Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Keiko, alias Willy, meurt à 27 ans
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Keiko, alias Willy, meurt à 27 ans

Keiko, l’orque vedette des films ‘Sauvez Willy’, vient de mourir probablement d’une pneumonie en Norvège.

Encore dépendant de sa mère, en 1979 en Islande, il est capturé à l’âge de 2 ans pour passé le plus clair de sa vie dans les bassins exigus des delphinariums.

En une dizaine d’années il devient célèbre grâce aux 3 films ‘Sauvez Willy’, dans lesquels un jeune garçon lui rend sa liberté. Néanmoins, grâce à un reportage du magazine LIFE qui révèle sa triste condition de détention et de santé au Mexique, ses fans vont se mobilisés pour que cela devienne une réalité.

Dès lors les choses s’accélèrent, et l’orque est transférée vers l’Oregon (Etats-Unis) pour être soignée et le préparée à un programme de réadaptation. En 1998, l’orque Keiko retrouve l’environnement de ses 2 premières années de vie en Islande. Sur place, durant 4 ans, les chercheurs et soigneurs vont tenter de le rendre autonome en lui apprenant, notamment, à s’alimenter à partir de poissons vivants, mais bien qu’il fasse régulièrement des escapades de plusieurs jours avec ses semblables, Keiko revient régulièrement. Toutefois, en juillet 2002, tout le monde se met à y croire avec son apparente intégration dans un groupe d’orques. Hélas, en septembre, un mois et demi après et 1 400 km plus loin, il réapparaît en Norvège, plus sociable que jamais avec les hommes, se laissant approcher, caresser, voire monter sur le dos…

Rappelons que l’âge de Keiko (27 ans) était exceptionnel pour une orque en captivité. Pour vous en convaincre, avant la brutalité des chiffres, imaginez : vous passer votre vie dans une pièce de 9 m2, sans possibilité de sortie, avec éventuellement des compagnons que vous n’avez pas choisi, un repas identique chaque jour, un air javellisée constant et une obligation quotidienne de travail, combien de temps tenez-vous?

Les orques libres vivent en moyenne 35 ans, en captivité leur durée de vie est de 6 ans après capture. Depuis 1961, 135 orques ont été brutalement séparés de leur habitat, 110 sont décédés en moyenne six ans après leur capture, tandis que, les naissances aidant, 49 vivent captifs dans 12 parcs aquatiques situés dans cinq pays. La capture d’orque est rare, mais depuis trois ans, les russes octroient des permis pour en capturer dans leurs eaux. Le 26 septembre dernier une première capture a ‘réussi’ pour ce pays, avec comme bilan un jeune mâle tué, piégé dans les filets, et la capture d’une femelle; moins d’un mois après elle était morte…

Cette tentative de réadaptation de Keiko, dont le nom signifie ‘chanceux’ en japonais ce qui est bien paradoxal pour un être privé de liberté, a coûté plus de 20 millions de dollars… Fallait-elle la tenter, certains diront l’imposer, à un animal qui ne coupa jamais le lien avec les hommes, revenant à chaque fois… la question est poser et le restera ?!! Mais une chose est certaine, sans capture initiale et les dizaines de milliers de spectateurs qui entretiennent involontairement un commerce fort lucratif pour les delphinariums et autres marinelands, cet animal aurait pu vivre libre, en famille, et sans nous, probablement encore de longues années !!

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 novembre -0001 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS