Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » La France face à sa gestion de l’accident de Tchernobyl
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Expositions des enfants aux substances toxiques
  5. Dératisation : quel danger réel représente le rat ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La France face à sa gestion de l’accident de Tchernobyl

Le parquet de Paris a ouvert en juillet 2001 une information judiciaire contre X sur la façon dont les autorités françaises avaient occulté les retombées radioactives de l’accident de Tchernobyl, survenu

le 26 mai 1986. Cette information judiciaire fait suite aux 51 plaintes déposées le 1er mars 2001 par des personnes atteintes d’affections de la thyroïde aux cotés de l’Association Française des

malades de la thyroïde et la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur

la Radioactivité). Le 5 octobre 2001, 130 nouvelles plaintes viennent d’être déposées. La juge d’instruction chargée du dossier, B. Geffroy, a déjà lancé des perquisitions dans les différents ministères concernés pour se procurer les informations de l’époque.

Le Réseau ‘Sortir du nucléaire’ (fédération de 613 associations) soutient l’action menée par ces deux associations dont les plaintes jugées recevables posent, officiellement, pour la première fois en

France l’impact dans notre pays du nuage radioactif de Tchernobyl et l’incidence des faibles doses que l’on retrouvent dans notre chaîne alimentaire.

Aujourd’hui, personne ne conteste que le nombre de cancers de la thyroïde a été multiplié par deux en France depuis 1985, passant de 1351 à 2619 en 1995. Pour la CRIIRAD, ‘la vérité a été délibérément cachée’. ‘ Non seulement aucune mesure de sécurité et de protection n’a été mise en place, mais au

contraire, on a incité les français à ne rien changer à leur quotidien ‘, explique son président, Roland Desbordes. Comme le révèle Jean Michel Jacquemin, de l’association française des malades de la thyroïde, les pathologies thyroïdiennes ne sont pas les seules dans les régions fortement touchées par les retombées radioactives du nuage de Tchernobyl. Les chiffres du rapport pour les registres du Haut Rhin et du Bas Rhin montrent une explosion de cancers du foie et du poumon (de 1988 à 1996).

Pour les cancers du foie : +182% pour les femmes + 225% pour les hommes

Pour les cancers du poumon : +120% pour les femmes + 272% pour les hommes

Pour les cancers de la thyroïde : +283% pour les femmes + 86% pour les hommes

Pour la CRIIRAD, afin de contourner le problème de la faiblesse statistique des études qui portent sur des pathologies dont l’incidence est rare, il faut étendre l’assise géographique des enquêtes épidémiologiques, au territoire français en général et à la CORSE en particulier.

En effet, l’association a démontré que cette île fait partie des régions de France les plus contaminées (c’était la seule zone où la contamination en iode 131 était encore détectable en juillet 86), et que ses habitants ont été particulièrement exposés du fait de leurs habitudes alimentaires et de leur carence en iode. Si les pouvoirs publics ont initié, très récemment, une étude épidémiologique sur la Corse, la CRIIRAD s’interroge entre autre sur l’objectivité de l’étude sachant qu’elle est mise en oeuvre par des organismes qui ont été impliqués dans la piètre gestion des retombées de Tchernobyl.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
14

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS