Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » La priorité accordée à l’eau n’en est pas une !
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La priorité accordée à l’eau n’en est pas une !

Pour G. Miquel, sénateur du Lot et auteur du rapport sur la qualité de l’eau et de l’assainissement en France, la dégradation de la ressource est avérée et l’organisation actuelle de la gestion de l’eau est à revoir profondément.

Selon le rapport, ‘la responsabilité est collective’ et ‘nous avons l’eau que notre société fabrique’. Le rapport reconnait que si les industriels ont fait leur révolution environnementale en supprimant la plus grande part des rejets polluants, les collectivités locales ont encore de gros efforts à faire dans l’assainissement. A l’opposé de ces efforts et prises de conscience collective, on trouve l’agriculture, encore immobile face à la dégradation de l’eau liée aux nitrates et pesticides.

Malgré ce constat, le rapport se montre peu ambitieux face à la problématique agricole, en n’envisageant pas une réelle politique pour stopper la pollution dès son origine. La volonté de ménager le monde agricole est encore plus nette lorsque le rapport note que ‘…les normes françaises et européennes sur les pesticides dans l’eau sont extrêmement basses, de l’ordre de 10 à 100 fois plus faibles que dans d’autres pays…’, en oubliant de mentionner qu’elles sont supérieures aux recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et que l’eau distribuée au robinet est de plus en plus souvent hors normes.

Le rapport fait également le constat que les petites communes, moins équipées, moins protégées, et moins contrôlées, sont plus vulnérables aux diverses contaminations. Elles manque de moyens, de compétences pour agir sur la qualité de la ressource, et de vision. Peu à peu l’écart se creuse entre l’eau des villes et l’eau des champs.

Pour le rapport, cette dégradation de la qualité de la ressource révèle une inefficacité des instruments et des politiques publiques chargées d’y remédier : périmètres de protection inadaptés aux pollutions diffuses, réglementations trop complexes, police de l’eau peu opérationnelle. G. Miquel estime que ‘Tout indique que la prétendue priorité accordée à l’eau n’en est pas une. Elle doit le devenir.’ Le sénateur propose principalement de :

- recourir plus régulièrement au versement des primes et autres soutiens agricoles, en fonction du respect de pratiques environnementales destinées à protéger la ressource (primes agricoles « contre » poses de compteurs d’eau, etc.);

- faire du département l’échelon central de la gestion de la ressource en eau. Encourager la création de syndicats départementaux de gestion de l’eau sur le modèle des syndicats départementaux des déchets;

- simplifier la police de l’eau avec une police unique au niveau régional disposant d’antennes départementales (soit 22 services au lieu de 500 services actuellement).

En conclusion, bien que ce rapport fasse un constat alarmant et relève de nombreux dysfonctionnement, il ménage le monde agricole, pourtant principal pollueur de la ressource en eau. L’aberration de la facture de l’eau en France est également passée sous silence (payée à 85% par les particuliers, 14% par les industriels et 1% par le monde agricole).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
20

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS