Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Le reste » Etude sur la dissémination de la maladie de la vache folle
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Stop au plastique : les légumes gravés au laser
  2. Recycler son ordinateur pour ne plus extraire d’or
  3. CO2 et Coupe du monde : alerte aux saucisses !
  4. Fair Squared : les préservatifs vegan ...
  5. Une centrale nucléaire flottante en Russie


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Etude sur la dissémination de la maladie de la vache folle

Le Comité scientifique directeur (CSD) de l’Union européenne a publié le 1er août 2000 son avis final sur le risque géographique d’ESB (encéphalopathie spongiforme bovine, la maladie de la vache folle), ainsi que des rapports d’évaluation détaillés concernant 23 pays.

Dans tous les pays où des cas d’ESB se sont déjà produits (Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, France, Portugal, Suisse et Danemark), le risque géographique d’ESB a eu tendance à se stabiliser ou à diminuer depuis 1994 ou 1996. Le comité est arrivé à la conclusion que l’ESB est susceptible d’être présente, à des niveaux inférieurs aux seuils de détection des systèmes de surveillance, en Italie, en Espagne et en Allemagne, et qu’elle est improbable, quoique non exclue, en Autriche, en Finlande et en Suède.

Si aucun cas d’ESB n’a encore été découvert dans les 8 autres pays (Argentine, Australie, Canada, Chili, Nouvelle-Zélande, Norvège, Paraguay, États-Unis) qui ont fait l’objet d’une évaluation à ce jour, le comité estime néanmoins que la présence de l’ESB aux USA et au Canada, quoique improbable, n’est cependant pas à exclure.

Sur ce thème rappelons que concernant le risque pour la santé humaine les matériels à risques spécifiés (MRS) tels que cervelle, moelle épinière et d’autres tissus, qui présentent un potentiel élevé d’infectivité par l’ESB, ne devraient plus entrer la chaîne alimentaire humaine à compter du 1er octobre 2000 dans l’Union européenne. Cette mesure fera suite à l’interdiction européenne de l’utilisation de protéines dérivées de mammifères dans l’alimentation des ruminants en 1994 et par le règlement de 1996 imposant la stérilisation par vapeur d’eau sous pression des matières à haut risque.

Vous trouverez le texte intégral de l’avis, ainsi que les rapports par pays connexes à l’adresse Internet suivante: http://europa.eu.int/comm/food/fs/sc/ssc/outcome_en.html

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
     
Flux RSS