Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Le premier chien cloné, dernière étape avant l’humain ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le premier chien cloné, dernière étape avant l’humain ?

Après la brebis Dolly, qui défraya la chronique, il y a 8 ans, c’est au tour de Snuppy d’attirer l’attention. C’est le premier chien cloné du monde et on le doit à une équipe coréenne de l’Université Nationale de Séoul.

Agé de 3 mois, le chiot, ‘copie conforme’ d’un lévrier mâle afghan de 3 ans, a été mis au monde par césarienne, par une mère labrador jaune, après une gestation normale de 60 jours. L’équipe à l’origine du projet a mis deux ans et demi pour arriver à ce résultat, et a utilisé la même technique de transfert de noyaux de cellules somatiques que celle utilisée pour le clonage de la brebis Dolly. Ces noyaux ont été obtenus par prélèvement dans la peau d’une oreille du père pour être injectées dans les cellules sexuelles de la mère porteuse. Après développement en laboratoire, les embryons obtenus ont été transplantés dans l’utérus de la femelle. La conception de Snuppy a nécessité l’implantation de 1 095 embryons dans 123 chiennes. Sur ce nombre, seulement 3 grossesses se sont produites, dont deux arrivées à terme. Un des 2 chiots est mort de pneumonie au bout de 22 jours (son corps ne présentait aucune anomalie anatomique notable après autopsie) et seul Snuppy a survécu. Le taux de réussite est donc excessivement bas (0,18 %).

On peut s’interroger sur l’intérêt d’avoir cloné un animal de plus. Le chien s’ajoute en effet à la liste d’une dizaine de mammifères déjà clonés (mouton, souris, vache, chèvre, porc, lapin, chat, mulet, cheval et rat), mais on se rapproche là de plus en plus de l’homme. Pour ces chercheurs coréens, le chien est un modèle intéressant car il est sujet, comme l’homme, à des maladies comme le diabète ou la démence et possède une grande diversité génétique. En menant des expériences sur des chiens clonés, et parallèlement au projet de séquençage du génome du chien, on pourrait accélérer l’acquisition des connaissances sur ces maladies, toujours selon les chercheurs.

Au cours de la conférence de presse annonçant la naissance de Snuppy le Professeur Hwang Woo-Suk de l’Université Nationale de Séoul a affirmé que son projet n’était absolument pas de reproduire des animaux de compagnie ni même de cloner des primates. En mai dernier il annonçait en tout cas maîtriser les techniques de production en masse de cellules souches extraites d’embryons humains clonés, ce quiu pourrait apporter une solution aux problèmes de rejet lors de transplantations.

Toutefois, au-delà des problèmes d’éthique et du danger que peut représenter le clonage, gardons à l’esprit que de nombreux problèmes subsistent, comme le vieillissement prématuré et l’hétérogénéité des clones.

Cécile Fargue

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
90

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS