Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » L’agriculture bio résiste mieux aux aléas climatiques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   180 289 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. L’UFC Que Choisir le prouve : la voiture ...
  2. En Nouvelle-Zélande, les chats interdits
  3. L’ardoise comme toiture
  4. Comment contrôler l’isolation thermique ...
  5. Obsolescence programmée : Cdiscount se fait ...


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’agriculture bio résiste mieux aux aléas climatiques

L’Institute of Science in Society vient de publier les résultats d’une étude menée aux Etats-Unis depuis 1981 par le Rodale Institute de Pennsylvanie. Depuis 23 ans, cet institut compare les résultats de trois types de parcelles : rotation biologique courte, rotation biologique longue, rotation conventionnelle (agriculture classique). Selon l’étude, les modes de culture biologique sont plus performants que les conventionnels face aux périodes de sécheresse ou d’inondation.

En effet, durant les 23 années d’étude, les 5 ans de sécheresse rencontrées ont mis en avant, dans la grande majorité des cas, des rendements supérieurs en agriculture biologique. A ce titre, l’année 1999 est sans appel; marquée, dans l’Etat de Pennsylvanie, par la succession d’une sécheresse estivale et de pluies torrentielles en septembre, les rendements ont été supérieurs dans toutes les parcelles biologiques (à l’exception d’une seule). En outre, les fortes pluies ont démontré la capacité supérieure d’absorption en eau et de résistance à l’érosion de ces sols.

Ces bons résultats sont principalement dûs à un sol mieux travaillé et moins compact, de sorte que les racines peuvent pénétrer plus profondément le sol, à la recherche d’eau. Cette perméabilité des sols permet également un meilleur transfert des eaux vers les nappes souterraines, avec un minimum de 16% supérieur aux sols menés classiquement.

A une période où les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient, l’agriculture biologique apparaît bel et bien comme une agriculture performante, offrant une plus grande sécurité pour le producteur.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 janvier 2004 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS