jour sur le marché un produit fût-il révolutionnaire et sans danger pour l’homme et son environnement.’

De leur côté les amis de l’orties n’ont pas l’intention de rester les bras croisés, et leur association a lancé une pétition pour demander une homologation conforme à la nature de ces produits, ni engrais, ni phytosanitaires, mais biostimulants. Enfin, à la mi-février, la parution du livre “Purin d’ortie & Cie” démontrera que les extraits de plantes sont une affaire sérieuse et que la France est en pointe dans ce domaine. Le livre donnera également à tout un chacun le savoir permettant de fabriquer soi-même son purin d’orties.

En conclusion, à l’heure où l’on prend conscience que les pesticides n‘affectent pas que le sol et les seules zones rurales, mais qu’ils sont aussi présents au sein des villes, une des alternatives à leur utilisation est interdite de commercialisation.

Le combat qui s’engage ressemble à s’y méprendre, à celui que se livrent les pro et anti-OGM, à savoir pour les agriculteurs, la possibilité d’être autonome pour leurs semences et pratiques agricoles; et pour les consommateurs, la garantie de pouvoir trouver, encore demain, des produits de qualité dans leurs assiettes !!

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
didier.baloche
10 mai 2014 - 14 h 00 min

cela fait tres longtemps que j utilise le purin je fait attention a son ependage sur une petite surface vu l odeur ,mais comme je suis en rurale l epandage du fermier !!!! comment je l ai tester .ma pelouse souffrait de la chaleur elle etait couchee il me restait du purin dans le pulverisateur et pris de remords apres avoir soigner mes legumes et mes arbres fruitiers de decicde de pulveriser la pelouse il etait 23H je suis rentrer pour me laver et quand je suis resortis une odeur m attendais mais la ,surprise chaque brins d herbes etait raide ,bien debout et en pleine forme .(je me suis pose une question )(humour)


MARY
26 mai 2015 - 10 h 57 min

tout ce qui est simple naturel et gratuit est interdit, il en va ainsi de tous les purins, orties, gougères etc… Il faut acheter les produits phytosanitaires dangereux pour la santé humaines, pour les plantes elles-mêmes et inéfficaces au final pour engraisser les lobbies industriels ….. Chacun fait selon sa conscience, nous ne sommes pas des moutons… laissons les pseudos scientifiques et autres fonctionnaires d’état publier des rapports, des autorisations et des interdictions et continuons de vivre comme bon nous semble !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
20688

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS